Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Celui qui est digne d'être aimé

Couverture du livre Celui qui est digne d'être aimé

Auteur : Abdellah Taïa

Date de saisie : 27/03/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Cadre rouge

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782021343076

GENCOD : 9782021343076

Sorti le : 05/01/2017

  • Les présentations des éditeurs : 30/01/2017

Ahmed, 40 ans, est marocain. Il vit à paris.
Il écrit à sa mère, morte cinq ans auparavant, pour régler ses comptes avec elle et lui raconter enfin sa vie d'homosexuel.
Il envoie une lettre de rupture à emmanuel, l'homme qu'il a aimé passionnément et qui a changé son existence, pour le meilleur et pour le pire, en le ramenant en France.
Par ailleurs, Ahmed reçoit des lettres de vincent et de Lahbib.
Un roman épistolaire pour remonter le temps jusqu'aux origines du mal.
Un livre sur le colonialisme français qui perdure dans la vie amoureuse d'un jeune marocain homosexuel.

Abdellah Taïa est né en 1973 à rabat. Il a publié au seuil cinq romans, traduits en Europe et aux usa, dont le Jour du Roi (prix de flore 2010), Infidèles (2012) et Un pays pour mourir (2015). Il a réalisé en 2014 un long métrage à partir de son roman L'Armée du Salut.



  • La revue de presse Muriel Steinmetz - L'Humanité du 23 mars 2017

De son héros, Ahmed, il écrit  : « C'est moi, c'est mon double, mon fils, mon hétéronyme. » Le romancier, né à Rabat et qui vit désormais en France, ajoute  : « Je suis incapable d'inventer autre chose que ce que je suis. » Il est, de son propre aveu, l'un des premiers Marocains à avoir publiquement révélé son homosexualité dans son pays, où cela est toujours considéré comme un crime passible de six mois à trois ans de prison...
Les mots durs de l'écrivain, y compris à son endroit, s'égrènent comme les grains secs d'un chapelet de colère déduits les uns des autres. Un livre brut, sans fard ni complaisance à soi, dans lequel Abdellah Taïa, parlant crûment de lui-même, parvient à brosser en creux le portrait d'une société en proie à un désir de liberté individuelle légitime, confronté à une tradition collective tenace, étouffante, qui structure ses membres depuis des siècles et sur laquelle plane encore la présence fantomale du colonialisme.


  • La revue de presse Philippe-Jean Catinchi - Le Monde du 23 mars 2017

Celui qui est digne d'être aimé est le «roman» d'un homme écartelé entre son origine et son illusion de trouver le salut dans le corps des hommes et la langue de l'autre. Un cri contemporain où les carcans sociaux et politiques ne se laissent pas réduire à un héritage colonial...
Par l'audace d'une construction qui, en remontant le temps et en croisant les voix, interdit d'héroïser ­Ahmed, que cette introspection terrible met simplement à nu, ­Abdellah Taïa dévoile le «malheur interminable» de celui qui a perdu sa terre et n'a plus de langue propre pour se retrouver. Disséquant son «coeur dictateur» qui le condamne à une ­«solitude déterminée», Ahmed, double d'Abdellah Taïa, dit la condition d'un Marocain francophone exilé de sa langue, de sa terre et de la norme sexuelle.


  • Les courts extraits de livres : 30/01/2017

Chère Malika,
Là-bas, tout au fond du noir, le monde est beau enfin, n'est-ce pas ?
Ne réponds pas à cette question, s'il te plaît. Ne dis rien, plus rien. Reste où tu es, comme tu es, effrontée jusqu'au bout, les yeux durs, indifférente à tous, à moi surtout, dictatrice assumée. N'essaie même pas de comprendre ce qui se cache comme secrets dans ma question qui se veut intelligente. Continue de fermer les yeux. Tu es en paix. Dans le repos éternel. Restes-y. Ne bouge surtout pas. Tu es partie. Nous sommes seuls. Nous survivons, seuls. Nous construisons la vie après toi, en vain.
Chaque jour nous sommes un peu plus en colère. Chaque nuit est un combat d'avance perdu. Les cauchemars viennent et ne repartent plus.
Tu es morte en 2010. Et depuis, jamais tu n'as été aussi vivante.
Après la mort du père, ce n'était pas ce que j'avais compris. La mort qui obsède ceux qui restent, ceux qui sont encore un petit peu là. Les morts sont vivants.
Il nous a quittés jeune, lui. Hamid. 66 ans à peine. Un vendredi matin. Le choc a été énorme : exister sans père. Un père qui fumait trois paquets de cigarettes par jour. Respirer, manger, marcher n'était plus pareil sans lui. Même espérer un jour aimer sincère n'était plus possible sans lui, cet homme défaillant, sans sa bienveillance, sa tendresse désespérée, son désir fougueux et ses éternelles maladresses. Dès qu'il a été enterré, tu as pris un peu plus le contrôle sur nous, sur tout chez nous. Sur le coeur de l'existence, l'origine de tout en nous : notre pauvre et minuscule maison à Hay Salam, à Salé.
Je me souviens de ce que tu as fait, ma mère. Je n'ai pas peur de te le rappeler.
Le soir même de sa mort, tu as donné ses vêtements et ses affaires aux mendiants, aux ivrognes, aux méchants. Vite, vite, ne surtout pas garder de trace de lui chez nous. Son corps à peine mis en terre, et déjà ses souvenirs, ses objets, ses livres dispersés, éloignés. Évanouis. Il a existé, le père. Il n'existe plus. Voilà comment on va porter son deuil : sans aucune trace de lui, de sa maladie contagieuse. Vous avez entendu, les enfants ? Tu as entendu, toi, Ahmed ? Pleurez si vous voulez, mais ne me demandez pas de faire comme vous.
Tu as porté le blanc quarante jours, maman. Dans ton coeur, ce n'était pas le deuil, c'était le devoir, l'obligation. Rien de plus. Tu as joué à la veuve. Parfaitement. Bravo !
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia