Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Calcaire

Couverture du livre Calcaire

Auteur : Caroline De Mulder

Date de saisie : 10/04/2017

Genre : Policiers

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Actes noirs

Prix : 19.80 €

ISBN : 9782330073336

GENCOD : 9782330073336

Sorti le : 01/02/2017

  • Les présentations des éditeurs : 08/02/2017

Sur la route de Maastricht, une villa s'effondre brutalement, et son occupante occasionnelle, la fragile Lies, ne donne plus de nouvelles : son ami Frank Doornen la cherche partout. L'enquête de cet ancien soldat se tourne vers le propriétaire de la villa, amateur de jolies femmes et industriel véreux, qui stocke illégalement dans d'anciennes carrières de calcaire des déchets hautement toxiques pour l'environnement. Avec Tchip, ferrailleur à la petite semaine et recycleur impénitent, Frank va s'aventurer dans les souterrains labyrinthiques à la recherche de Lies. Mais la jeune femme reste introuvable.
Une Flandre dézinguée et glauque abritant une société à la marge, où des femmes-enfants croisent des post-adolescents radicalisés ; une clique d'écolos alter-nationalistes installés là en protestation ; l'épouse de l'industriel retrouvée assassinée... Après le glamour désenchanté qui caractérisait son roman Bye Bye Elvis, Caroline De Mulder nous fait goûter, de son écriture âpre et sonore, au plaisir d'un conte noir aux personnages cabossés, où les ténèbres des galeries désaffectées reflètent celles des âmes.

Née à Gand, Caroline De Mulder est professeur de lettres. Elle est l'auteur de Ego tango (Champ Vallon ; prix Rossel 2010), Nous les bêtes traquées (Champ Vallon, 2012) et chez Actes Sud de Bye Bye Elvis (2014).



  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 6 avril 2017

Une maison s'effondre. Son occupante a disparu. Engloutie, enfuie, enlevée ? Caroline De Mulder, l'auteure du brillant «Ego tango», passe au noir avec cette plongée dans les dessous d'une trop tranquille campagne flamande...
Travaillant par fragments, variant les points de vue en distillant au compte-gouttes les informations, la jeune universitaire namuroise fait montre d'un art consommé de la narration. Mais, plus encore que l'originalité de l'atmosphère et le sens de la tension, c'est une langue précise, reflet des états des narrateurs, entrelardée de mots flamands qui donnent à ce roman un enracinement surprenant, qui séduit dans «Calcaire». Ce n'est une surprise que pour ceux qui ignoraient à quel point Caroline De Mulder alliait le goût des mots et une âpre proximité avec le réel. Le roman noir a gagné une écrivaine que la littérature n'a pas perdue.


  • Les courts extraits de livres : 08/02/2017

La fille à l'oeil de chien n'entend pas le craquement, elle se regarde trop fort. Avec son oeil battu, l'air de quoi. L'air de venir d'où elle vient. De la rue, du trottoir, l'air d'avoir passé du bon temps entre des mains lourdes. L'oeil pisse une larme. D'un doigt précis elle écrase. Cette pute de larme empire les choses, fait couler le plâtras, abîme. Elle serre le pinceau un peu fort, se concentre, pose une nouvelle couche, et encore une. Reprend courage, tout n'est pas perdu, se regarde comme si sa vie en dépendait. Elle n'entend pas. De jour, n'entend jamais les craquements de la maison. N'a pas remarqué les fêlures dans les murs. Cette maison bouge, elle vit, un peu fragilisée mais c'est du solide, a dit l'architecte venu constater un dégât des eaux. Il n'était pas inquiet. Normal, dans ces vieilles demeures - c'est le côté obscur de leur charme. Et que les portes s'ouvrent difficilement, qu'elles raient le parquet, pas d'inquiétude, un menuisier viendrait raboter, l'affaire de quelques heures, il en connaissait un très bien, au besoin - tenez mademoiselle voilà sa carte, et de komplimenten à monsieur.

Dans le miroir d'acajou, elle ne pleure plus, ça ne sera rien, elle est sauvée ; l'oeil de chienne est masqué, la peau noire autour grimée de clair. Les marbrures ont disparu. Jeter un peu de poudre aux paupières. Poser une overdose de rimmel. Ça fait des faux cils presque, tant ça les rallonge, et ses regards prennent maintenant une profondeur dont elle n'est pas mécontente, sera-t-elle assez belle. Très belle et avec grâce elle lisse les cheveux qui dépassent de son chignon, une calamité ces mèches rebelles, ça fait négligé et elle veut la perfection sinon rien. Elle ne se doute pas qu'il lui reste neuf minutes, avant que la maison s'effondre tout entière, que les murs et les pierres se détachent et retournent vers la terre. Elle sourit déjà à celui qu'elle veut rejoindre. Sa vie jusque-là, un sale gâchis, pas eu de chance, mais la roue tourne. Merci le ciel merci. Cette fois elle sera à la hauteur.

Neuf minutes seulement mais elle ne le sait pas, et ne sait pas le fragile équilibre qui s'épuise et que les murs exercent une tension sur le plafond et que le sol va irrésistiblement tirer à lui les murs. Maintenant il suffit d'un rien et de peu de temps. Huit minutes. Mon Dieu et l'heure avance, elle ne veut pas le faire attendre. Que mettre, c'est insensé, cette armoire qui dégorge de fringues fines et sexy, mais rien ne va, frénétique elle fouille, vire au sol. Ce qui ne va pas, c'est qu'on les lui a payés, ces vêtements de pute. Elle est toujours en soutien-gorge et culotte. Sept minutes. Elle hésite, se décide à prendre les habits dans lesquels elle est arrivée, un jeans trop juste et un pull de strass blanc écorché. Le passé la rattrape de nouveau, pas pleurer, pas le temps. Six minutes. Enfiler tout ça. Cinq. Maintenant le rouge à lèvres, toujours à poser en dernier, c'est le plus délicat. Y aller sec, et intense elle manie le bâtonnet. Un craquement, plus fort, la déconcentre. Elle dérape. Quoi de plus vulgaire qu'un rouge mal mis, et voilà qu'on y est, débordé, taloche. Qu'un coton-tige le fait s'étaler davantage. Elle efface trop fort. Cette rougeur lépreuse, un reste de maquillage ou le frottement ? Quatre. Respirer. Respirer. Se refaire ce rouge. Le défaire. Elle démaquille sa bouche. Trois. Ça fait en pleine face une tache plus claire et désastreuse. Elle enlève le tout, le cirage chair, le fard pâteux, tombe le masque. L'oeil de cocker reparaît, et la marbrure sur la joue, la peau fine et le bleu du sang. Tant pis. Il l'aimera mieux ainsi. L'air d'une pauvre fille qu'il sauve, qu'il sauvera. Deux. Elle est prête. Juste les chaussures encore. Les affaires éparpillées, elle ramassera plus tard - te rejoindre, te rejoindre mon amour, je t'aime t'aime t'aime tant, elle sourit mais l'heure tourne.

Fragile sur ses talons hauts, le visage nu comme la main. Lies ferme la porte de la chambre. Chaque pas lui prend un peu plus d'une seconde, chaque marche un peu moins.

Il reste une minute.

(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia