Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Cet été-là

Couverture du livre Cet été-là

Auteur : Lee Martin

Traducteur : Fabrice Pointeau

Date de saisie : 18/03/2017

Genre : Policiers

Editeur : Sonatine éditions, Paris, France

Prix : 21.00 €

ISBN : 9782355845581

GENCOD : 9782355845581

Sorti le : 09/02/2017

  • Les présentations des éditeurs : 18/03/2017

Un thriller poignant, sélectionné pour le prix Pulitzer du meilleur roman.
Ce jour-là, tout ce qu'on a su, c'est que la petite Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu'elle n'était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé l'existence bien tranquille de cette petite ville de l'Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l'enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n'a jamais su ce qui était arrivé à Katie.
Que s'est-il réellement passé cet été-là ?
Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent. Le frère de Katie, son professeur, la veuve d'un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient. Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd'hui encore, qui manipule qui ?
Avec ce roman magnifique, littéralement habité par le désir et la perte, Lee Martin nous entraîne dans la résolution d'un crime à travers une exploration profonde et déchirante de la nature humaine.
Cet été-là vous marquera profondément par la finesse de sa psychologie et son suspense si précisément cadencé. Lee Martin a su créer un monde d'une douloureuse beauté...»
Jean Thompson

Lee Martin vit à Colombus, dans l'Ohio, où il enseigne la littérature. Cet été-là est son premier roman traduit en français.



  • La revue de presse Sandra Benedetti - L'Express, février 2017

Un thriller polyphonique, plongée saisissante dans les eaux obscures de la nature humaine...
Cet été-là, sélectionné pour le prix Pulitzer en 2006 et premier roman traduit en français de l'Américain Lee Martin, est un diabolique miroir aux alouettes. Derrière les mots si simples, les mensonges. Manipulation, folie, besoin d'amour désespéré, détresse secrète s'y terrent, glaçants...
En marionnettiste machiavélique, Lee Martin manoeuvre ses personnages et le lecteur, accélère le rythme, retrace les quatre jours suivant le drame, et montre ses protagonistes enfin mis à nu. Ils n'étaient que les pantins d'une tragédie poisseuse d'illusions contenues. Bel électrochoc.


  • Les courts extraits de livres : 24/02/2017

M. Dees

Le soir où c'est arrivé - le 5 juillet - le soleil ne s'est pas couché avant 20 h 33. J'ai vérifié par la suite l'illustration de la météo en une de l'Evening Register : un visage souriant sur un soleil brillant férocement. Je l'ai fait parce que c'était le coeur de l'été, et je ne pouvais m'empêcher de penser à cette lumière qui n'en finissait pas et à tous ces gens qui étaient sortis pour en profiter; je les avais vus assis sous les porches, buvant des Pepsi et écoutant le Top 50 de WTHO sur des transistors. Je savais qu'ils riaient en lisant Snoopy et Hi and Lois dans le journal, qu'ils frémissaient en découvrant les aventures de Steve Canyon. Des voitures passaient dans High Street - des Trans-Am et des GTO, des Mustang et des Road Runner, des Charger et des Barracuda. Certaines se dirigeaient vers le drive-in à l'est de la ville - une double affiche, Un Été 42 et Bless the Beasts and Children. D'autres se rendaient dans le centre-ville. Des adolescents entraient discrètement dans le drugstore Rexall ou dans le nouveau supermarché Super Foodliner pour acheter un paquet de Marlboro ou de Kool. Des couples déambulaient sur la place centrale, flânant après un dîner à la Coach House ou un steak et une bière fraîche à la Top Hat Inn. Ils faisaient du lèche-vitrine, les femmes admirant les nouvelles bottes qui montaient jusqu'aux genoux chez le chausseur Bogan's, les lycéennes lorgnant les premières lunettes à monture d'acier chez l'opticien Blank's, les pantalons à pattes d'éléphant dans la boutique de vêtements pour femmes Helene's, les bracelets d'amitié et les bagues de fiançailles de la bijouterie Lett's.
Tant de temps et de possibilités, et pourtant personne ne pouvait empêcher ce qui allait arriver.
Nous n'étions qu'une minuscule ville de l'Indiana, dans la grande plaine au-delà des collines ondoyantes de la forêt de Hoosier - une ville qui abritait une verrerie, proche de la White River qui serpentait vers le sud-ouest avant de se jeter dans la Wabash et de s'écouler jusqu'à la rivière Ohio. Ce jour-là, un mercredi, la température avait atteint les trente-quatre degrés, et l'humidité qui s'était installée avait assommé tout le monde. L'air était chargé de l'odeur des fumées des fours de la verrerie, de la puanteur de poisson mort de la rivière, des sons de la vie de tous les jours : glaçons qui s'entrechoquaient dans les verres, pots d'échappement qui produisaient un bruit de ferraille, portes-écrans qui grinçaient, mères qui appelaient leurs enfants pour qu'ils rentrent à la maison.
Le soir, quand le vent se levait suffisamment pour agiter les feuilles des gigantesques chênes de la place centrale et que la nuit commençait à tomber, l'air se rafraîchissait juste assez pour nous faire oublier combien la journée avait été torride et implacable. Après des heures passées à travailler à la verrerie ou à la carrière ou à la gravière, les gens étaient heureux d'aller à leur propre allure, de prendre leur temps, de laisser l'obscurité approchante et le bruissement de l'air les convaincre qu'il pleuvrait peut-être bientôt et qu'alors la chaleur retomberait. J'étais pour ma part content de rester à la table de ma cuisine, réfléchissant aux problèmes mathématiques que je proposerais le lendemain aux élèves à qui je donnais des cours pendant l'été, dont l'une était Katie Mackey.
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia