Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La promesse de l'oubli : mon grand-père Jules Dumont : Roubaix 1888-Mont Valérien 1943

Couverture du livre La promesse de l'oubli : mon grand-père Jules Dumont : Roubaix 1888-Mont Valérien 1943

Auteur : Françoise Demougin-Dumont

Date de saisie : 28/08/2017

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Tirésias, Paris, France

Collection : Visage

Prix : 13.00 €

ISBN : 9782915293920

GENCOD : 9782915293920

Sorti le : 01/03/2017

  • Les présentations des éditeurs : 28/06/2017

Il tombe sous les balles des nazis, il vient d'être assassiné, et l'imaginant à l'instant où les coups de feu claquent, je ne peux que savoir que la mort d'un poète est un meurtre à l'espoir. Il a pour nom Jules Dumont et depuis trop longtemps tous voulurent l'oublier, l'omettre des pages glorieuses de notre Histoire, de notre grandeur, de notre Résistance. Dès les premiers instants de ce livre en lisant les lettres, récoltées par l'auteure, du futur fusillé nous allons sur les sentiers de la gloire et de l'écrit. Ce roman écrit par sa petite-fille fait fi à cet oubli, et nous donne pâture à une écriture à découvrir. Car cet enfant du peuple, de condition modeste, d'un milieu d'ouvriers laissera trace dans la pensée du Parti communiste français tant par ses écrits, que ses combats, son militantisme, sa loyauté. Lui, le croyant, le pratiquant, le religieux jusqu'aux tripes devient l'image même de la jeunesse de notre civilisation quand il s'engagera auprès de la classe ouvrière et qui deviendra le chant de ses espoirs, le sacerdoce de ses engagements, un militant. Il fut combattant de tous les conflits du XXe siècle de la pacification du Maroc, à la guerre de 14-18, mais aussi aux côtés du Négus en Abyssinie, et encore avec les Républicains en Espagne, et toujours résistant contre l'occupant nazi et ses sbires. L'auteure Françoise Demougin-Dumont nous concocte un texte où la passion, l'imaginaire, le voyage, l'amour, la quête de la justice se mêlent comme si la réalité était allégorie et le fictif une vérité qui anoblit la destinée du héros. Pourtant, une blessure trace au travers de ses mots qu'il nomme «un accident», en époux trahi, il vivra en reclus de sa propre cellule familiale et s'intentera d'un pardon comme un dû à la faute de celle qu'il aime. Et cette énigme - noeud gordien de ce récit - laisse à tout lecteur la folie de la résoudre. Avant d'être fusillé il écrira : «je suis tellement sûr qu'on ne me connaissait pas !» Il était enfin temps de le découvrir.

Françoise Demougin-Dumont est née en 1957 à Rabat (Maroc).Après une enfance et une adolescence passée à Dakar (Sénégal), où son père est conseiller du président Senghor, elle poursuit des éludes supérieures classiques en France : agrégation des lettres et doctorat de littérature française et devient enseignante-chercheuse, professeure des universités.



  • La revue de presse José Fort - L'Humanité du 24 août 2017

Engagé dans les Brigades internationales, militant anticolonialiste de la première heure, résistant, Jules Dumont sera fusillé au Mont-Valérien. Sa petite-fille Françoise Demougin-Dumont revient sur cette figure du combat libérateur pour lui rendre justice...
Pourquoi Jules Dumont, croyant pratiquant, militant anticolonialiste, dirigeant communiste, combattant internationaliste en Espagne, résistant de la première heure et fusillé par les nazis, figure-t-il trop discrètement dans les mémoires ? Même sa famille a gardé le silence sur ce personnage avant que sa petite-fille, Françoise Demougin-Dumont trouve une lettre de Jules écrite avant son exécution et qui contenait un secret de famille, un «accident» dans la vie d'un couple...
Jules Dumont reste une figure du combat libérateur. Grâce à sa petite-fille, justice est rendue.


  • Les courts extraits de livres : 28/06/2017

À ma mère

Le 3 mars 2014, après la dispersion des cendres de ma mère dans l'intimité familiale pour respecter sa volonté, tous mes proches sont partis, chacun reprenant ses activités.
Restée seule, je suis allée chercher la boîte en carton contenant tout ce qu'elle nous avait laissé en souvenir : photos, livres, lettres, bijoux, divers objets...
Je ne pus retenir mon chagrin et ressentir une grande frustration : comment une vie de 94 ans, active, riche en contacts humains, exceptionnelle en raison d'une situation familiale singulière, intéressante en raison de souvenirs couvrant plus de neuf décennies, pouvait-elle se réduire à quelques affaires tenant dans un carton ?
Mais je découvrais qu'elle avait laissé un document dont je n'avais pas mesuré l'importance : des pages manuscrites de Mémoires rédigées de son écriture régulière d'ancienne institutrice. Ces témoignages concernaient les événements de sa vie les plus marquants à ses yeux et présentaient un intérêt particulier puisqu'elle avait vécu une expérience peu courante en raison de son mariage en Algérie avec un Kabyle, elle qui appartenait à une famille pied-noir. En outre, son mari «Indigène», selon le terme utilisé à cette époque, était chrétien alors que sa famille «Européenne» n'avait aucune croyance.

Elle avait vécu la longue guerre d'indépendance en conservant des liens affectifs avec des proches appartenant aux deux communautés qui s'entre déchiraient.
Malgré ce contexte difficile, elle réussit à s'adapter à cette situation grâce à son esprit de tolérance, mais aussi au prix de blessures qu'elle accepta de subir pour ne pas rompre avec tous les siens. C'est ainsi qu'elle continua à revoir en cachette sa soeur aînée, car celle-ci ne pouvait s'empêcher d'exprimer ses opinions colonialistes, même en présence de mon père qui, de ce fait, ne voulait plus la rencontrer.
Sachant que sa belle-famille catholique pratiquante y était sensible, elle ne manquait pas d'assister - elle qui n'était pas croyante - aux cérémonies religieuses marquant chaque événement familial important.
C'était sa manière de maintenir des ponts entre celles et ceux qu'elle aimait, qu'une guerre et une religion séparaient.

Mon frère et moi avons décidé de publier ces pages de souvenirs dans l'intention de contribuer à l'écriture de la société sous la colonisation, telle que notre mère l'avait vécue et décrite, mais aussi pour lui rendre la dignité à laquelle elle aurait dû avoir droit lors de sa fin de vie dans un centre hospitalier où elle avait été admise du 14 au 23 février 2014, date de son décès.

(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia