Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Toutes les mers

Couverture du livre Toutes les mers

Auteur : Michèle Standjofski

Date de saisie : 11/03/2017

Genre : Bandes dessinées

Editeur : Des ronds dans l'O, Vincennes, France

Prix : 24.00 €

ISBN : 9782374180267

GENCOD : 9782374180267

Sorti le : 18/01/2017

La famille Standjofski est un méli-mélo de racines européennes où l'on parle grec, italien, russe et français. Michèle grandit dans l'ambiance polyglotte d'une grande fratrie formant une micro société au sein d'un tout petit pays d'Orient. Mais à l'école ses cheveux clairs et son nom imprononçable pour des arabophones ne l'aident pas à s'intégrer. Rien d'insurmontable pour une jeune fille qui deviendra, n'en déplaise, une vraie libanaise et fière de l'être. La situation se complique un peu plus quand son pays natal sombre lentement dans une guerre civile aux multiples factions. C'est dans cette ambiance que Michèle se construit en tant qu'adulte. Ballottée d'un milieu à l'autre, elle mène son petit train de vie et évite de justesse la crise identitaire qui risquait de se raccrocher au wagon de sa crise existentielle. Heureusement, l'art du dessin que lui transmet son grand-père russe iconophile sera sa planche de salut. Michèle nous transplante sur la rive orientale de la Méditerranée et réussit à nous rendre une image différente de son pays. Tout commence par son étonnante généalogie qu'elle nous présente grâce à sa mémoire d'éléphant. Elle nous offre un peu de sa jeunesse, s'attarde sur les périodes clés, zoome sur certains détails du quotidien et désamorce par sa douce ironie les situations les plus tragiques. Michèle nous dévoile en couleurs les richesses et les failles du creuset libanais qui s'apprêtait à franchir la barrière séparant le paradis de l'enfer. Un travail éblouissant qui nous plonge dans le quotidien d'une jeune libanaise dont la bande son serait l'album L.A. Woman des Doors.


  • Le courrier des auteurs : 08/03/2017

1) Qui êtes-vous ? !
Le résultat improbable des parcours de drôles de fées et magiciens venus de France, de Russie, de Grèce et de Turquie, et qui ont tous décidé de jeter l'ancre à Beyrouth.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
L'appartenance, les identités multiples et mouvantes.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Je me construis des passerelles.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La bande son du livre se déroule tout au long de mon récit : du Rebettiko, un poème chanté de Kostas Karyotakis, Bob Dylan, Les Stones et David Bowie, les Doors, Dire Straits, Chet Baker... Mais si le livre devait être une seule musique, ce serait Les variations Goldberg de Bach essayant de se trouver une place sur un fond sonore de Schonberg.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le désir d'étirer le temps, comme un élastique, ou de le déplier, comme un mouchoir, et de savourer, dans les replis, le maximum de choses. Comme j'ai moi-même très rarement ce pouvoir magique, j'ai essayé de le faire dans mon roman graphique.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Pour l'écriture du scénario, j'ai besoin de calme, de silence, et d'avoir beaucoup de temps devant moi. Pour le storyboard aussi. Dans la phase dessin, je dois toujours être seule mais je peux écouter du Bach. Et quand je passe à la couleur, j'aime bien me servir un verre de vin et qu'un de mes dj perso - mon mari ou un de mes enfants - s'occupe de la musique.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Par télescopage d'images ou de mots, à partir d'une photo, d'une phrase dans un livre, d'une séquence de film, d'une scène de rue. Elle vient si je ne la cherche pas mais que je suis quand même dans une sorte de disponibilité.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Dans une chambre d'hôpital, où j'ai passé quatre longues semaines, à 13 ans. Je recevais chaque jour en cadeau des dizaines de romans à l'eau de rose que mon père allait régulièrement échanger pour moi contre des bandes dessinées. En les lisant, j'étais littéralement portée, pas tant par leur contenu que par le flux souple et continu de mots et d'images. Je me suis dit qu'un jour, j'en ferais.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Baal est mort, un conte écrit par ma mère et une amie à elle. J'avais huit ans et je n'y ai rien compris mais j'ai ressenti très fort la magie des mots et la musique des phrases. Puis à dix ans, L'Étranger de Camus, avec là aussi le sentiment que je pouvais être fascinée par des mots, des atmosphères, et des situations dont je ne percevais que vaguement la portée. Et c'est Corto Maltese de Pratt qui représente pour moi - et pour emprunter l'expression de Jean-Paul Mougin - «l'irruption sauvage de la bande dessinée dans la littérature».

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
À tout et à rien, surtout à rien. Et c'est bien pour cela qu'ils sont nécessaires.


  • Les présentations des éditeurs : 11/03/2017

«Venus d'Italie, de France, de Russie, de Grèce et de Turquie, de drôles de fées et magiciens se sont penchés sur mon berceau et ont décidé que je parlerais le français, que j'aimerais Beyrouth, que je la détesterais aussi, que j'aurais par moments envie d'aller m'installer en France mais que je choisirais finalement de vivre là où j'étais née.»

Identités plurielles, appartenance, vivre ensemble, s'invitent dans ce récit de filiation. Heartland is homeland.


  • Les courts extraits de livres : 11/03/2017

ANTONIO ET MARIA CAFFIERO

NAPLES - 1894 GÈNES - 1896
BEYROUTH - 1972 - BEYROUTH - 1978

SOUS LE CHAPEAU - LATIN, IL Y TIENT - LE CHEVEU EST RARE MAIS NOIR.

GRANDES OREILLES, ATTRIBUT NÉCESSAIRE DU «MAGICIEN LATIN».

SOURIRE - RARE AUSSI - DE MAFIOSO ITALIEN.

A ÉTÉ ORFÈVRE DU SULTAN À ISTANBUL. SON PÈRE ORFÈVRE À NAPLES, AVAIT ÉTÉ APPELÉ PAR MEHMET V POUR RÉALISER UN MOULAGE EN VERMEIL DU COEUR DE ABDULMECIT l.

POSSÈDE UN CASQUE COLONIAL, ACCESSOIRE QUI M'INQUIÈTE BIEN AVANT QUE J'EN SAISISSE LA PORTÉE.

UNE PHOTO DE LUI EN UNIFORME MILITAIRE PORTE LA MENTION : «Ricordo d'Africa orientale il 1935/12/22». IL AURAIT DONC PARTICIPÉ À LA GUERRE D'ABYSSINIE ?

ANTONIO ET MARIA PARLENT L'ITALIEN, LE GREC, LE FRANÇAIS ET LE TURC. ELLE A ÉTÉ ÉLEVÉE PAR UNE NOURRICE FRANÇAISE.

CHEVEUX BLEUS... SI SI SI... RETENUS PAR UNE DEMI-DOUZAINE DE PEIGNES, TOUS MAGNIFIQUES.

UN DE SES VERRES EST OPAQUE POUR CORRIGER UN STRABISME INTERMITTENT.

MARIÉE UNE PREMIÈRE FOIS À UN FRANÇAIS, PÈRE BIOLOGIQUE DE MA GRAND-MÈRE EMILIA. DE CE "CHARLES", AVEC QUI ELLE A VÉCU AU MOINS TROIS ANS À SMYRNE, ELLE NE PARLERA PRATIQUEMENT JAMAIS.

FOLLE DE SON ANTONIO, QU'ELLE AURAIT FAIT SORTIR DE PRISON. OÙ - EN ITALIE, EN GRÈCE OU EN TURQUIE - QUAND -

AVANT OU APRÈS LEUR MARIAGE ? LE PLUS GRAND MYSTÈRE A TOUJOURS ENTOURÉ CET ÉPISODE.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia