Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Novembre

Couverture du livre Novembre

Auteur : Josephine Winslow Johnson

Date de saisie : 05/07/2017

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Belfond, Paris, France

Collection : Belfond vintage

Prix : 14.00 €

ISBN : 9782714474339

GENCOD : 9782714474339

Sorti le : 16/03/2017

  • Les présentations des éditeurs : 05/07/2017

Une année dans la vie des Haldmarne, famille middle class ruinée à la Grande Dépression, venue tenter sa chance dans une misérable ferme du Midwest. Une année entre sécheresse, incendies, tempêtes de sable qui verra la famille glisser inexorablement vers la tragédie.
Novembre. À présent, je revois d'un seul coup nos vies durant les années passées. Cet automne est à la fois une fin et un commencement, et les jours naguère brouillés par ce qui était trop proche et trop familier, sont clairs, étrangers à mes yeux.
Ce fut une longue année que la dernière, et plus pleine de signification que ne l'avaient été les dix précédentes. Il y eut des nuits où je sentais que nous avancions vers une heure terrible et sans espoir, mais lorsque cette heure arriva, elle fut hachée et confuse parce que nous en étions trop près, et je ne compris même pas très bien qu'elle était venue.
Aujourd'hui je puis regarder en arrière et voir les jours écoulés comme le fait celui qui contemple de loin le passé ; ils ont plus de forme et de sens qu'autrefois. Mais rien n'est jamais vraiment fini, on ne laisse rien derrière soi sans retour.

«Délicatement ciselé, poétique au meilleur sens du terme, fruit d'un esprit particulièrement éveillé, Novembre confine à la perfection. La voix de son auteur est si unique qu'on ne saurait confondre aucun de ses mots avec ceux d'un autre écrivain.»
The New York Times

Joséphine Johnson est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri. Après des études à l'université de Saint Louis, elle retourne dans la ferme de sa mère et entame la rédaction de Novembre. Dès sa parution en 1934, le roman est salué comme un chef-d'oeuvre de la littérature de la Grande Dépression. Joséphine Johnson remporte le prix Pulitzer l'année suivante à seulement vingt-quatre ans, ce qui fait d'elle la plus jeune lauréate du prestigieux prix. En France, le livre paraît chez Stock en 1938. En 1942, Joséphine Johnson épouse l'éditeur d'une revue agricole avec lequel elle aura trois enfants. Elle devient professeur à l'université d'Ohio, sans pour autant renoncer à sa carrière d'écrivain. Auteur prolifique, elle écrit deux recueils de nouvelles, de la poésie, un livre pour enfants, des mémoires et trois autres romans, qui ne connaîtront pas le même succès que son extraordinaire premier roman. Joséphine Johnson s'éteinte en 1990 à Batavia, dans l'Ohio.



  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 5 juillet 2017

Certains ont ­parlé, à juste titre, de chef-d'oeuvre, au moment de la parution en France, en 1938, de Novembre, le premier roman de Josephine Johnson (1910-1990). Quatre ans plus tôt, la jeune ­romancière de 24 ans avait remporté le prix Puli­tzer pour cette magnifique tragédie fami­liale, devenue un classique de la littérature américaine du XXe siècle.


  • Les courts extraits de livres : 10/05/2017

Novembre. À présent je revois d'un seul coup nos vies durant les années passées. Cet automne est à la fois une fin et un commencement, et les jours naguère brouillés par ce qui était trop proche et trop familier sont clairs, étrangers à mes yeux.
Ce fut une longue année que la dernière, et plus pleine de signification que ne l'avaient été les dix précédentes. Il y eut des nuits où je sentais que nous avancions vers une heure terrible et sans espoir mais, lorsque cette heure arriva, elle fut hachée et confuse parce que nous en étions trop près, et je ne compris même pas très bien qu'elle était venue.
Aujourd'hui je puis regarder en arrière et voir les jours écoulés comme le fait celui qui contemple de loin le passé ; ils ont plus de forme et de sens qu'autrefois. Mais rien n'est jamais vraiment fini, on ne laisse rien derrière soi sans retour.
Les années étaient toutes semblables, estompées et se confondant l'une avec l'autre. L'esprit est une sorte de tamis ou de sable mouvant, mais je me souviens bien du jour où nous sommes arrivés et des mois qui le suivirent. Trop bien. Les racines de nos vies, plantées là en ce mois de mars, il y a longtemps, ont une bizarre analogie avec leurs branches.
Les collines étaient nues à cette époque-là, les feuilles d'hiver balayées par la bise, mais les vergers avaient un air vivant. Ils étaient tachés de l'encre rouge de leur sève, et l'écorce des troncs paraissait trop étroite pour contenir la vie nouvelle des feuilles qui allaient naître. Le domaine était ancien, les Haldmarne possédaient cette terre depuis la guerre de Sécession, mais lors de notre arrivée personne n'y habitait depuis des années. Des fermiers y étaient restés un peu de temps et puis s'en étaient allés. Le terrain pierreux contenait cependant des promesses, et les troupeaux engraissaient dans les pâturages où des stries de roche affleuraient le sol, déchaussées par le gel, comme des dents de pierre blanche.
De grands vergers étaient alignés du haut en bas des pentes, et lorsque Mère les aperçut, dès le premier jour, elle pensa qu'elle aurait à en faire la cueillette, à remonter ensuite avec les pommes ces côtes rapides, mais elle dit simplement qu'il pourrait y avoir une belle récolte et que les arbres paraissaient forts, bien que vieux.
«Même s'ils donnent du fruit, il nous manquera un marché, avait dit mon père, et il ajouta : Et puis le terrain est hypothéqué.»
Personne ne lui répondit, et le chariot continua à gémir et à grincer dans les ornières. Ma soeur Merle et moi regardions les geais voltiger à travers les branches et nous entendions leurs cris. Les ormes étaient couverts de bourgeons et formaient contre le ciel un treillis brun. Dans les pâturages, c'était dénudé et beau, les noyers projetaient une ombre couleur de lavande, très nette ; toutes choses paraissaient étrangères et sans relations entre elles, ne formant aucun dessin que l'on pût aisément retracer.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia