Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Ils m'ont appris l'histoire de France

Couverture du livre Ils m'ont appris l'histoire de France

Auteur : Jean-Pierre Rioux

Date de saisie : 20/04/2017

Genre : Histoire

Editeur : Odile Jacob, Paris, France

Collection : Histoire

Prix : 26.90 €

ISBN : 9782738134875

GENCOD : 9782738134875

Sorti le : 01/03/2017

  • Les présentations des éditeurs : 18/04/2017

Comment devient-on historien ? C'est à éclairer cette question que Jean-Pierre Rioux se consacre ici, en dévoilant l'itinéraire qui fut le sien. Enfant de la guerre et de la Libération, il décide, après le choc du conflit en Algérie, de faire de l'histoire son ambition et son engagement.
Ce livre signe ses Mémoires, sous la figure tutélaire de grands hommes qui ont dominé ses travaux et nourri ses convictions : Jaurès, Péguy, de Gaulle, mais aussi René Rémond et Jean-Louis Crémieux-Brilhac.
Ce sont ces modèles et ces héritages qu'il fait revivre. Et, loin de l'obsession du déclin, il entend redire la confiance qui a toujours été la sienne en une France capable d'entonner des chants d'unité et de rassemblement.

Professeur de lycée, directeur de recherches au CNRS et inspecteur général de l'Éducation nationale, Jean-Pierre Rioux est aussi un homme de revues (Vingtième siècle, L'Histoire) et de presse (Le Monde, La Croix, Ouest France). Il a présidé le comité d'orientation scientifique de la Maison de l'histoire de France. Il a récemment publié Vive l'histoire de France !.



  • La revue de presse André Loez - Le Monde du 20 avril 2017

Il revient sur un long parcours public, et sur le rôle éminent qu'il a joué dans la discipline, en tant que promoteur de l'histoire culturelle, de cofondateur, notamment, de la revue Vingtième siècle et de cheville ouvrière aux débuts de l'Institut d'histoire du temps présent. Sa carrière de professeur (témoin de Mai 68 au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine) et ses engagements personnels y sont également éclairés, du moment fondateur de la guerre d'Algérie à la revendication d'un centrisme teinté d'héritage démocrate-chrétien et d'expériences militantes au Parti socialiste. Le livre émeut grâce à la part d'enfance et de passion qui s'y dévoile...


  • La revue de presse Florent Godguin - L'Humanité du 13 avril 2017

L'historien revient ainsi sur «quarante ans de travaux publics» comme enseignant et chercheur à l'université, au cours desquels il a fait sienne l'ambition de la transmission de la connaissance.


  • Les courts extraits de livres : 29/03/2017

Le Ça ira ! d'Émile-Alexandre

Là-bas, sur fond bleuté des Vosges, ont grandi deux sacrés gaillards, Émile Erckmann (1822-1899) et Alexandre Chatrian (1826-1890). Entre 1863 et 1869, ils ont connu un succès littéraire et civique comparable à ceux d'Alexandre Dumas, de Jules Verne ou de Victor Hugo. Au temps du Second Empire déclinant, des crinolines claires et des gueules noires de Germinal, des républicains barbus narguant Napoléon III, des déjeuners sur l'herbe impressionnistes et des paysans de Millet, ils ont vendu des millions d'exemplaires, multiplié les feuilletons, empli les salles du Boulevard et les bibliothèques, ils ont été lus dans les trains au panache blanc ou le soir à la bougie ou la lampe à pétrole. Leur gloire, consolidée sous la IIIe République du Vosgien Jules Ferry leur ami et qui a jeté ses derniers feux sous la IV portée en terre par l'Alsacien Pierre Pflimlin en 1958, est bien passée aujourd'hui. Ils sont même carrément oubliés. Leur Société des amis est une coquille vide et je suis tout désemparé d'avoir à la présider. Depuis belle lurette on ne distribue plus aux enfants des écoles, le jour des prix, juste avant le 14 Juillet, L'Ami Fritz ou Madame Thérèse en gros livres cartonnés de rouge et dorés sur tranche.
Bien sûr, avant d'être dévorés en «Bibliothèque verte» après 1918 comme après 1940, ils avaient été copieusement étrillés. N'étaient-ils pas des bâfreurs de choucroute trop grasse, des moralistes bas de plafond, des pisseurs de littérature de gare, des folkloristes oiseux, des ignorants de la modernité ? Le Tout-Paris d'Offenbach les a méprisés avant de les jalouser. Leur républicanisme a déplu aux cléricaux et aux sabreurs, aux profiteurs et aux filous. Les censeurs à la solde de Badinguet les ont surveillés de près. Et, somme toute, leurs livres ne sont, juge-t-on encore aujourd'hui, que niaiserie pour gosses qui ne lisent plus. Il n'empêche ! Ces deux pignoufs ont bien marché et, faussement bonasses, ils n'ont jamais courbé l'échiné.
Le trait d'union d'une amitié de quarante ans leur a donné force et succès. C'est une exceptionnelle complicité d'écriture (Erckmann rédige un premier jet, Chatrian relit et critique avant de porter leurs feuillets tout frais aux directeurs de journaux ou de théâtres) qui cimente leurs deux vies et leur oeuvre, qui donne aux unes comme à l'autre le charme d'un récit qui cavale au passé simple. Ces destins longtemps conjoints et cette saga populaire sont, bien sûr, le reflet d'un monde que nous avons perdu. Mais leurs couleurs, leur vivacité, leur véracité n'engendrent pas la mélancolie. Tout au contraire, elles émeuvent et pincent au coeur, elles charment, elles entraînent. Et j'ai toujours parié, l'historien rejoignant l'enfant, qu'elles pouvaient encore éveiller.
Émile et Alexandre ont par-dessus tout aimé leur petite patrie, Phalsbourg et ses alentours. Ils auraient pu mener là-bas une vie tranquille d'épicuriens sous bonnet de coton, en vidant des chopes et en fumant des pipes, en traînassant au marché ou sous la charmille tout en lorgnant les filles. Mais voilà : ambitieux, ils ont voulu et su s'affirmer par l'écriture. Ils ont été ces «deux cocos bien plébéiens», disait Flaubert, qui ont accédé à la gloire. Et même s'ils sont morts brouillés et ne sont pas couchés côte à côte comme ils se l'étaient promis, ils sont devenus et sont restés cet écrivain siamois qui a su rendre au peuple bleu-blanc-rouge son histoire mûrie au soleil des droits de l'homme ; une histoire à main nue, à coeur ouvert, au ras du quotidien et parcourue de rêves ; une histoire qui fouette les sangs et qu'il s'agit de vivre comme une promesse inépuisable, avec courage et dans l'honneur. Toutes choses dont, n'en déplaise, nous pourrions être, aujourd'hui, encore ou un peu mieux les héritiers.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia