Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Et le corps blanc des amoureuses

Couverture du livre Et le corps blanc des amoureuses

Auteur : Bénédicte Heim

Date de saisie : 28/06/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Les Contrebandiers, Paris, France

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782915438680

GENCOD : 9782915438680

Sorti le : 01/03/2017

  • Les présentations des éditeurs : 03/04/2017

«Je vois ma fille en bivouac et que du chaton mutin aux boucles pétaradées ne subsiste presque rien. Les salopettes broussailleuses ont fait place à des jupes dépenaillées, pillées par les regards. Lui viennent des anglaises de chérubin auburn, des boutons enflammés qui fourmillent sur sa poitrine et une tiédeur entre les cuisses. Elle erre, mon fils me l'a dit, sur les terrains désaffectés, roule sur les terrasses vides ses vertiges épars et ses cerceaux d'une trempe nouvelle. Il y a du poivre dans son parfum et des angles dans son ombre. Ses manoeuvres deviennent presque policières, seuls ses yeux sont encore à couteau tiré. Ses yeux qui soudain s'enveniment. Elle est un soleil qui vitriole nos eaux. Un soleil dur que la main de l'homme ébouriffe. Mais elle hausse sa croisée qu'on ne franchit pas et elle articule lentement ses mains car elle sait que celles de l'homme sont pour moi et elle aussi veut être caressée à l'endroit.»



  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 28 juin 2017

Dans son nouveau roman, qui doit se lire, se proférer, se psalmodier à voix haute, elle capte les ondes vibratoires entre une mère et son fils, entre un frère et sa soeur, entre des framboises et des lèvres, entre un chagrin et une gorge, entre la lumière et les pupilles...
Poésie charnelle, symphonie organique, cantique prophétique, cette oeuvre indéfinissable n'en finit pas depuis quinze ans de répandre son humble puissance.


  • Les courts extraits de livres : 03/04/2017

Il n'y a pas d'avions dit-elle à son fils, ici ce n'est pas une piste d'envol. Il ne répondit rien, il le savait déjà, il l'avait amenée là pour autre chose. Il lui toucha l'épaule, elle frémit, il lui désigna la vaste étendue plane et bétonnée devant et dit : Regarde, il n'y a rien, rien ne peut pousser ici, tu peux te reposer. D'habitude il ne pouvait la toucher qu'avec les yeux, mais en ce jour c'était différent, c'était un jour d'exception, pas seulement parce qu'ils avaient changé de lieu, autrement aménagé l'espace. Quelque chose dans l'air avait fondu et se déposait sur leurs épaules. Il se dit que, s'ils avaient eu un secret, ils auraient pu le déposer là aussi, et sceller un pacte, mais sa mère, peut-être, n'aurait pas voulu. De toute façon n'étaient-ils pas ensemble le secret ? Aussitôt il biffa mentalement cette phrase. Aucun sens, pas le sens commun, pas le droit, d'accord ? L'été était presque sans lumière, juste cette blancheur, cette pâleur plus claire, mais la peau souvent restait bleue. Il entendait la voix de sa mère et c'était comme si elle ne parlait plus à hauteur de son visage, mais à l'intérieur de sa gorge et de leur sang commun. Ce n'était pas nouveau, mais cette fois il n'avait plus envie de s'enfuir. Il écoutait ce bruire, ce bourdonnement bord à bord qui l'emplissait entier. Il déchiffrait que sa mère parlait à un autre visage derrière. Et que l'autre caché venait devant. Sa mère avait sa voix des longues heures, sa voix d'oubliée. Ils étaient là, il l'avait compris, pour tout reprendre à ras, chasser l'espoir comme un fantôme définitif. Il n'y avait même pas d'oiseaux, le ciel vide et leurs visages qui se découpaient dessus, leur ressemblance désolée. Le ciel semblait fumer, il y avait des volutes blanches et vaporeuses dans l'air, elle dit à son fils : Je crois qu'on était là avec lui, c'est curieux, je n'arrive pas à me souvenir alors que rien n'est effacé et maintenant c'est toi qui sans savoir m'amènes ici. Il ne lui dit pas qu'il ne savait par quel chemin, un sourire doux se forma sur ses lèvres qu'elle ne vit pas. Elle parlait à demi, psalmodie ou prière, comment savoir, les phrases, dans un bruissement confus, sortaient tronquées de ses lèvres. Il appuya, avec ses deux index, sur ses globes oculaires, il pressait de plus en plus fort, ses paupières rougissaient, il semblait vouloir extraire un venin, chasser un venin intercalaire. Lorsqu'il rouvrit les yeux, sa mère avait le regard braqué loin devant et il le savait, s'il s'interposait, de tout son corps pesant, entre elle et l'horizon, elle ne le verrait pas. Il était prêt, l'usure avait agi comme une fraîcheur.

Sa mère, psalmodie ou prière, comment savoir, il fallait arrêter ça, que la pourriture poussée meure sur ses lèvres, alors, chose jamais faite, il avança sa main et touche le visage en crue. Main posée en douceur sur les lèvres torses et peu à peu les pulsations décrurent. Le ciel fourrageait dans les roses et carmins, vestiges de soleils passés, le froid persistait. La main sur le front pulsatile, il régula son regard : rien devant, l'horizon nu, tout était comme il se doit, il aurait voulu aussi raser tout ce qui subsistait derrière la nuque. Sa mère dans les limbes, rivée, dans le même confinement, toujours, à sa mémoire sans miel actif. Il l'avait menée là pour qu'elle lise la réponse muette du ciel, il l'avait menée là, où, il le savait, ils s'étaient vus. Pour que, au ras de la terre frappée par leurs pas, elle mesure l'absence qu'on ne dépasse pas. L'envie qui lui venait, pour que se rassemble le visage épars de sa mère, c'était d'écorcer du bois, de s'y meurtrir les mains. Mais il n'y avait rien, ici, que des tôles ondulées, rien qui ressemblât à quelque chose d'organique. Il sentait, à l'intérieur de ce paysage, qu'il avait moins, de moins en moins de frontières. Et c'était pire encore quand il regardait sa mère. Il était loin de tout en elle, au plus près de lui-même. (...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia