Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'enfant qui

Couverture du livre L'enfant qui

Auteur : Jeanne Benameur

Date de saisie : 11/07/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 13.80 €

ISBN : 9782330078980

GENCOD : 9782330078980

Sorti le : 29/04/2017

Fruit désiré d'un menuisier et d'une gitane, l'enfant cherche sa place dans le monde depuis que sa mère est partie. Comme son père, il apprend peu à peu à apprivoiser cette liberté que sa mère lui a léguée, ce désir de marche et d'espace. Dans une langue poétique et terrienne tout à la fois, Jeanne Benameur fait revivre l'absente impossible, celle qui a ouvert l'espace de ceux qu'elle a côtoyés sans pour autant les guérir de leurs peurs.


  • Les présentations des éditeurs : 18/05/2017

Trois trajectoires, trois personnages mis en mouvement par la disparition d'une femme, à la fois énigme et clé.
L'enfant marche dans la forêt, adossé à l'absence de sa mère. Il apprend peu à peu à porter son héritage de mystère et de liberté. Avec un chien pour guide, il découvre des lieux inconnus. A chaque lieu, une expérience nouvelle. Jusqu'à la maison de l'à-pic.
Le père, menuisier du village, délaisse le chemin familier du Café à la maison vide. En quête d'une autre forme d'affranchissement, il cherche à délivrer son corps des rets du désir et de la mémoire.
Et puis il y a la grand-mère, qui fait la tournée des fermes voisines, dont le parcours encercle et embrasse le passé comme les possibles.
Porté par la puissance de l'imaginaire, L'Enfant qui raconte l'invention de soi, et se déploie, sensuel et concret, en osmose avec le paysage et les élans des corps, pour mieux tutoyer l'envol.

Jeanne Benameur a déjà publié aux éditions Actes Sud : Laver les ombres (2008), Les Reliques (Babel n° 1049), Ça t'apprendra à vivre (Babel n° 1104), Les Insurrections singulières (2011), Profanes (2013), Pas assez pour faire une femme (Babel n° 1328) et Otages intimes (2015).



  • La revue de presse Delphine Allaire - Le Magazine Littéraire, juin 2017

Un roman d'initiation autour d'un être inachevé, couronné d'un titre tronqué... Avec ce conte métaphysique, Jeanne Benameur parvient à peindre avec grande subtilité les froissements et bruissements de l'âme d'un enfant qui a perdu sa mère dans des circonstances laissées floues.Investissant tour à tour le «tu», le «nous» et enfin le «je» déployés par le narrateur, le lecteur se retrouve pleinement associé à l'éveil des sens et de la psyché de l'enfant. Du «bourdonnement» des chansons entonnées par la grand-mère au «halètement» du chien, en passant par les «glissements d'ombre» qui baignent le chemin de forêt emprunté par le jeune protagoniste lors de sa fugue, chaque mouvement est minutieusement décrit...
En suivant la marche solitaire d'un enfant, Jeanne Benameur raconte de façon énigmatique et poétique «la bascule du monde», lorsque les mots se muent en roc et que les sens s'entremêlent.


  • La revue de presse Mohammed Aïssaoui - Le Figaro du 18 mai 2017

Un petit garçon erre dans une forêt à la recherche de sa mère disparue. Jeanne Benameur signe un court mais dense roman porté par la sensualité des mots. C'est un court récit, mais d'une densité prodigieuse. C'est la marque des livres de Jeanne Benameur, dont on ne dira jamais assez de bien parce que les plus belles critiques seront toujours au-dessous de son talent. Avec L'Enfant qui, elle nous en offre une nouvelle illustration...
Un bijou. Est-ce un conte, un chant, un poème, une fable ou un roman ? Tous ces genres se sont donné rendez-vous ici.


  • La revue de presse Raphaëlle Leyris - Le Monde du 18 mai 2017

C'est dans les silences que Jeanne Benameur semble creuser son oeuvre. Ses personnages ne se paient pas de mots, tandis qu'elle choisit les siens avec une parcimonie qui décuple leur effet...
Nimbé de mystère, ce roman sur ce qui constitue une famille, sur la manière dont grandit une individualité, et dont on apprend à habiter le monde, est d'une poésie aussi heurtée que son titre.


  • Les courts extraits de livres : 18/05/2017

Dans ta tête d'enfant, il y a de brusques ciels clairs arrachés à une peine lente, basse, impénétrable. Ta mère a disparu. Elle avait beau ne jamais être complètement là, c'est à son odeur, à sa chaleur, à ses mains silencieuses que tu prenais appui pour sentir que tu existais vraiment.
Maintenant tu te tiens comme tu peux. Sur une crête. D'un côté, les cris du père. De l'autre, le silence. Abrupt.
Toute ta vie désormais au bord de quelque chose qui n'a pas de nom. Dans le monde, ta place s'est réduite. Est-ce qu'elle va s'amenuiser encore ? Faudra-t-il pour y tenir que tu te réduises juste à un point ? A un trait ? Tu ne connais pas encore les peintures des maîtres chinois, l'encre déposée par le pinceau, à peine une trace, et le vide. Si tu les connaissais, tu saurais que maintenant, c'est toi.
Mais il y a ton corps. Même si tu t'apprends à respirer en laissant le moins d'air possible entrer entre tes côtes. Tous tes os sont là. Tant que la vie est là, ils résisteront. Tu ne peux rien contre les os. Tu sens cette défaite-là et tu sens sourdement, plus loin au fond de toi, que c'était déjà la défaite de ta mère.

Reste immobile, n'aie pas peur du gouffre. Le temps va passer. Tu peux te balancer lentement, doucement. La lumière n'entrera dans la cuisine qu'en plein midi, jusque-là tu peux rester dans la clarté tamisée par les grands arbres, avec encore quelque chose de la nuit autour de toi, qui t'apaise. Je te vois, debout devant la fenêtre, le regard perdu, ou à la table, assis, devant ton petit bol bleu.
Tu es seul comme peut l'être quelqu'un dans un tableau.
Je voudrais poser ma main sur tes cheveux. Si je ferme les yeux, je peux les sentir, très doux, même si aucun peigne n'a raison de tes boucles emmêlées. La paume de ma main les effleure. Tu peux croire que c'est juste de l'air qui passe par les vitres mal jointes.

Tu poursuis ta contemplation. Une feuille d'arbre portée jusqu'au sol par le souffle du vent, la poussière suspendue dans la lumière, qui retombe juste au coin de ton oeil. Tu suis du doigt sur le carreau un chemin que toi seul discernes.
Le mouvement lent des choses t'appelle.
Alors, je sais que, sans bruit, tu vas te mettre en route.

Ta grand-mère chantonne à l'arrière de la maison, dans le pré. Ta grand-mère chantonne toujours et tu aimes son bourdonnement. Collé contre sa hanche, tu le laisses pénétrer jusque dans ta poitrine. Son bourdonnement se joint à ton propre souffle, élargit peu à peu ton regard, ta poitrine d'enfant. Alors tu entends la rivière qui coule là-bas, loin. Même si tout le monde dit que c'est impossible d'entendre la rivière de si loin, je sais que tu l'entends. Tu serres fort le tablier.

Soudain, tu sens venir l'appel. Impérieux. Fuir. Vite vite. Les pieds lancés soudain sur le chemin, tu es parti.

Ta grand-mère en reste tout hébétée. Elle ne sent plus ta tête sous son bras. Envolé. Elle n'arrivera décidément jamais à saisir le moment précis. Tu la laisses, plantée là, les bras ballants. Surprise chaque fois. Dans sa tête se bousculent les mots Ne rentre pas trop tard. Et où vas-tu encore ? Gare au père si tu reviens tout crotté ! Tant de choses qu'il faut dire aux enfants. Mais toi.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia