Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Qui va prendre le pouvoir ? : les grands singes, les hommes politiques ou les robots

Couverture du livre Qui va prendre le pouvoir ? : les grands singes, les hommes politiques ou les robots

Auteur : Pascal Picq

Date de saisie : 25/05/2017

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Odile Jacob, Paris, France

Collection : Sciences humaines

Prix : 22.90 €

ISBN : 9782738138729

GENCOD : 9782738138729

Sorti le : 03/05/2017

  • Les présentations des éditeurs : 13/06/2017

«C'est nous qui éliminons les grands singes et qui créons les robots.
Comment apprendre à vivre avec ces nouvelles intelligences artificielles pour assurer un futur meilleur à l'humanité ?
Ma réponse d'éthologue et de paléoanthropologue est qu'il nous faut d'abord comprendre les intelligences naturelles qui accompagnent notre évolution, à savoir celle des singes et des grands singes. Sinon nous serons les esclaves des robots.» P. P.

Ce livre plein d'humour nous apprend beaucoup sur nous-mêmes, sur les hommes (et femmes) politiques, sur les grands singes... et les robots.
Ce livre est aussi un bestiaire à clés, où toute ressemblance avec des personnages existants risque de ne pas être pure coïncidence...

Pascal Picq est paléoanthropologue et maître de conférences au Collège de France. Ses recherches sur l'évolution de l'homme s'intéressent à ses origines comme aux profonds changements anthropologiques en cours. Il est à la fois très engagé dans la diffusion des connaissances en paléoanthropologie et dans les transformations de nos sociétés (Observatoire de l'ubérisation de la société, Institut de la souveraineté numérique, MENE...) sous le regard de l'anthropologie évolutionniste.


  • Les courts extraits de livres : 08/06/2017

Extrait de l'introduction

Les grands singes auront disparu d'ici 2050. Après tout, cela peut être une bonne nouvelle pour les angoissés d'un avenir dominé par des grands singes porteurs de virus et de guerre comme dans la dernière saga de La Planète des singes. Par ailleurs, les études de prospective annoncent que les deux tiers de la population mondiale seront alors urbanisés. On ne voit donc pas en quoi la survie des singes et des grands singes pourrait obscurcir l'avenir radieux de l'humanité.
Si les grands singes se trouvent menacés par les hommes, et non pas l'inverse, en quoi intéressent-ils notre avenir immédiat ? Tout simplement parce que d'autres formes d'intelligence menacent, elles aussi, nos sociétés postindustrielles avec notamment l'arrivée massive des robots collaboratifs et l'intelligence artificielle forte. Les fondements modernes de nos sociétés qui, depuis la première révolution industrielle, se fondent sur les machines, les moyens de production, de distribution et de redistribution de plus en plus mécanisés et automatisés, la démocratie universelle, le travail et le salariat, l'éducation et la liberté d'information, s'en trouvent d'ores et déjà profondément impactés. Une autre annonce avait d'ailleurs précédé celle de l'extinction des grands singes : la disparition de plus de la moitié des métiers, la transformation des métiers restants et l'apparition de nouveaux métiers. Avec cette interrogation : est-ce que les nouveaux métiers allaient compenser la perte des autres comme au cours des révolutions industrielles précédentes ? Non, ce ne sera pas le cas cette fois et ce n'est pas un hasard si la question du revenu universel sous toutes ses formes s'impose dans les débats de société dans tous les pays postindustriels engagés dans ce que j'appelle l'«espace digital darwinien». Une nouvelle phase de l'évolution humaine vient de commencer.
Savez-vous pourquoi les grands singes prennent le pouvoir sur la planète Soror inventée par Pierre Boulle dans sa nouvelle aussi géniale que dystopique de 1963 ? La vraie raison qu'aucun scénariste et réalisateur de film n'a voulu mettre en scène est celle-ci : les humains avaient tout simplement cessé de se comporter comme des humains. Les machines produisaient ce dont ils avaient besoin et les grands singes domestiqués assuraient tous les services. Ainsi tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles selon le credo des utopistes de tous poils. Mais, comme le raconte une femme attrapée par les chimpanzés, les humains cessèrent d'être actifs, intellectuellement et physiquement. Devenus incapables de réagir, ils finirent par glisser d'un état d'esclavage volontaire à celui d'asservissement sous la férule des grands singes.
Mais pourquoi nous raconter cette fiction alors que les singes et les grands singes vont disparaître d'ici peu ? Parce que le spectre de la décadence de l'humanité risque de se concrétiser avec l'arrivée massive des robots, de l'intelligence artificielle et... de l'allocation universelle. Si la deuxième révolution industrielle a été celle du remplacement de la main-d'oeuvre par des machines déjà appelées robots, la troisième révolution industrielle, celle qui est en cours, sera celle du cerveau d'oeuvre, avec des algorithmes traitant de tâches intellectuelles (recherche, classement et traitement des données massives, modélisation, collaboration, élaboration de propositions, etc.). Alors comment passe-t-on d'une société fondée sur la seule rémunération du travail productif et sur des cotisations sociales reposant sur le salariat à une société dans laquelle les fonctions de production ainsi que les métiers du secteur tertiaire et des services seront de plus en plus accaparés par des machines et des algorithmes ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia