Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Gide, d'ici et d'ailleurs

Couverture du livre Gide, d'ici et d'ailleurs

Auteur : Philippe Priol

Date de saisie : 25/05/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Au petit bonheur, Darnetal

Prix : 10.00 €

ISBN : 9791092029055

GENCOD : 9791092029055

Sorti le : 15/09/2016

  • Le courrier des auteurs : 25/05/2017

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis né le 28 mai 1952 à Rouen, ville où j'ai grandi et passé mon existence. Élève du Lycée Corneille, j'ai suivi des études de germanistique et de philosophie à l'Université de Rouen. J'ai été influencé dans ma jeunesse par une double culture franco-allemande, ainsi que par des références constantes à la Bretagne, région d'origine de ma famille paternelle, aux Arts et à la vie intellectuelle en général ; cela a conditionné mes goûts pour le romantisme, la nature, les rêves, la littérature, l'histoire, la philosophie, la musique, la peinture ; ensuite les voyages ont occupé une grand place dans ma vie ; la Grèce, l'Italie, l'Espagne, le Maroc et l'Égypte ont profondément marqué mon imagination. Après quelques années d'enseignement, je suis devenu conseiller culturel et «plume» de Jean Lecanuet, alors Président du Conseil Général de Seine-Maritime. Poète, écrivain, essayiste j'ai publié des ouvrages de poésie dont «Ode à Gaïa» illustré par le peintre Tolmer. Ma proximité et ma collaboration avec les artistes est d'ailleurs très présente tout au long de mon oeuvre, qu'il s'agisse de peintres ou de musiciens. Par la suite, en 2001, j'ai publié la biographie de Jean Lecanuet (cf. Historia n° 654, mai 2001) ainsi que différents essais et nouvelles. J'ai d'ailleurs consacré un essai à Pierre Corneille (2006) et une nouvelle à Voltaire. Acteur culturel en Seine-Maritime, j'ai participé à la mise en oeuvre de plusieurs projets d'envergure lors de grands événements historiques, fidèle à ce cap selon lequel action et réflexion doivent constamment s'équilibrer.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Gide dont les racines, du côté maternel sont normandes et rouennaises, a souffert toute sa vie d'un écartèlement identitaire entre le Nord et le Sud d'où était originaire son père. La réconciliation entre ces deux pôles ne s'est en fait jamais opérée. Parisien de naissance, mais Normand par beaucoup d'aspects de sa vie, il passait beaucoup de son temps à Rouen, dans le bel hôtel particulier de ses grands-parents, aussi chez ses oncles et tantes ; c'est également à Rouen qu'il noua avec sa cousine Madeleine, l'instigatrice de «la Porte Étroite» des liens affectifs profonds ; c'est au temple d'Étretat qu'il l'épousa ; c'est à Cuverville non loin de là, qu'il vécut et qu'il est inhumé à ses côtés. L'écartèlement est également éducatif, d'un côté l'influence paternelle, de l'autre les méthodes de sa mère. Enfin, il est confessionnel. Du côté paternel, le protestantisme est une chose acquise depuis le XVIème siècle ; du côté maternel, les choses sont plus complexes : c'est par mariage que la famille est devenue protestante deux générations auparavant. Cet ouvrage propose une exploration des deux lignées de l'écrivain tant paternelle que maternelle, ainsi que l'exposé des influences qui présidèrent à sa formation, tout en le restituant au contexte urbain de son époque. C'était aussi lui faire justice à Rouen, où l'ombre tutélaire de deux géants de la littérature, Corneille et Flaubert, tend à l‘éclipser.

3) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Gide «le plus musicien des écrivains» c'est aussi l'odeur et le parfum d'une époque (la belle). Je pense à des compositeurs comme RAVEL «Pavane pour une Infante défunte» ; «l'Ouverture d'Elektra» de Richard STRAUSS ou encore à la «Sonate pour Hautbois et Piano» de Camille SAINT-SAËNS.

4) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Sans aucun doute, cette approche intimiste qui permet d'appréhender la sensibilité véritable de l'auteur. La communion entre le texte de Gide et ma propre perception de son vécu me paraît essentielle dans cette démarche. Il s'agissait aussi de réhabiliter l'homme qui a souffert d'un ostracisme regrettable. Ceci est visible dans le sort qui lui est réservé à Rouen où pourtant l'histoire de sa famille s'écrit dans les murs de la ville. Tenter de saisir les différentes facettes de l'homme à travers le prisme de ses origines, de son éducation et des influences religieuses a été tout le sens de ma quête. Il s'agissait en fait pour moi de montrer que l'on ne devient pas GIDE par hasard. Aussi je souhaite que la conduite du récit, passant d‘un plan à un autre par le biais de ses propres textes, séduise d'emblée le lecteur.


  • Les présentations des éditeurs : 25/05/2017

«Tu me sais compliqué, né d'un croisement de races, assis à un carrefour de religions, sentant en moi toutes les directions de Normands vers le sud, de Méridionaux vers le nord, portant en moi de si multiples raisons d'être, qu'une seule peut-être me demeure impossible : être simplement.» (c. Jam, 199)
L'oeuvre de Gide, du moins sa partie intimiste, celle qui a trait aux souvenirs personnels «Si le grain ne meurt» ou encore les romans d'inspiration autobiographique «La Porte étroite» etc... a souvent pour cadre les lieux et personnages qui ont gravité autour de lui durant l'enfance.
On connaissait le Parisien de naissance, on se rappelait que son père était un cévenole, de souche calviniste, on savait vaguement que sa mère était originaire de Rouen, mais on l'avait vite oublié. Pourtant outre les racines profondes du côté paternel qui s'enfoncent dans la garrigue du côté d'Uzès où vécurent bon nombre de ses ancêtres, il y a de l'autre côté l'atavisme normand et rouennais.
De Fleury-La-Forêt en lisière de la forêt de Lyons, sur les confins du Vexin normand, au littoral cauchois, en passant par Rouen jusqu'aux frontières du Pays d'Auge, la trace de Gide se perd dans ce terroir qu'il aima, où il vécut et enfanta une partie de son oeuvre.
C'est ici l'occasion pour le lecteur, mais aussi pour le touriste, de redécouvrir un écrivain qui s'inscrit dans les lieux et paysages de deux contrées, à travers une lignée exemplaire d'ancêtres qui ont su s'inscrire de plusieurs façons dans l'histoire de leur province.

Philippe Priol né à Rouen en 1952, élève du Lycée Corneille, germaniste et philosophe de formation, ancien conseiller politique, puis chargé de recherches historiques, est l'auteur de plusieurs ouvrages à caractère biographique. Il est aussi poète, écrivain et essayiste. Il est chevalier des Arts et Lettres.


  • Les courts extraits de livres : 25/05/2017

Les Paradoxes d'un Homme

L'héritage de Gide

Saura-t-on jamais qui était Gide, alors que lui-même ne le savait pas ? Lui, qui de son vivant combattit ses démons intérieurs, prisonnier d'une éducation puritaine et austère, produit de deux tempéraments étrangers l'un à l'autre par leurs origines, ressentant l'appel exubérant du sud que la tempérance du nord venait aussitôt contrarier. Révélé à l'ambivalence de sa nature dans un monde d'interdits, il ne cessera jamais d'essayer de se définir, se heurtant toujours à l'impossible résolution de cette équation intérieure. Pourtant quoi de plus banal dans nos sociétés contemporaines que ces mélanges, métissages du corps et de l'esprit ? L'identité de l'être connaîtrait-elle alors un si grand trouble qu'il lui serait difficile de trouver sa place dans un monde sans indulgence ? C'est par cet écartèlement proclamé et pas ses questionnements sur lui-même qu'il suscite une tentative de réponse.

Lorsqu'il meurt à Paris en février 1951, Gide laisse derrière lui une odeur de souffre savamment entretenue par quelques uns de ses confrères en littérature qui ne lui pardonnent ni ses positions en matière de morale et d'éthique ni ses engagements politiques et littéraires. Prix Nobel de littérature en 1947, il se trouvera au centre d'une polémique et d'une contestation qui sont révélatrices des extrêmes qui l'auront habité tout au long de son existence. De fait, son oeuvre ne sera que la tentative toujours inachevée de se réconcilier avec lui-même. Si l'écartèlement qui le possède est celui d'un être partagé entre les valeurs éthiques reçues au cours d'une éducation spécialement puritaine et celui du désir de vivre pleinement ses tendances profondes, il est surtout identitaire. Ne le proclamait-il pas lui même à Barrés, déclarant «né à Paris d'un père uzétien et d'une mère normande, où voulez-vous monsieur Barrés que je m'enracine ?».

Ainsi, il est vrai que Gide se trouvait être le produit d'un croisement qui venait compliquer sa tâche. Se construire lorsque l'on est orphelin de père à onze ans, désormais soumis à l'éducation d'une mère autoritaire et possessive, passant le jour de l'an à Rouen et Pâques à Uzès, suivant une tradition bien établie, demeurant à Paris le reste de l'année, tout cela aura bien vite contribué à faire du jeune homme en devenir un être apatride et soucieux d'échapper aux rigueurs du conformisme maternel. C'est donc ailleurs que le jeune Gide tentera de résoudre ses contradictions et d'assouvir ses désirs. C'est ainsi qu'il voyagera et trouvera la révélation. L'écriture entérinera l'expérience et certains de ses confrères éprouveront le désir de rompre avec lui, le poursuivant de leur farouche vindicte. Claudel, qui avait espéré le convertir, cessera toute relation avec lui en 1909 et le combattra avec animosité jusqu'aux heures ultimes de l'agonie en 1951. (...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia