Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Bibliothèque du pôle rural. Volume 4, Les petites gens de la terre : paysans, ouvriers et domestiques : Moyen Age-XXIe siècle

Couverture du livre Bibliothèque du pôle rural. Volume 4, Les petites gens de la terre : paysans, ouvriers et domestiques : Moyen Age-XXIe siècle

Auteur : Philippe Madeline | Jean-Marc Moriceau

Date de saisie : 16/06/2017

Genre : Sociologie, Société

Editeur : MRSH Caen, Caen | Presses universitaires de Caen, Caen, France

Collection : Enquêtes rurales : hors série

Prix : 25.00 €

ISBN : 9791091823036

GENCOD : 9791091823036

Sorti le : 20/06/2017

  • Les présentations des éditeurs : 11/08/2017

L'histoire du monde rural privilégie ceux qui ont joué un rôle visible et souvent dominant dans les campagnes : les élites de la terre. Propriétaires Fonciers, riches fermiers, gros exploitants ont imprimé leur trace dans les paysages et la documentation écrite. En revanche il est des catégories sur lesquelles les historiens - mais aussi les sociologues, les économistes ou les géographes - ne se sont guère attardés : celle des petits paysans de notre planète.
En donnant la parole à ces «petites gens de la terre», les 34 auteurs rassemblés ici nous transportent de l'Argentine au Cambodge, de la «Nouvelle France» au Portugal, de l'Andalousie à la Lombardie, de la Martinique aux îles Shetland, de l'Algérie à la Catalogne, tout en jetant des éclairages larges sur l'Hexagone ou l'Europe. Enfin, pour aiguiser le regard, ils scrutent aussi l'intérieur de l'espace Français (Artois, Berry, Bourgogne, Franche-Comté, Normandie, Lorraine, Maine, Languedoc, Provence et, en-deçà, Cotentin et Bessin, Sancerrois, Charolais-Brionnais ou Lodévois). Dans ce vaste tour d'horizon, qui privilégie les trois derniers siècles, on propose six champs de lecture : les identités ; les mobilités ; la formation ; les engagements ; les ressources et les représentations.
Ce livre, issu pour l'essentiel du colloque du 20e anniversaire de l'Association d'histoire des Sociétés rurales et du Pôle Rural de la MRSH de Caen, qui s'est tenu à Caen en octobre 2014, contribue à sortir de l'anonymat les masses profondes du monde rural dans leur diversité. Faire resurgir la voix des humbles, dans le monde entier, c'est proposer une autre lecture de l'évolution de l'humanité.

Les éditeurs de l'ouvrage

Jean-Marc MORICEAU est professeur d'histoire et Philippe MADELINE professeur de géographie, tous les deux à l'université de Caen Normandie. Spécialistes des campagnes françaises, ils animent le séminaire du Pôle rural de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen. En 2012, ils ont publié ensemble aux éditions Les Arènes, Les Paysans. Récits, témoignages et archives de ta France agricole (1870-1970).

Jean-Marc MORICEAU a écrit Secrets de campagne. Figures et familles paysannes au XX' siècle (Paris, Perrin, 2014). Il vient de sortir Les Grands fermiers. Les laboureurs de {'Île-de-France, XVe- XVIIIe siècle (Paris, Fayard^ 2017, collection «Pluriel»). Philippe MADELINE a contribué à éditer Agriculteurs et territoires, entre productivismes et exigences territoriales (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007). L'un comme l'autre s'intéressent aux mutations du monde rural et aux rapports des campagnes avec l'environnement.


  • Les courts extraits de livres : 11/08/2017

SANS TERRE ET SANS HISTOIRE
Des paysans sans voix ?

Depuis trente ans l'histoire du monde rural européen a avancé en focalisant son attention sur ceux qui ont joué un rôle visible et souvent dominant dans les campagnes : les élites de la terre. Propriétaires fonciers, riches fermiers, gros exploitants ont imprimé des traces multiples dans les paysages, le patrimoine bâti et la documentation écrite. Reconnues depuis longtemps, ces catégories privilégiées ont fait l'objet d'analyses spécifiques ou de travaux d'ensemble. Elles seules ont droit à la parole. L'histoire des campagnes est souvent celle des gagnants. En revanche, il est un groupe sur lequel l'attention des historiens - mais aussi des sociologues, des économistes ou des géographes rassemblés dans cet ouvrage - n'a pas été insistante jusqu'ici : les «Petites Gens de la terre».
Si on reconnaît volontiers qu'il y a là la majorité de la population rurale - les gens de bras, les ouvriers agricoles, les petits paysans - on ne s'attarde guère sur leur sort. On en scrute assez peu la stratigraphie ; on en ignore presque toujours les trajectoires ; on en devine à peine la mobilité. Majoritaires dans les sociétés anciennes par rapport aux exploitants agricoles indépendants, pourvus d'attelages de chevaux ou de bêtes à cornes, ces «pauvres gens de la campagne» ont été les premiers à la peine, du Moyen Âge au XXe siècle. Leurs noms ne figurent point sur les pierres tombales ni sur les monuments aux morts avant la fin du XIXe siècle ; leurs chaumières se sont écroulées, souvent depuis longtemps ; leurs descendances se sont souvent étiolées ou perdues ; leurs archives propres sont indigentes quand elles n'ont pas disparu.
Et pourtant, jusqu'à la dernière Révolution agricole des années 1950-1970, ces travailleurs de la terre constituaient l'essentiel des «paysans». Ils supportaient, pour une bonne part, le fardeau des charges que leur faisaient porter les dominants : depuis le XVIIe siècle, ils étaient le «mulet» de l'État en France comme le déclarait le cardinal de Richelieu. Laminés par les expropriations et absorbés par la concentration des exploitations, du XVIe au XIXe siècle, ils figurent dans le camp que l'on classe traditionnellement parmi les «perdants». Écartés de la voie classique du progrès agricole et de l'innovation, ils sombrent dans l'océan anonyme des représentants de la tradition et de l'agriculture familiale routinière. Souvent, ces humbles, encore peu considérés par les historiens, n'ont-ils pas d'histoire pour autant ? Alors qu'on redécouvre aujourd'hui les vertus des «savoirs paysans» dans l'espoir d'une agriculture moins intensive, n'ont-ils pas une mémoire à prendre en considération ? Et si beaucoup ont disparu comment-ont-ils réussi à se reproduire et à se maintenir de génération en génération ?
Derrière toutes ces questions qui préoccupent bon nombre de chercheurs en sciences humaines et sociales, pointe une interrogation : comment rendre plus visible cette masse informe de «Petites Gens» ? Plus que pour tout autre catégorie sociale et professionnelle, la tâche est ardue. Devant l'indigence des sources ou l'absence de statistiques, il faut faire preuve d'ingéniosité. C'est parfois par des voies détournées que ces «Petites Gens» surgissent à l'observateur. Quand, par chance, les sources les individualisent, il reste à en en cerner la réalité. Car derrière les catégories génériques que révèlent les termes de «paysan» (en principe l'exploitant agricole), «ouvrier» (le salarié à la tâche, journalier ou brassier) en encore «domestique» (l'employé attaché à l'exploitation le temps d'un contrat au moins), se cache une infinie variété de situations. Dans cette masse, une frontière que l'on imagine trop souvent étanche, est souvent franchie : celle qui sépare le salariat (occasionnel ou contractuel) de l'exploitation agricole. C'est à ce décryptage et à l'analyse de cette perméabilité possible, source éventuelle de mobilité sociale, qu'on s'attache ici, de l'échelle locale à l'échelle internationale, pour trouver des clés de compréhension aux dynamiques des sociétés rurales.

(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia