Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La beauté des jours

Couverture du livre La beauté des jours

Auteur : Claudie Gallay

Date de saisie : 28/09/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Domaine français

Prix : 22.00 €

ISBN : 9782330081768

GENCOD : 9782330081768

Sorti le : 16/08/2017

Jeanne mène une vie simple et heureuse. Jeune, elle a épousé le gentil Rémy, ils ont eu des jumelles, merveilleuses, qui viennent de quitter le foyer. Elle travaille à la poste et passe tous ses dimanche à la ferme de ses parents. Mais Jeanne se révèle pleine de fantaisie, elle se plait à égayer la journée de ses clients à la poste, s'amuse à suivre tel ou tel inconnu dans la rue, attend tous les jours dans son jardin que passe le train de 18H05, et calcule le nombre de bougies soufflées depuis son premier anniversaire... Cet été là, au hasard d'un courant d'air, elle retrouve la photo de l'artiste serbe Marina Abramovic que lui a fait découvrir un professeur l'année du bac, et en même temps l'admiration et la curiosité qu'elle lui avait inspirée. Mais jusqu'où laissera-t-elle ce vent d'été bousculer sa tranquillité ?
"La beauté sauvera le monde" a écrit Dostoïevski dans l'idiot. La magie du roman de Claudie Gallay ne s'arrête pas à la beauté du titre et de la couverture, elle opère avec son écriture, ses personnages et leurs histoires, pour nous rappeler que la beauté est dans les yeux de celui qui la regarde.


Claudie Gallay nous offre le portrait d'une femme discrète, heureuse d'un rien et amoureuse de l'Art.
Autour d'elle gravitent de nombreux personnages tous plus intéressants les uns que les autres.
Ce beau roman fait l'éloge d'une vie simple et sans prétention, du moment présent et des mille petits bonheurs ordinaires du quotidien.
A sa lecture, on ressent une douce nostalgie, de belles émotions et beaucoup de sérénité.


  • Les présentations des éditeurs : 28/09/2017

Jeanne mène une vie rythmée par la douceur de l'habitude. Elle était jeune quand elle a épousé Rémy, ils ont eu des jumelles, sont heureux ensemble et font des projets raisonnables. Mais Jeanne aime aussi le hasard, les surprises de l'inattendu. L'année du bac, un professeur lui avait fait découvrir l'artiste serbe Marina Abramovic. Fascinée par cette femme qui engage son existence dans son travail, Jeanne a toujours gardé une photographie de sa célèbre performance de Naples : comme un porte-bonheur, la promesse qu'il est possible de risquer une part de soi pour vivre autrement. Quand Jeanne s'amuse à suivre tel ou tel inconnu dans la rue ou quand elle calcule le nombre de bougies soufflées depuis son premier anniversaire, c'est à cet esprit audacieux qu'elle pense. Surtout cet été-là. Peut-être parce que, les filles étant parties, la maison paraît vide ? Ou parce que sa meilleure amie, qui s'est fait plaquer, lui rappelle que rien ne dure ? Ou parce qu'elle recroise un homme qu'elle a aimé, adolescente ? Jeanne se révèle plus que jamais songeuse et fantasque, prête à laisser les courants d'air bousculer la quiétude des jours.
À travers la figure lumineuse de Jeanne et la constellation de personnages qui l'accompagnent et la poussent vers un accomplissement serein, Claudie Gallay compose un roman chaleureux et tendre sur la force libératrice de l'art, sur son pouvoir apaisant et révélateur. Et sur la beauté de l'imprévisible.

Née en 1961, Claudie Gallay vit dans le Vaucluse. Elle est l'auteur d'une douzaine de romans publiés aux éditions du Rouergue et chez Actes Sud, parmi lesquels Seule Venise (Le Rouergue, 2004), Les Déferlantes (Le Rouergue, 2008, grand prix des lectrices de Elle, adapté pour la télévision en 2013 par Éléonore Faucher) et Une part de ciel (Actes Sud, 2013, prix Terre de France).



  • La revue de presse Violaine Morin - Le Monde du 28 septembre 2017

Avec sobriété, et presque discrétion, Claudie ­Gallay raconte l'histoire d'une femme simple, qui choisit en conscience «la beauté des jours», même s'ils se ressemblent tous un peu, plutôt que le frisson de l'aventure. Et c'est avec plaisir que l'on retrouve, sous la plume de l'auteure des ­Déferlantes...


  • Les courts extraits de livres : 19/07/2017

Une porte a claqué violemment quelque part dans la maison. Un coup sec. C'était le vent. Depuis le matin, les bourrasques couchaient les hortensias, emmêlaient les branches fines du saule. Une chevelure folle, on aurait dit.
Jeanne se trouvait dans le jardin quand elle a entendu le bruit. Comme toutes les fins de journée, après le travail, elle buvait un thé en regardant passer les trains, des TER lents qui venaient de Lyon. Rien que des habitués dans les wagons. A force, les visages lui étaient familiers.
De l'intérieur des wagons, on devait la regarder aussi, saison après saison, une femme dans son jardin, sa maison devait faire envie, surtout maintenant, au printemps, un tel pavillon fleuri.
La terrasse donnait sur l'enfilade des jardins voisins. Les rails.
A l'opposé, c'était la gare, et la ville derrière.
La gare, seulement deux voies.
Jeanne attendait que passe le 18 h 01.
Elle se prélassait sur le transat. On était lundi. Le lundi, Rémy rentrait plus tard, il entraînait ses minimes. Jeanne, de son côté, finissait plus tôt, elle avait quelques heures pour elle. Non pas que Rémy la gênât, mais elle aimait ces moments où la maison lui appartenait.
Le 18h01 est arrivé, en longeant lentement le bout du jardin.
Un homme aux cheveux gris voyageait tous les soirs dans ce train. Toujours du même côté. Même paysage. Jeanne aimait les gens d'habitudes. À cause de son allure, elle pensait qu'il était professeur. Une femme était dans le train suivant, elle portait souvent un chapeau bleu. Elle lisait. Ils étaient très élégants tous les deux. Dix-sept minutes les séparaient. Jeanne pensait qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Elle avait lu quelque chose sur le fait qu'on a tous quelque part sur terre une moitié parfaitement complémentaire et qu'on passe notre vie à la rechercher. Elle pensait que le professeur et la dame au chapeau bleu étaient les deux moitiés d'un même être, et qu'un jour ils se retrouveraient. Ce n'était pas impossible, la ligne était chaotique, il y avait souvent du retard, des incidents de personne on disait, il y en avait déjà eu plusieurs un peu plus en amont, vers Saint-Quentin. Jeanne aimait les retards. L'imprévisible qui surgit dans la vie. Pas dans la sienne. Dans la vie des autres. Quand tout bascule. Il suffisait d'un train supprimé, qu'un voyageur habitué au 18h01 se retrouve dans le suivant ? Hasard ou destin ? Elle imaginait, par une suppression malencontreuse - travaux sur la ligne, problème d'aiguillage... -, que le professeur et la dame au chapeau bleu seraient un jour réunis dans un suivant bondé. Par une bousculade, une proximité, eux qui n'auraient jamais dû se croiser se parleraient enfin.
Ces pensées occupaient beaucoup Jeanne.
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia