Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. De l'aigle impérial au drapeau rouge

Couverture du livre De l'aigle impérial au drapeau rouge

Auteur : Piotr Krasnov

Traducteur : Xenia Yagello

Date de saisie : 11/08/2017

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Ed. des Syrtes, Paris, France

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782940523580

GENCOD : 9782940523580

Sorti le : 05/10/2017

  • Les présentations des éditeurs : 11/08/2017

Paru à Berlin en 1921-1922, De l'aigle impérial au drapeau rouge rencontra dès sa parution un immense succès littéraire dans l'émigration russe. Dans un style flamboyant, le livre décrit la vie en Russie depuis le début du règne de Nicolas II jusqu'à la fin de la guerre civile. L'art de Krasnov fait penser à un roman-feuilleton, à l'image de ses prédécesseurs français du XIXe siècle, notamment Alexandre Dumas. Grâce à de nombreux rebondissements et coups de théâtre, l'auteur nous plonge dans le bruit et la fureur de temps devenus lointains, décrivant la fin d'une époque, ne nous épargnant aucune cruauté de la Grande Guerre, de l'agonie de la Russie impériale et de la terreur tchekiste, avec un mélange de mélancolie et de sentimentalisme, de courage et d'euphorie en même temps que d'abattement et de recherche du tragique. Tout cela donne au livre une âme éminemment russe et en fait une grande réussite littéraire.

Piotr Nikolaïevitch Krasnov (1869-1947) était un officier russe et un écrivain, défenseur du gouvernement provisoire contre la révolution d'Octobre, qui combattit dans les armées blanches durant la guerre civile russe. Il est l'auteur de nombreux romans dont le plus connu, De l'aigle impérial au drapeau rouge, a été traduit en une douzaine de langues.


  • Les courts extraits de livres : 11/08/2017

Extrait de l'avant-propos

«L'heure sonnera, noire pour la Russie,
Où tombera la couronne des tsars.
La populace oubliera l'amour qu'elle leur portait.
Et beaucoup n'auront pour pitance que le sang et la mort.»

Le poète Mikhaïl Lermontov écrit en 1830 ces mots prémonitoires dont on dirait qu'ils sont la trame du roman De l'aigle impérial au drapeau rouge de Piotr Nikolaïevitch Krasnov, écrit immédiatement après la révolution d'Octobre et qui rencontra un immense succès auprès de l'émigration russe en France. Les Éditions des Syrtes rééditent aujourd'hui ce livre et permettent ainsi aux lecteurs francophones de découvrir un écrivain russe dont ils ignorent, pour la plupart, jusqu'à l'existence.
Ce n'est que justice, car Piotr Krasnov n'est pas qu'un général du tsar Nicolas II, qu'un ataman des Cosaques du Don pendant la guerre civile russe, c'est aussi un talentueux romancier au style réaliste, direct et efficace, dont les phrases claquent comme des balles. Il sait, à l'instar d'Alexandre Dumas et d'autres feuilletonistes du XIXe siècle - on chercherait en vain de tels romanciers dans la littérature française contemporaine - happer ses lecteurs, les tenir en haleine et les lâcher sur une chute frustrante, dans les courts chapitres, qui se succèdent en rafales, sur lesquels ils se précipitent pour vérifier si l'auteur a tenu compte de ce que leur imagination avait construit. En effet, Krasnov fait preuve d'un sens dramatique efficace en s'emparant de l'histoire de la Russie d'Alexandre III et de Nicolas II jusqu'à la fin de la dynastie des Romanov. Il emporte ses lecteurs, dès l'entame du roman, dans un tourbillon qui les rend acteurs des événements qui jalonnent l'existence des personnages du livre. Krasnov aime le mouvement, et le mouvement il le restitue par le rythme qu'il imprime à une histoire qui ne connaît pas de temps mort, par ses dialogues vifs et naturels, par sa façon efficace de camper ses personnages, appliquant parfaitement le principe qu'énonça Dumas : «Commencer par l'intérêt, au lieu de commencer par l'ennui ; commencer par l'action au lieu de commencer par la préparation ; parler des personnages après les avoir fait paraître au lieu de les faire paraître après avoir parlé d'eux.»
Et quels personnages ! Nous les voyons tous, principaux et secondaires, de fiction ou réels, qui cohabitent pour le meilleur et pour le pire, nous sommes avec eux, nous nous identifions à eux tant Krasnov parvient à leur donner vie, une consistance de chair et de sang. Comment ne pas partager la joie de Sabline découvrant l'amour avec la jolie Kitty ? Comment ne pas s'émouvoir du destin tragique de Maroussia ? Comment ne pas avoir de l'empathie pour le chevaleresque lieutenant Karpov ? Comment ne pas être horrifié du massacre de la famille impériale (juillet 1918) ainsi que le raconte Tania Sablina, la fille de Sabline, dans une lettre émouvante qu'elle écrit à son père, alors prisonnier dans les geôles de la Tcheka ? Chez Krasnov, il y a les bons et il y a les méchants - les méchants sont évidemment les Rouges, on partage l'aversion de son héros, Sabline, pour Vertsinski, intelligent mais cynique, à l'âme tourmentée, on ressent de la haine pour les Korgikov et leur sauvagerie. Et puis il y a l'armée, l'armée russe du tsar, l'armée, colonne vertébrale du roman, à laquelle Krasnov voue un attachement sans bornes : ses descriptions des revues de troupes et des charges de cavalerie sont un modèle du genre, l'armée du tsar y est montrée dans toute sa splendeur, et son courage immense de même que son sacrifice pendant la Grande Guerre sont salués et évoqués dans nombre de pages avec un réalisme sanglant. L'occasion pour Krasnov/Sabline d'exprimer un regret, récurrent dans le roman, celui qui oblige, par le jeu des alliances résultant de la Triple Entente, l'armée russe à combattre l'armée allemande alors que pour lui, et son héros Sabline, ce sont l'Angleterre et la France les véritables ennemis de l'Empire russe et non l'Allemagne. Krasnov paiera de sa vie sa germanophilie assumée, mais malheureusement poussée jusqu'à un extrême inadmissible de 1941 à 1945, dont l'antibolchevisme radical du général est la cause première.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia