Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les soeurs de Prague

Couverture du livre Les soeurs de Prague

Auteur : Jérôme Garcin

Date de saisie : 04/01/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 14.50 €

ISBN : 978-2-07-076659-8

GENCOD : 9782070766598

Sorti le : 04/01/2007

Dans son nouveau roman, Jérôme Garcin nous conte l'ascension et la chute d'une agence littéraire à Paris, au début du XXIème siècle. Particularité de l'agence, elle est dirigée par Klara, puis Hilda Gottwald, deux soeurs originaires de Prague, que le tout Paris grinçant des dents de par leur succès surnommera bientôt «les soeurs de Prague». Dans ce milieu difficile, se faire des ennemis est chose aisée, surtout lorsque l'on écrase tout sur son passage et que le succès fait tourner la tête. D'autant plus encore lorsque l'on n'est pas originaire de la capitale, et que l'on cache derrière soi des secrets difficiles.
Derrière le masque de deux agents littéraires, la plume de Jérôme Garcin - toujours efficace - nous présente la vie et la mort, les astres et les désastres d'une agent que rien n'arrête : Klara, qui passionne un auteur plus ou moins raté qu'elle a pris sous son aile - le narrateur - lors d'une rencontre au Lutetia. Un bon roman !


  • Le courrier des auteurs : 19/05/2007

«... C'est toujours très émouvant d'être lu par des libraires qui sont des intermédiaires sans lesquels, tout simplement, la littérature n'existerait pas. Et j'en suis d'autant plus conscient qu'exerçant depuis près de trente ans le métier de critique et de journaliste, ça n'est un secret pour personne que j'ai accès directement à tout ce qui paraît. On m'envoie chaque jour des dizaines et des dizaines de livres, que ce soit des romans, des essais des documents. Bref, je croule sous les piles d'envois qu'on appelle les services de presse et malgré tout, j'ai vraiment besoin d'aller moi-même en librairie. J'y vais pour deux raisons : d'abord parce que j'aime voir comment les livres sont présentés, et puis je trouve que ce sont des lieux qui sentent, pas simplement bon le papier, qui sentent vraiment l'air littéraire. Et puis, je vais vous faire un aveu : j'achète beaucoup de livres. J'ai beau en recevoir gracieusement pour en parler, j'en achète beaucoup. Il y a deux ans, je crois, je suis tombé fou amoureux d'un petit livre qui s'appelait Élisa de Jacques Chauviré qui, depuis, a disparu, et qui est un livre qui a paru aux éditions Le temps qu'il fait. Je ne compte plus les exemplaires d'Élisa que j'ai achetés pour les offrir à des proches, à des amis, à des amis d'amis..., c'est-à-dire que je suis paradoxalement peut-être le plus mal placé, un acheteur de livres parce que j'aime les offrir. Et il est vrai que par nature, par goût, par passion, je vais en priorité vers des petits éditeurs pour lesquels j'ai non seulement une passion mais une grande fidélité. Je viens de citer Le temps qu'il fait ; je pourrais citer les éditions Finitude à Bordeaux ; je pourrais citer les éditions du Dilettante, à Paris... Toutes ces maisons-là font des livres, fabriquent des livres d'une qualité assez exceptionnelle, et je sais bien que si on n'est pas certain d'aller les acheter en librairie, ils ne seront pas distribués comme les livres de grande circulation. Donc j'aime les lire, et même quand je les ai, moi, je vais les acheter chez des libraires dont je sais, encore une fois, qu'ils sont des intermédiaires rêvés entre ceux qui écrivent et ceux qui lisent. À travers Olivier Augier, je remercie tous ceux qui persistent à croire que, non seulement, on a besoin de lire mais qu'on a besoin de respirer, de vivre avec des livres. J'en profite pour souhaiter une bonne journée à tous ceux qui lisent et qui vont lire.»

(Propos recueillis par téléphone)


Marie Nicolle - 12/03/2007


Jérôme Garcin - 19/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 11/01/2007

1. Agent. a) Celui qui agit, contrairement à celui qui subit l'action. b) Ce qui produit un effet déterminé, force, corps ou substance intervenant dans la production de certains phénomènes. Exemple : agent atmosphérique. 2. Agent. a) Personne chargée, en affaires, d'agir pour le compte d'autrui, jouant le rôle d'intermédiaire dans des opérations commerciales, industrielles et financières. Exemple : agent de change ou d'assurances.
b) Employé d'une société ou d'une administration. c) Agent secret : espion, membre d'un service de renseignements. 3. Agent. a) Agent artistique : imprésario procurant des engagements aux artistes moyennant rémunération. b) Agent littéraire : intermédiaire contractuel entre les auteurs et les éditeurs. Exemple : Klara et Hilda Gottwald, alias " les soeurs de Prague ", dont l'agence artistique et littéraire a connu à Paris, au début des années 2000, une ascension et une chute retentissantes.

Jérôme Garcin dirige les pages culturelles du Nouvel Observateur et anime Le Masque et la Plume sur France Inter. Il est notamment l'auteur, aux Editions Gallimard, de Pour Jean Prévost, prix Médicis essai 1994, de La chute de cheval, prix Roger Nimier 1998, et de Théâtre intime, prix France Télévisions 2003.



  • La revue de presse Jean-Paul Enthoven - Le Point du 11 janvier 2007

Le vrai sujet de ce roman - inattendu, avec ses scènes de genre et de sexe - est pourtant ailleurs : c'est la solitude de deux êtres, le jeunot et la papesse, qui, par faiblesse ou instinct de survie, ont consenti à jouer le jeu de la frime, du fric, du trafic. La diabolique Klara s'humanise dans sa chute ; l'arriviste stendhalien se retrouve échotier dans un journal de province. Au passage, Garcin aura passé en contrebande sa propre morale : mieux vaut une promenade à cheval qu'un aller-retour au pays factice de la renommée. Mieux vaut un bonheur un peu gris qu'un feu d'artifice qui risque d'incendier les cervelles en étoupe. Est-ce, de la part d'un amateur de Hérault de Séchelles, un roman sur l'ambition ? Ou une fable sur les comètes mondaines ? Ou la confession d'un misanthrope masqué ? Au lecteur de juger. A lui de se projeter dans, ou de s'exclure de, cette fresque moderne où tout est noir. D'un noir brillant. Garcin aura mis son monde en garde. A bon entendeur...


  • Les courts extraits de livres : 06/03/2007

Au matin du 5 février 2004, la Smart noire de Klara Gottwald fut détruite par une explosion d'origine criminelle au deuxième sous-sol du parking Vinci de l'avenue George-V. J'appris la nouvelle en écoutant le journal de treize heures de France Inter présenté par Yves Decaens.
La veille, vers minuit, Klara avait garé son pot de yaourt à sa place habituelle et était rentrée chez elle. Elle avait été réveillée par un coup de téléphone de la police lui annonçant l'attentat dont elle, ou plutôt sa voiture, avait été victime. Interrogée par le reporter d'Inter, elle s'était appliquée à paraître indifférente : «Une de perdue, dix de retrouvées», lâcha-t-elle en parlant de sa Smart forfour jack black. On lui demanda qui pouvait donc lui en vouloir. Elle répondit : «Tout le monde, c'est-à-dire personne.» Elle jugeait grotesque que l'on fît, de cet incident «mécanique», une telle affaire. Au micro, elle jouait son rôle à merveille. Elle y mettait du cran, de l'équanimité et une pointe d'humour. Une sage femme.
A quatorze heures, j'achetai Le Monde. En dernière page, un article était déjà consacré à l'événement dont Paris se gargarisait. Enfin, un article... C'était une succession affolée de pointillés et d'interrogations. La seule certitude était qu'on n'avait pas cherché à tuer Klara Gottwald, on avait seulement voulu «l'intimider», selon l'expression convenue et consacrée. Le journaliste, prudent, évoquait toutes les pistes possibles, depuis la très improbable querelle politique (un groupuscule d'extrême gauche, qui l'avait prise pour cible depuis quelque temps, lui reprochait de servir la soupe aux chiraquiens et d'en tirer de juteux bénéfices) jusqu'à l'invraisemblable rivalité professionnelle (tous les agents de la capitale souhaitaient sa chute et aspiraient, au milieu des ruines, à se partager équitablement ses liasses de contrats), en passant par l'incompréhensible chantage de la mafia russe, mais pourquoi diable la mafia russe ?, qui signait ses crimes en utilisant un explosif dérobé dans les stocks prétendument périmés de l'ex-Armée rouge, et dont, étrangement, la carcasse fumante de la Smart portait la trace.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia