Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

_ La fille américaine

Couverture du livre La fille américaine

Auteur : Monika Fagerholm

Traducteur : Anna Gibson

Date de saisie : 22/08/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Stock, Paris, France

Collection : La cosmopolite

Prix : 24.00 €

ISBN : 978-2-234-06011-1

GENCOD : 9782234060111

Sorti le : 22/08/2007

Monika Fagerholm est finlandaise, c'est son troisième roman. Le premier : Femmes merveilleuses au bord de l'eau est paru chez Gallimard. Le lieu d'abord : une zone de marais en bordure de mer où la vie est très dure ; des non-dits et des non-vus planent constamment entre deux dames de brouillard ; les autochtones voient leur environnement se modifier, la propriété close s'installer avec l'arrivée de citadins qui viennent construire de belles maisons. Des personnages ensuite : des adolescents, Benku, Jorn, des garçons ; Doris, Sandra, Solveig, Rita, des filles ; et la fille américaine, Eddie, dans la Maison de verre à la deuxième pointe, autour de qui se développe cette histoire. Monika Fagerholm met en mouvement ces personnages dans cet univers inquiétant, hostile, mystérieux, qui devient lui-même un personnage à lui seul. Des personnages en quête d'absolu, d'amour, qui grandissent au fil du récit, quand ils ne se donnent pas la mort avant. Oui, parce qu'on meurt beaucoup dans ce roman, parce que le tiède, les demi-mesures n'ont pas leur place. Cette mise en mouvement est scandée par un style qui se rapproche avec bonheur de la comptine, d'une douce mélopée où la répétition nous entraîne vers l'oralité du conte. Sensualité et violence se dégagent du roman : sensualité des corps qui s'éveillent, des tissus qui les entourent ; violence des émotions, hostilité de la nature. Pour vous transmettre mon coup de coeur, il m'a paru essentiel de lire un extrait : «Ce fut Rita qui la première entendit le coup de feu. Elle se trouvait dans la petite maison rouge, à cinq cents mètres environ du marais de Bule avec sa soeur Solveig, et chose étrange, à l'instant même où elle l'entendit, elle comprit ce qui venait de se passer. Doris était déjà aussi morte qu'une pierre quand Rita parvi nt au rocher de l'or. Elle gisait sur le ventre. Sa tête et ses cheveux pendaient au-dessus des eaux sombres. Du sang partout... Et Rita perdit la raison. Elle se mit à griffer le corps encore chaud. Puis elle voulut soulever Doris et absurdement la porter. Porter Doris par-dessus les eaux sombres. Mais... Doris nuit et Sandra jour. Dans un de leurs jeux, elles avaient été deux. Sandra et Doris, deux. Doris jour et Sandra nuit. C'était la deuxième fille. Elle aussi avait eu beaucoup de noms, tous inventés au fil de leurs jeux, des jeux qui s'étaient donc joués avec la meilleure amie, la seule amie, l'unique unique unique Doris Figenberg, au fond d'une piscine sans eau, pendant longtemps. Après la mort de Doris, Sandra garda le lit plusieurs semaines. Dès qu'elle fermait les yeux, il y avait du sang partout. Dans la forêt de sang, voilà où elle était. Elle y errait dans le noir comme une aveugle. Sandra et Doris, elles avaient été meilleures amies. Et voici ce que Sandra Varn était seule à savoir : soeur nuit et soeur jour. C'était un jeu qu'elles avaient joué et dans ce jeu-là précisément, elle, Sandra, avait été la fille noyée dans le marais de Bule bien des années auparavant, celle qui s'appelait Eddie de Wire, elle, la fille américaine. Le jeu avait eu un nom : il s'intitulait «le mystère de la fille américaine», et il avait eu sa propre chanson : «la chanson d'Eddie». «Regarde, maman, ils ont cassé ma chanson.» Voilà, en résumé, c'est tout cela que j'ai aimé dans ce roman, la musicalité du style, l'oralité de l'écrit, l'absolu des sentiments, l'affleurement du désir, le mystère des êtres et des lieux, les secrets gardés au plus profond de l'intime. Je vous dis au revoir. Je vous invite donc à découvrir et à déguster ce livre qui va, je pense, rester longtemps dans votre mémoire et dans votre coeur. À bientôt.


Roman très envoûtant entre rêves, fantasmes, souvenirs et retours en arrière.
Une écriture exigeante qui nous plonge dans la vie d'une petite communauté finlandaise perturbée par le meurtre d'une jeune fille américaine.
Un roman ardu mais qui nous tient jusqu'à la dernière page.


  • Les présentations des éditeurs : 14/07/2012

1969, une presqu'île de Finlande. Surgit de Coney Island une jeune fille américaine, Eddie de Wire, venue rendre visite à sa tante, installée dans la Maison de Verre. Deux garçons tombent éperdument amoureux d'elle et, lorsqu'elle disparaît si vite et sans raison, on retrouve le corps de l'un d'eux pendu dans une grange. C'est le début du «mystère de la Fille américaine» qui va hanter la vie des habitants du lieu. Ainsi, Doris et Sandra, encore enfants à l'époque du drame, qui éprouvent chacune la même fascination pour cette affaire, se lient d'une amitié exclusive. Partageant l'univers clos de leurs rêves et de leurs jeux, elles trouvent ensemble la force d'encaisser les secousses venues du monde des adultes, leurs mensonges, leur folie.
Mais d'autres mystères affleurent : qu'est devenue Lorelei, la mère de Sandra ? Est-elle partie avec un amant ? Est-elle morte, assassinée ? Un jour, le corps de la jeune fille américaine remonte à la surface du marais de Bule. Mais s'agit-il bien d'elle ?

Monika Fagerholm restitue de façon troublante les angoisses de la fin de l'enfance, l'éveil à la sexualité et la brutalité de l'adolescence. Tout en auscultant la part intime des êtres, elle évoque avec passion l'état des relations entre dominants et dominés. Se côtoient dans le roman la haute société scandinave, des estivants richissimes propriétaires de villas et les «gens du Coin» qui travaillent pour eux. La musique est très présente car l'auteur s'approprie des extraits de chanson des années 1960-1970, créant un refrain envoûtant, auquel s'ajoutent des réminiscences littéraires. On se demande enfin quel aurait été le destin de ces personnages si la musique punk n'était pas née.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia