Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

_ Rendez-vous dans le 18e

Couverture du livre Rendez-vous dans le 18e

Auteur : Jake Lamar

Traducteur : Stéphane Carn | Catherine Cheval

Date de saisie : 05/09/2007

Genre : Policiers

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Rivages-Thriller

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-7436-1703-5

GENCOD : 9782743617035

Sorti le : 05/09/2007

"Ricky Jenks, c'était... Comment dire ? - le désespoir de la famille." Un talent rare pour le piano, mais pas les meilleures cartes en main pour affronter la vie, d'où son départ en France où il vivote en étant pianiste dans une crêperie du 18e. Le 18e, où il vit "il lui avait toujours paru symptomatique que l'endroit du monde où il se sentait le plus chez lui s'appelle la rue des Martyrs" et où le téléphone sonne un matin, tôt, très tôt, trop tôt : "ça ne pouvait être qu'une erreur, ou quelqu'un à qui il n'avait aucune envie de parler. Aucun ami digne de ce nom n'aurait eu l'idée saugrenue d'appeler chez lui avant onze heures". Et ce sont les ennuis qui arrivent, la voix au bout de la ligne est "celle d'un fantôme ressurgi", le cousin Cash, qui débarque à Paris, ne reste que quelques heures et veut absolument le voir... Cash, c'est une des principales raisons du départ de Ricky en France, un des hommes qu'il a le moins envie de voir, et surtout d'aider, pourtant, il va se retrouver à le faire - "ton bon coeur te perdra", comme le dit un proverbe" - pour son plus grand malheur.
Premier roman "parisien" comme le dit l'auteur, "Rendez-vous dans le 18e" ne manque pas de rebondissements. Jake Lamar y radiographie son arrondissement préféré, loin des clichés "d'un américain à Paris," y mettant en scène - comme à son habitude - des Noirs américains, avec une lucidité d'analyse redoutable. L'intrigue est bien ficelée, les personnages bien campés, le ton est plus léger que "Nous avions un rêve" (son précédent roman chez le même éditeur - à lire absolument) mais la qualité toujours au rendez-vous.


Ricky Jenks, pianiste de jazz vit à Paris depuis 8 ans. Né dans une famille de noirs américains, soumis dès l'enfance à un conditionnement intensif en vue de se tailler une place au soleil dans l'Amérique blanche, il ne supportait plus de vivre en Amérique. C'est, du moins, ce qu'il répond à ceux qui lui demande pourquoi il a quitté son pays et pourquoi il n'a pas la moindre envie d'y retourner. Quoiqu'il lui arrive, qu'il ait de l'argent ou pas, qu'il soit amoureux ou pas, qu'il soit déprimé ou au sommet de sa forme, il lui suffit d'aller faire un tour dans les rues grouillantes de son quartier, le XVIIIe arrondissement de Paris, pour que tout s'arrange.
De plus lui qui jusqu'à l'âge de trente ans ignorait totalement qu'il pouvait plaire, voit qu'à Paris sa cote auprès des dames ne cesse de grimper.
Comparé à Bud Powell ou Kenny Clarke il n'est qu'un joueur de piano modèle courant et n'a jamais aspiré à une gloire quelconque. En Amérique, Ricky Jenks aurait été estampillé "raté". En France, il est toujours simplement lui-même. Cash Washington, son cousin, est, lui, le symbole même de la réussite du black : après de brillantes études il est un chirurgien orthopédique de premier plan, célèbre et reconnu.
Voici Washington qui débarque subitement à Paris, et dit à Ricky qu'il a besoin de lui, de lui seul alors que toute sa vie Washington n'a jamais eu besoin de personne et surtout pas de Ricky. Et voici Fatima, la femme qu'il aime profondément, douloureusement, alors qu'elle ne l'aime pas, qui lui annonce qu'elle revoit son ancien ami et qu'elle est enceinte. Et voici notre Ricky qui, en rentrant chez lui, glisse dans le sang de Grace Kelly, un travesti. Et pour tout corser voici que l'inspecteur Lamouche le soupçonne de ce meurtre.
Et voilà notre américain à Paris qui menait une vie bien tranquille entraîné dans un roman noir.
Ce qui fait le charme de ce polar, outre l'intrigue habilement construite et conduite avec entrain c'est la description touchante du milieu afro-américain de Paris qui suscite des réflexions sur l'exil, sans oublier le croquis de Montmartre où l'auteur vit depuis quinze ans.


  • Les présentations des éditeurs : 14/07/2012

Comme un certain nombre de Noirs américains, Ricky Jenks a quitté les États-Unis pour s'installer à Paris. Il est pianiste de jazz et subsiste en jouant dans une crêperie de Montmartre. Il se sent chez lui dans le 18e arrondissement avec Fatima, sa compagne du moment. Pour lui, l'Amérique c'est fini. Il ne retournera pas dans ce pays où il a connu une terrible humiliation, une blessure jamais refermée : le jour de son mariage, il avait vainement attendu sa future femme. Elle était partie filer le parfait amour avec Cash Washington, son propre cousin, un riche médecin arriviste et sans scrupules.
Or voici que huit ans plus tard, le cousin Cash débarque à Montmartre. Affolé, aux abois, il a perdu de sa superbe. Il a aussi perdu son épouse. Pas l'ex de Ricky, mais une beauté nommée Serena qui a pris la fuite après une violente dispute avec lui et se trouverait à Paris. Pour localiser Serena, Cash compte sur Ricky. Et comme si cela ne suffisait pas à perturber sa vie de pianiste sans histoires, un travesti est assassiné dans le hall de son immeuble, la police le soupçonne... Il n'en faut pas plus pour que le tranquille Américain se retrouve entraîné dans un vrai roman policier.

Jake Lamar a situé l'action de ce roman dans le 18e arrondissement où lui-même vit depuis bientôt quinze ans. Son humour, son regard décalé et sa finesse d'observation sont ici au service d'une intrigue riche en rebondissements. Comme dans Le Caméléon noir et dans Nous avions un rêve, on s'attache à ses personnages de la première à la dernière page.
Échappant aux clichés appuyés de " l'Américain à Paris ", Jake Lamar privilégie la vision de l'immigré parmi d'autres immigrés et nous offre une émouvante réflexion sur l'exil.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia