Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Sans états d'âme

Couverture du livre Sans états d'âme

Auteur : Bill James

Traducteur : Danièle Bondil

Date de saisie : 22/08/2007

Genre : Policiers

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Rivages-Noir, n° 655

Prix : 9.50 €

ISBN : 978-2-7436-1706-6

GENCOD : 9782743617066

Sorti le : 22/08/2007

Ron Preston, dit «le stratège» a multiplié les coups dans sa carrière sans se faire arrêter. Son créneau : des coups de moyenne importance particulièrement bien préparés. Il prévoit de braquer un fourgon transportant la paie d'une usine. Tout est calé au millimètre lorsqu'il apprend que des effectifs supplémentaires vont être affectés à la garde du fourgon qui va transporter plus d'argent. Preston, se voit obliger de modifier son plan : doit-il y aller ? reculer ? Mais que vont penser les jeunes londoniens qui bossent avec lui : qu'il et trop vieux ? Et que fait la police ? Ron hésite, sentant bien que ses convictions vacillent...
«En d'autres termes, il comprenait qu'il venait de plonger jusqu'aux oreilles dans les rêveries imbéciles qu'il avait toujours redoutées, ce discours foireux qui poussait à tenter le super coup, à ramasser «le gros lot», parce que c'était le seul moyen d'arriver à se a couler douce définitivement et de vivre de ses rentes».
Ce nouveau roman traduit de Bill James est excellent : après avoir accompagné les forces de police (avec Harpur et Iles) on est, d'entrée de jeu, placée de l'autre côté de la loi et, par empathie avec Ron, on soutient les braqueurs dans leur action. Bill James fait preuve d'humour (les relations entre Harpur et Iles qui se retrouvent au théâtre en famille sont excellente) et d'ingéniosité dans ses relations entre les différents protagonistes, c'est excellent !


  • Les présentations des éditeurs : 12/09/2007

Ron Preston, dit «le Stratège», projette de braquer un fourgon transportant la paie des salariés de l'usine Brand. Plus de 70 000 livres en liquide et seulement deux convoyeurs. Un coup sans risques. Mais Wilf, l'informateur de Preston, lui apprend que les effectifs de sécurité vont être renforcés. Le stratège s'en inquiète : s'agit-il d'une coïncidence ou cette manoeuvre cache-t-elle une opération policière ? Et en ce cas, qui a mis la police au courant du projet ? La suspicion s'installe, le doute aussi. Commence alors une partie dans laquelle le moindre mouvement de l'adversaire doit être interprété, la moindre information pesée. Et dans ce jeu, le risque c'est de finir derrière les barreaux ou à la morgue.

Avec ce septième volume de la série consacrée aux policiers Harpur et Iles, Bill James poursuit la chronique acerbe d'un monde où chaque camp essaie de tirer son épingle du jeu pour des victoires au goût amer. Maître de l'ironie grinçante et de la construction du récit, il nous propose une version Britannique des Sopranos : noire, féroce, pitoyable, cynique, et souvent très drôle.

«La meilleure autopsie d'un mauvais coup depuis quand la ville dort.»
The observer

Traduit de l'anglais par Danièle Bondil.


  • Les courts extraits de livres : 12/09/2007

- Continue, roule pas trop vite. T'arrête pas. Parce que, on peut me reconnaître, d'accord ? Si un type comme Harpur entend dire que j'ai fait une ou deux apparitions ces derniers temps, on est... Allez, continue. Tu tournes au premier coin de rue, Tyrone, tu refais le tour de l'îlot et après tu recommences.
Preston se faisait le plus petit possible sur la ban­quette arrière.
Au troisième tour, ils parvinrent à observer le fourgon de transport de fonds qui ralentissait, s'arrêtait pour le contrôle à la guérite, avançait jusqu'au bureau de paiement. C'était là qu'il fallait intervenir, quand l'équipe de convoyeurs ouvrirait le camion et commencerait à en sortir les sacs. Il y avait une barrière en plus de la guérite, mais on ne la voyait jamais fermée.
- Toujours le même chauffeur, dit Preston. Il doit bien approcher la soixantaine, le pauvre vieux. Encore plus vieux que moi, et pas en forme. Le convoyeur, il change toutes les semaines. Plus jeune. Il voudra peut-être jouer les héros.
- Soixante-dix mille ? Jamais plus que ça, Ron ? Pas plus de zéros derrière ?
Cela fit rire Preston.
- Non, mais écoutez-moi ça. Tu trouves que ça fait gagne-petit, Dean ?
Ils tournèrent le coin de la rue.
- Fais encore une fois le tour, Tyrone, lui ordonna Preston.
- Ron, répondit Dean Tait, je voulais juste dire...
- La plupart du temps, tu ramasses une somme qu'est même pas à deux chiffres. Des sacs à main de vieilles dames, un étalage minable. Alors, oui, toujours dans les soixante-dix mille. La paye. Moi, j'ai appris qu'il y a les grands rêves et qu'il y a le réel. Là, on est dans le réel.
- Soixante-dix divisé en quatre, ça fait pas des masses, dit Dean Tait.
- Si tu veux, tu peux laisser tomber tout de suite, Dean. On te fera confiance. T'irais pas tout raconter.
Quand ils revinrent devant le bâtiment, le fourgon avait franchi la barrière et était arrivé dans la cour.
- Dans trois semaines pile.
- Ce que je veux dire... commença Tait.
- Et au fait, on ne divise pas en quatre parts égales. Je vous l'ai dit. Toi et Tyrone... Bon Dieu, excuse-moi, Tyrone, mais quand même, tu parles d'un nom, d'où il sort, d'une bouteille de désinfectant ou quoi ? Toi et Tyrone, vous êtes encore des nouveaux. Vous aurez droit à sept mille chacun...
- Il devrait y avoir des négociations, Ron, déclara Dean.
- Ce qui revient à vingt-huit mille chacun pour moi et Mansel. C'est plus que ce qu'on avait pensé au départ, qui était cinq mille pour toi et pour Tyrone.
- Il faut que vous compreniez que ce coup-là, il nous appartient, à moi et à Ron, expliqua Mansel dans le style aimable pour lequel il optait souvent. Vous deux, vous êtes juste là ponctuellement.
- Bon Dieu, Tyrone, c'est pas croyable ! T'es écossais, ou quoi ? demanda Preston. Manse et moi, on a des personnes à charge, pas comme vous deux, qui êtes libres comme l'air. C'était formidable, mais les temps changent.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia