Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La famille Lament

Couverture du livre La famille Lament

Auteur : George Hagen

Traducteur : Pierre Furlan

Date de saisie : 15/03/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : 10-18, Paris, France

Collection : 10-18. Domaine étranger, n° 4004

Prix : 8.50 €

ISBN : 978-2-264-04365-8

GENCOD : 9782264043658

Sorti le : 15/03/2007

La famille Lament est un petit monde joyeux, libre, loufoque, réinventant sans cesse le quotidien, n'hésitant pas à parcourir tous les continents afin de trouver son bonheur... Drôle ou émouvant, mais éloigné des clichés et pathos usuels de la littérature, le roman de G. Hagen nous séduit par son caractère extraverti, tonique, original et inventif... Une belle lecture pour jours de soleil ou de pluie, qui donne la pêche, remonte le moral, et propose une vision généreuse du monde autour de nous.


  • Les présentations des éditeurs : 20/11/2007

Les Lament forment une tribu passablement excentrique et farouchement globe-trotteuse. Leur devise : «Un Lament voyage toujours !». Et tandis qu'Howard, le père spécialiste ès tuyauteries, rêve d'irriguer le Sahara et d'emmener toute sa petite famille en Afrique, Julia, sa femme, rebelle à l'éducation bourgeoise et artiste à ses heures, élève tant bien que mal ses trois petits diables. Sous la plume de George Hagen, comparé à John Irving et Jonathan Franzen, le destin des Lament est en marche : de la Rhodésie au New Jersey en passant par l'Angleterre et Bahreïn, ils n'auront de cesse de trouver un endroit où ils auraient enfin leur place.

«La saga de Hagen est un prodige d'aisance. Pas de pathos, ce qu'il faut d'ironie, une manière percutante de conduire les personnages, des rebondissements constants, on ne lâche pas les Lament. [...] Un premier roman bluffant, drôle et percutant.»

Marie-Françoise Leclère, Le Point

George Hagen est né en 1958 à Harare, au Zimbabwe, où son père était exploitant minier. Il a ensuite émigré avec toute sa famille en Angleterre en 1964, puis aux États-Unis en 1969. Après des études de cinéma et une carrière de scénariste, il a choisi de se consacrer à l'écriture. La Famille Lament est son premier roman. George Hagen vit aujourd'hui à New York.


  • Les courts extraits de livres : 20/11/2007

Sans nom

LE BÉBÉ LAMENT AVAIT PEUT-ÊTRE COMPRIS que ses parents n'arrivaient pas à lui donner de nom. À la maternité, peu après sa naissance, il eut un sourire énigmatique et sa bouche étonnée se fendit d'une oreille à l'autre devant l'agitation qui avait lieu au-dessus de son berceau : la famille, en effet, se disputait au sujet de son prénom. Sa mère, Julia Lament, était particu­lièrement consciente du poids de la décision à prendre. Un prénom est, pour un enfant, un portail qui s'ouvre sur le monde. Il fallait trouver le bon.
«Si on donnait les prénoms à la fin de la vie des gens, on ne ferait pas l'erreur d'appeler Charity des égoïstes ou Léo des timides», déclara-t-elle.
Julia tenait le sien d'un abominable chef de clan, à savoir son arrière-grand-père Julius, un individu grincheux, magnat du cuivre de Johannesburg, en Afrique du Sud, qui, marié trois fois, avait fini en prison pour avoir lentement empoisonné sa dernière épouse en lui donnant chaque soir un verre de lait additionné d'arsenic. Même après l'incarcération de Julius, les Clare s'entêtèrent à nommer leurs enfants comme lui, s'efforçant désespérément de s'attirer ses bonnes grâces pour conserver les mines de cuivre au sein de la famille. D'où quatre Julia, deux Julius, un ou deux Julian, plusieurs Julianna et un minuscule chien particulièrement hargneux du nom de Ju-Ju.
Malveillant jusqu'au bout, l'oncle Julius légua toute sa fortune à une infirmière de l'hôpital de la prison. Elle s'appelait Ida Wicks. Ni compatissante ni attentionnée, elle minimisait les problèmes de santé de ses patients pour mettre en valeur les siens, parmi lesquels on comptait des troubles de la circulation, des migraines, un lumbago, un zona, des oignons et des acouphènes. Néanmoins, l'oncle Julius fut heureux de voir une femme chaque matin pendant ses derniers jours sur Terre, et l'infirmière Wicks survécut à ses maux assez longtemps pour dépenser l'argent de Julius - tâche qui permit à son coeur de pierre de battre encore quelques heures après son centième anniversaire.
Howard Lament, tendre époux de Julia et père du bébé anonyme, estimait urgent d'attribuer un prénom à cet enfant, même s'ils se trompaient. Homme efficace, doté d'un large front, d'un nez aquilin qui semblait moulé dans de la cire et d'une gerbe de cheveux cuivrés qui ondulait en point d'interrogation entre ses tempes, Howard détestait l'indécision.
«Je lui donnerai mon nom, ça fera très bien l'affaire, dit-il. Après tout, c'est la tradition !»
Julia n'avait jamais été très favorable à la tradition. L'histoire de l'oncle Julius lui avait appris une chose ou deux à cet égard, sans parler du fait qu'elle avait été élevée dans celle, poussiéreuse, des pensionnats pour jeunes filles.
«La tradition.» Elle fit la moue. «A-t-elle jamais apporté quoi que ce soit à quelqu'un, la tradition ?
- Oh, soupira son mari. Chérie, s'il te plaît, ne recommence pas avec cette école.»


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia