Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Delicious

Couverture du livre Delicious

Auteur : Mark Haskell Smith

Traducteur : Benjamin Guérif | Julien Guérif

Date de saisie : 03/10/2007

Genre : Policiers

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Rivages-Thriller

Prix : 19.50 €

ISBN : 978-2-7436-1719-6

GENCOD : 9782743617196

Sorti le : 03/10/2007

"Joseph hocha la tête. Que pouvait-il répondre ? Ouais, ils allaient bien leur faire la même chose. On ne faisait que se défendre. Protéger les îles, défendre notre ohana, notre façon de vivre. Nous ne sommes ni des meurtriers ni des cannibales, on ne fait qu'effrayer les envahisseurs avec une touche de folie locale polynésienne. On les abat avant qu'ils ne s'emparent de nos terres et ne détruisent notre culture, comme ils l'ont fait pour les Cherokees, les Crows, les Shawnees et les Navajos. Ouais. On est innocents. On ne fat que les empêcher de corrompre notre culture. " Joseph jeune hawaïen, est cuisinier. Avec son oncle Sid, ils gèrent une entreprise de restauration pour l'industrie du cinéma... qui aime bien tourner à Hawaï. C'est familial et tout se passe bien sur l'île. Jusqu'au jour où Big Jack Lucey, par un bon coup de dumping, débarque du continent avec ses camions pour assurer la bouffe du nouveau tournage. Lucey est un tueur, il compte bien rester seul maître à bord de la restauration cinématographique... C'est sans compter sur la résistance des insulaires !
Un peu moins déjanté que son premier roman («à bras raccourci» chez le même éditeur), mais tout aussi sur-vitaminé, Delicious porte bien la marque de fabrique de Mark Haskell Smith : ils ont tous envie de se taper leur prochain. Mais il ne faudrait pas réduire cet excellent (tout comme les bons petits plats que mitonne Joseph) roman à ça. Smith étonne avec une bonne analyse des sentiments des habitants d'Hawaï (rester ? partir ? que faire...) et des personnages hors normes. Un grand moment de lecture et de rigolade, avec une trame loin d'être si drôle que ça.


  • Les présentations des éditeurs : 14/10/2007

Joseph aimait préparer toutes sortes de plats, même s'il ne s'agissait pas de la saine nourriture polynésienne qu'il consommait. Même les stupides plats à touristes comme l'opekapaka en croûte de macadamia assaisonné de sauce à la mangue ou le cochon braisé au lait haupia.
Il emmenait souvent des filles au restaurant, mais seulement dans ceux qu'il voulait essayer. Il comprit au fil de ces dîners ce qu'il voulait faire de sa vie. Il voulait être chef. Les femmes, elles, ne comprenaient pas. Pourquoi ne restait-il pas assis à table, à les regarder droit dans les yeux ? Elles voulaient lui parler, lui raconter ce qui les intéressait, ce qu'elles aimaient faire, ce qu'elles pensaient des autres.
Joseph ne voulait pas parler, il voulait cuisiner.»

Joseph, jeune Hawaïen passionné de cuisine, gère avec son oncle Sid et son cousin Wilson une entreprise de cantine pour les tournages venus exploiter la beauté et l'exotisme de sa petite île. Une ambiance familiale et détendue sur fond de paradis tropical et d'océan Pacifique. Dans le monde impitoyable du show-biz américain, cela ne pouvait pas durer. En tout cas, pas avec Big Jack Lucey, le roi du secteur sur la côte Ouest, qui doit à ses méthodes expéditives d'être assis sur un paquet de dollars et se trimballe une redoutable réputation. Malheureusement pour lui, diminué par une attaque cérébrale et de fâcheux troubles de l'érection, Big Jack se heurte à quelques irréductibles insulaires prêts à tout pour protéger leur monopole et leur cuisine saine et équilibrée contre les requins du continent. Jack sous-estime manifestement les ressources des Hawaïens au pied du mur : leur riposte, aussi terrifiante qu'inattendue, va donner au bras de fer qui s'engage une coloration inédite.

L'auteur de A bras raccourci nous offre un nouveau roman délirant, fourmillant de personnages hauts en couleurs, obsédés sexuels, défoncés, cinglés. Mais derrière ce récit à l'humour féroce et décapant, percent une critique sans appel de l'American way of life et une grande empathie envers la culture traditionnelle d'Hawaï, menacée par la modernité occidentale.


  • Les courts extraits de livres : 14/10/2007

«Je vais creuser un imu.»

Il n'avait pas trouvé d'autre solution. La nuit dernière, Joseph était sorti récupérer autant de grosses pierres et de morceaux de lave que nécessaire. Il avait passé la matinée à ramasser des peaux de banane et des bouts de bois de koa dans une ferme près de Waia-hole, en entassant un maximum à l'arrière de son pick-up tout en racontant au fermier que, oui, en effet, il allait bien préparer un cochon à la mode kalua mais que, non, il ne faisait pas de luau. Il ne préparait pas de réception pour la famille ou des amis. C'était purement pour le business.
Il fit un détour par Kahuku et Waialee, en passant par Sunset Beach et le Banzai Pipeline, avec sa horde de surfeurs rugueux et glamours aux corps bronzés taillés comme des statues romaines, aux longs cheveux bouclés par les heures de soleil et de sel, entourés de jeunes filles aux corps fins serrés dans des bikinis encore plus fins.
Joseph s'était souvent demandé ce qu'on ressentait en surfant sur les grandes vagues de la côte nord. Sentir l'océan gonfler et monter, vous élever dans les airs à une hauteur de trois étages, rugissant et poussant avec une force primitive avant de vous recouvrir, obs­curcissant ciel et soleil, pour vous envelopper dans un rouleau bouillonnant d'écume épaisse. Joseph avait vu la pression s'accumuler dans ce tunnel aquatique qui s'effondrait comme un immeuble, cette pression de l'air qui éclatait comme un coup de canon et expulsait le surfeur dans une explosion d'embruns salés à quatre-vingts kilomètres-heure. On lui avait parlé d'un incroyable rush. Mieux que le sexe, mieux que n'importe quelle drogue. Mais il n'en était pas capable. Il laissait aux timbrés brésiliens et aux Californiens cool le risque de se faire déchiqueter sur le corail tapi sous les vagues.
Joseph n'aimait pas aller dans l'eau. Il ne surfait pas. Il ne nageait pas. Il n'aimait même pas prendre le bateau. Sa nuque se hérissait dès qu'il mettait un pied dans l'eau. De peur de rejoindre la chaîne alimentaire. Un sentiment clairement lié aux requins.
Il aimait la plage. Il aimait se reposer, une bière à la main, voir passer les filles, sentir sa peau changer de coloration. Tant qu'il n'avait pas à entrer dans l'eau, la plage lui convenait à merveille.
Joseph s'arrêta à Haleiwa pour faire le plein et acheter une barre énergétique, puis il tourna vers l'intérieur des terres, dépassant les petites maisons affaissées et les fermettes délabrées qui parsemaient ce paysage désolé d'herbe rase et de massifs de canne à sucre sauvage.
La plupart des terrains appartenaient à Dole ou à d'autres firmes d'agrobusiness, qui protégeaient leurs champs d'ananas avec zèle, à coups de barrières et de patrouilles en pick-up sur les routes défon­cées. Mais Joseph s'en fichait. Il savait où aller.
Il quitta la route pavée pour un chemin de terre, dégageant dans son sillage un nuage de poussière rouge semblable à un feu de broussailles. Il cahota sur quelques kilomètres, perdu au milieu de nulle part, puis s'arrêta. Un instant, son camion disparut dans un nuage de poussière tourbillonnant.
Joseph laissa la poussière retomber et recula son pick-up sur une piste criblée d'ornières et de trous, et traversa un épais fourré de canne à sucre à proximité d'une sucrerie abandonnée. Il conduisait doucement, attentif à ne pas trop éprouver ses suspensions. Les rochers et le bois bringuebalaient et faisaient des embardées à l'arrière.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia