Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le dramaturge : une enquête de Jack Taylor

Couverture du livre Le dramaturge : une enquête de Jack Taylor

Auteur : Ken Bruen

Traducteur : Pierre Bondil

Date de saisie : 04/10/2007

Genre : Policiers

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Série noire

Prix : 18.50 €

ISBN : 978-2-07-077563-7

GENCOD : 9782070775637

Sorti le : 04/10/2007

Sobre, ne se droguant plus, Jack Taylor envisage même d'arrêter de fumer. Obligé d'aller visiter son ancien dealer en prison, il se retrouve à enquêter sur la mort de la soeur de ce dernier, retrouvée au pied des marches de son appartement, la nuque brisée. On pourrait croire à un accident, sauf que sous son corps, il y avait un livre de Synge. La fille détestait cet auteur, le livre n'était ni à elle ni à une de ses amies... Jack, contraint, repart en chasse.
«J'avais espéré ne plus avoir à enquêter sur un décès. Je m'étais laissé entraîner à mon corps défendant dans les enquêtes précédentes et les conséquences en avaient été épouvantables»... voici une phrase de Jack Taylor qui résume admirablement bien le livre. Avec dix livres publiés en moins de quatre ans, nous n'avons cessé de vous dire du bien de cet auteur, que dire de plus ? Rien, les aventures de Jack Taylor sont excellentes, précipitez-vous sur l'oeuvre de cet auteur majeur de la littérature noire irlandaise.


  • Les présentations des éditeurs : 07/11/2007

L'impossible s'est finalement produit. Jack Taylor ne se drogue plus, il ne boit plus. Même les clopes semblent parties en fumée. Il sort avec une femme qui est presque de son âge et s'il ne peut encore se considérer comme un citoyen ordinaire, il flirte avec cette illusion. Certains prétendent même qu'il va à la messe...

Malheureusement, le monde autour de Jack, lui, n'a pas changé : deux étudiantes sont retrouvées mortes à quelques jours d'intervalle. Dans les deux cas, un exemplaire d'une oeuvre de John Millington Synge est découvert sous le corps des jeunes victimes. Très vite, sourd aux appels de sa raison qui lui dicte de faire demi-tour, Jack se met en chasse de cet assassin froid et calculateur.

Alors que son passé s'apprête à resurgir et que l'Irak s'enflamme, Jack Taylor oscille à l'extrême bord du précipice...

Ken Bruen est né en 1951 à Galway (Irlande). Après avoir parcouru le monde en qualité d'enseignant d'anglais, il décide de se consacrer à l'écriture.
Il est l'auteur d'une dizaine de livres et lauréat de nombreux prix de littérature policière. Le Dramaturge est son huitième ouvrage à paraître aux Éditions Gallimard.



  • La revue de presse Martine Laval - Télérama du 21 novembre 2007

Ken Bruen aime trop son héros pour le ménager. Il lui invente des situations borderline, lui écrit des pages magnifiques de tendresse. Le monde est oppressant, l'Irlande, un chaudron de souffrances agglutinées au fil du temps. Faut-il se résigner à la vengeance ? Croire à quelque chose qui ressemblerait au pardon, à la rédemption ? Ken Bruen nous laisse en compagnie d'un Jack Taylor plus cassé que jamais, un verre de Jameson à la main. L'innocence est une impossible quête.


  • Les courts extraits de livres : 09/01/2008

Lemsip et yaourt grec. C'était mon régime quotidien, le Lemsip pour soigner une grippe dont je croyais souffrir. Les reniflements intermittents venaient sûrement davantage de la quantité de coke que j'avais sniffée, mais je refusais de l'admettre. Le yaourt car j'avais lu que c'est bon pour la santé (tout du moins, je crois que je l'avais lu) grâce à l'action de ces cultures bactériennes. Si on ajoute une cuillerée de miel, ce n'est même pas si mauvais que ça. En vérité, mon estomac était dans un état lamentable. Le lait fermenté calmait la douleur.
Cela faisait six mois que je ne prenais plus ni drogue ni alcool. Pourtant, si sobriété et santé mentale sont directement associées, j'étais encore loin du compte. Pas une goutte d'alcool n'avait franchi mes lèvres durant tout ce temps. Ce n'était pas le désir de décrocher qui m'avait fait arrêter. Mon fournisseur avait été jeté en prison et je n'avais pas réussi à trouver une nouvelle source d'approvisionnement. Je me sentais si mal, privé d'alcool, que j'avais décidé de laisser tomber la drogue aussi. Quand on est lancé, autant aller jusqu'au bout. La mortelle trilogie, alcool, coke et nicotine : que d'années j'avais gâchées à cause d'elle. Je continuais néanmoins de fumer. Fichez-moi un peu la paix, non ? Vous ne trouvez pas que je me débrouillais superbien ? Si je disposais d'un autre bloc de temps équivalent, à peu de chose près, j'arriverais peut-être aussi à tirer un trait sur la cigarette. Mais le plus bizarre, le plus affolant dans son délire monstrueux c'est que... j'avais commencé à aller à la messe.
Rien que ça.
Vous vous rendez compte ? Un dimanche, alors que je crevais d'envie de boire, que je ne me supportais plus, j'étais entré dans la cathédrale. Sonny Malloy chantait et, nom de nom, quel pied. Alors j'y étais retourné. J'en étais arrivé au point où le prêtre m'adressait désormais un signe de tête et me disait :
- À la semaine prochaine.
J'aimais m'asseoir dans le fond, observer le soleil qui s'infiltrait progressivement à travers les vitraux. Tandis que sa lumière gagnait du terrain au plafond, j'éprouvais quelque chose qui s'apparentait à un sentiment de paix. L'église était toujours bondée et les prêtres se partageaient les lieux. Les vocations étaient devenues si rares qu'ils se répartissaient les paroisses par rotation. La boisson, bien sûr, semblait marquer toutes les strates de mon existence. En contemplant le kaléidoscope de couleurs, je m'étais souvenu d'un des maîtres artisans qui avait oeuvré sur ces vitraux. Un Dublinois nommé Ray, décédé d'une cirrhose du foie. J'étais allé le voir, durant ses derniers jours, et il m'avait confié :
- Jack, je préférerais être mort que sobre. Son voeu avait été exaucé.
Stewart, mon fournisseur de drogue, avait habité près du canal. D'apparence, il ressemblait plus à un banquier qu'à un revendeur. Bien sûr, son credo était l'argent. Nous avions une curieuse relation : il me procurait des explications sur les derniers produits en date, leurs effets immédiats et secondaires, leurs dangers, même. On aurait dit que je l'amusais. Combien d'anciens policiers ayant atteint la cinquantaine pouvaient avoir recours à ses services ? D'une certaine façon, je représentais une sorte de coup d'éclat pour lui. Et je le trouvais toujours fascinant. Il ne pouvait avoir plus de vingt-huit ou vingt-neuf ans, toujours impeccablement vêtu. La personnification de la nouvelle Irlande, affichant toutes les caractéristiques de cette brillante et jeune génération : élégance, confiance en soi, facilité d'élocution, tendance branchée, vocation mercenaire. Ils ne se reconnaissaient dans aucune des conneries qui avaient constitué la base de notre éducation. Le soulèvement de 1916 représentait à peu près autant, pour eux, que la Fédération des sports gaéliques. Autrement dit, rien.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia