Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'épée de vérité. Volume 7, Les piliers de la création

Couverture du livre L'épée de vérité. Volume 7, Les piliers de la création

Auteur : Terry Goodkind

Illustrateur : Keith Parkinson

Traducteur : Jean-Claude Mallé

Date de saisie : 15/11/2007

Genre : Science-fiction, Fantastique

Editeur : Bragelonne, Paris, France

Prix : 25.00 €

ISBN : 978-2-35294-078-4

GENCOD : 9782352940784

Sorti le : 15/11/2007

  • Les présentations des éditeurs : 14/12/2007

Entendu, merci bien pour l'information, je vais leur envoyer ça tout de suite !
La jeune Jennsen, harcelée depuis sa plus tendre enfance par ses démons intérieurs, a trouvé le moyen de les réduire au silence. Mais la fin de son épreuve est le début d'un calvaire pour le reste du monde : impliquée contre son gré dans un combat dont l'enjeu est la vengeance et la conquête, Jennsen tombe sous la domination de forces obscures plus atroces que tout ce qu'elle aurait pu imaginer. Et si les voix de ses démons avaient toujours été réelles ?...

Pendant ce temps, Richard et Kahlan à nouveau réunis doivent toujours compter avec la menace des troupes de l'Ordre Impérial. Contraints de s'aventurer dans un pays étrange et désolé, ils voient leur quête se transformer en cauchemar lorsqu'un chasseur infatigable se met à les traquer.

Affaiblis et de plus en plus seuls, Richard et Kahlan combattent désespérément pour survivre. S'ils veulent un avenir, il leur faudra repousser la menace surnaturelle qui vient d'émerger des plus sombres profondeurs de l'âme humaine. Pour cela, le Sourcier devra lutter contre les démons assoiffés de sang qui rôdent parmi les Piliers de la Création...

Terry Goodkind est le nouveau prodige de la Fantasy américaine. En quelques mois, son cycle de L'Epée de Vente est devenu un best-seller international, vendu à plus de 20 millions d'exemplaires, réussissant l'exploit de rassembler tous les publics sous sa bannière. Traîtrise, aventure, intrigue, amour, tous les ingrédients sont réunis dans ce cycle pour en faire la plus grande fresque de Fantasy depuis Tolkien.


  • Les courts extraits de livres : 14/12/2007

En fouillant dans les poches du cadavre, Jennsen Daggett découvrit la dernière chose au monde qu'elle se serait attendue à trouver. Très surprise, elle s'assit sur les talons, et, tandis qu'un vent mordant ébouriffait ses cheveux, regarda fixement les deux mots écrits en lettres capitales sur le petit morceau de parchemin - qui avait été plié en quatre avec une grande précision, afin que les bords se recoupent au centième de pouce près.
Jennsen cligna des yeux, comme si elle espérait que les mots disparaissent. Mais ils restèrent bien présents, car ils n'avaient rien d'une illusion.
Si absurde que fût cette idée, la jeune femme continuait à redouter que le soldat mort soit en train de l'épier, à l'affût de sa moindre réaction. Prenant garde à rester impassible malgré la tempête qui faisait rage en elle, Jennsen sonda les yeux du mort. Ils étaient voilés et ternes, constatât-elle. Certains défunts, disait-on, semblaient tout simplement endormis. Ce n'était pas le cas de cet homme aux yeux éteints, aux lèvres déjà bleues et à la peau cireuse. À l'arrière de son cou de taureau, une grosse rougeur tournait déjà au violet.
Comment aurait-il pu épier Jennsen ? Ce soldat ne voyait plus rien, c'était évident. Mais avec sa tête tournée vers la jeune femme, on aurait pu croire qu'il la fixait. En tout cas, elle pouvait l'imaginer.
Au sommet de la falaise, derrière elle, les branches nues des arbres malmenés par le vent se heurtaient en cliquetant sinistrement comme des os. Le morceau de parchemin, entre les doigts de Jennsen, semblait vibrer au même rythme, et elle sentait les pulsations de son coeur, déjà emballé, s'accélérer encore.
La jeune femme avait un esprit clair et logique et elle en était très fière. À l'évidence, aujourd'hui, elle se laissait emporter par son imagination. Mais c'était le premier mort qu'elle voyait : un être humain immobile au point d'en devenir grotesque. Ce soldat ne respirait plus, et c'était tout simplement terrifiant.
Jennsen inspira à fond pour contrôler les mouvements de sa poitrine. Si elle ne pouvait rien pour ses nerfs, qui menaçaient de craquer, elle gardait une certaine emprise sur son corps.
Même s'il était mort, elle n'aimait pas que ce type la regarde ! Se levant, elle tira sur l'ourlet de sa robe, contourna le cadavre puis replia le morceau de parchemin en quatre, comme lorsqu'elle l'avait trouvé, et le rangea dans sa poche. Elle s'inquiéterait de cela plus tard, même si elle devinait comment sa mère réagirait aux deux mots écrits en lettres capitales.
Décidée à en terminer vite, elle s'agenouilla de l'autre côté du mort et continua sa fouille. À présent, le soldat semblait regarder la corniche d'où il était tombé, à croire qu'il cherchait à savoir comment il avait pu finir, la nuque brisée, au pied de la paroi rocheuse qu'il longeait.
Le manteau du mort n'avait pas de poches. Deux sacoches pendaient à sa ceinture. La première contenait une fiole d'huile, des pierres à aiguiser et une bande de cuir à rasoir. L'autre était remplie de morceaux de viande séchée. Aucune des deux n'apprit quelque chose à Jennsen sur l'identité du cadavre.
S'il avait été plus malin, comme elle, il aurait suivi le chemin le plus long, au pied de la falaise, plutôt que de passer par la corniche, très dangereuse à cette époque de l'année à cause des plaques de verglas. Et s'il n'avait pas eu envie de rebrousser chemin afin de redescendre dans le canyon, il aurait été plus inspiré de traverser les bois, même si les ronces y formaient par endroits des obstacles difficiles à franchir.
Mais ce qui était fait était fait... Si Jennsen trouvait un indice sur l'identité du mort, elle pourrait contacter ses parents, ou au moins certaines de ses connaissances. Les proches de cet homme voudraient savoir ce qu'il était devenu. C'était toujours comme ça, entre amis, n'est-ce pas ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia