Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Ma bonne

Couverture du livre Ma bonne

Auteur : Maggie Gee

Traducteur : Anouk Neuhoff

Date de saisie : 07/05/2008

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Belfond, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 21.00 €

ISBN : 978-2-7144-4368-7

GENCOD : 9782714443687

Sorti le : 07/05/2008

Mary Tendo une Ougandaise a travaille pour Vanessa Henman une Londonienne durant plusieurs années en l'aidant entre autre a élever son fils Justin avec lequel elle tisse des relations maternelles ce qui ne va pas pour plaire à sa mère.
Néanmoins celle ci rappelle un jour Mary pour qu'elle l'aide à comprendre pourquoi Justin est plongé dans une grave dépression. Mary accepte, malgré la vie qu'elle s'est construite dans son pays. Les deux femmes au caractère bien trempé vont "s'affronter", la dominante n'étant pas forcément celle qui pense avoir réussi sa vie.Jubilatoire ! !


Une étudiante ougandaise Mary Tendo a été femme de ménage chez Vanessa Henman à Londres pendant qu'elle était étudiante. Vanessa, écrivain, professeur à l'université et divorcée élève seule son fils et a très peu de temps à consacrer à l'enfant. Mary au contraire s'est attachée à cet enfant.
Les années ont passé, Mary vit maintenant à Kampala et a plutôt bien réussi. Un jour elle reçoit une lettre de Vanessa qui lui demande de venir à Londres pour prendre soin de son fils âgé de 20 ans et qui est en grande dépression.
Mary accepte, mais il est clair qu'elle n'est plus la «femme de ménage»qu'elle était, et leurs rapports ne seront plus les mêmes.
Deux portraits de femmes qui ont deux cultures, deux conceptions de la vie complètement différentes, aussi bien sur l'éducation, que sur la nourriture, sur les rapports humains et même sur l'écriture, car Mary écrit aussi maintenant.


  • Les présentations des éditeurs : 09/05/2008

Un roman incisif, drôle et fin sur le subtil équilibre du pouvoir entre deux femmes. De l'Afrique à Londres, deux portraits mordants, deux voix qui se font tour à tour l'écho de deux continents, deux cultures. Immigration, rapports de classe, rivalité féminine, une satire sociale remarquable d'intelligence.

Par manque d'argent, Mary Tendo, d'origine ougandaise, a dû abandonner sa licence de lettres pour devenir femme de ménage dans une maison cossue de la banlieue londonienne. Pendant huit ans, elle a travaillé pour Vanessa Henman, écrivain, professeur de littérature à l'université et mère divorcée. Peu à peu, elle a tissé des liens très forts, quasi maternels, avec Justin, le fils de Vanessa. Et puis elle est rentrée à Kampala, où elle mène une existence tranquille.
Jusqu'au jour où elle reçoit une lettre de Vanessa qui lui demande de revenir à Londres s'occuper de Justin, à présent âgé de vingt ans et souffrant de dépression.
Mary accepte. Mais à la grande surprise de Vanessa, c'est une autre femme qui réapparaît. Toujours drôle et maternelle, mais désormais autonome et ambitieuse, rêvant d'écrire à son tour. Les rapports de force entre les deux femmes changent insensiblement et la tension monte jusqu'à la confrontation, une nuit d'hiver, sur une autoroute enneigée...

Traduit de l'anglais par Anouk Neuhoff.


  • Les courts extraits de livres : 09/05/2008

«J'ai envoyé une lettre à ma femme de ménage...»
À Londres, il fait chaud et gris, déjà chaud à neuf heures du matin, même si demain il fera froid à nouveau. La majeure partie de l'été a été assez fraîche, ce qui offre aux Britanniques un inépuisable sujet de conversation. Ils serrent subrepticement les rangs sous les voiles de nuages.
Il est trois heures plus tôt qu'à Kampala. Levée depuis une demi-heure, Vanessa Henman se sent pleine d'entrain et de confiance en elle. Elle est au téléphone avec sa meilleure amie, Fifi.
«... Ah bon, tu es en train de prendre ton petit déjeuner. Moi, comme d'habitude, ça fait des heures et des heures que je suis debout. Bon, en tout cas, aujourd'hui je me sens plus optimiste. La semaine dernière j'ai envoyé une lettre à ma femme de ménage - tu ne peux pas te souvenir d'elle -, mon ancienne femme de ménage... Oui, noire... Oui, jeune... Eh bien, Justin l'adorait. Elle est retournée en Afrique il y a des années. Je lui ai demandé de revenir m'aider à m'occuper de lui. Non, je ne l'ai pas vue quand je suis allée à Kampala, bien sûr que non, j'étais extrêmement occupée ; pour être franche tout ça était assez haut de gamme : réceptions d'ambassade et tout le tralala... Non, c'est Justin qui a eu l'idée de la lettre. D'après lui, je ne l'écoute jamais, alors je me suis dit que si j'écrivais... Oui, exactement. Mais va savoir si elle réagira.»
Un léger bruit derrière elle lui fait lever les yeux. Elle pousse un hurlement, strident, manque lâcher l'appareil. Un jeune homme de grande taille se tient dans l'embrasure de la porte, long blanc, mou et nu, un collier d'ambre autour du cou. Tandis qu'elle crie, il se couvre le sexe de la main. «Qu'est-ce qui se passe, maman ?» demande-t-il, agacé.
Dans l'écouteur, une petite voix s'inquiète : «Bon sang, qu'est-ce qui se passe ? Est-ce que ça va, Ness ?
- C'est Justin. Je ne m'attendais pas à le voir debout. Justin, pourquoi es-tu debout à cette heure-ci ? Je ferais mieux de te laisser. Bisous, Fifi.»
Elle raccroche et foudroie son fils du regard. Depuis combien de temps écoute-t-il ?
«Tu devrais être contente que je sois levé.» Sa chair a un aspect grisâtre, comme éteint. Les contours de ses muscles ne sont plus aussi nets, constate-t-elle avec inquiétude.
«Je suis contente, mon chéri, mais tu m'as fait peur. J'étais en train de raconter à Fifi que j'avais écrit à Mary.
- On est le 4 juillet. C'est son anniversaire.» Justin affiche un sourire radieux : sa grande bouche flasque retrouve ses couleurs, ses joues se tendent et il est très beau ; mais son bonheur absurde met Vanessa en rage.
«Comment peux-tu bien t'en souvenir ?» Soudain il l'exaspère littéralement, avec son grand corps nu et pâle, sa douce voix boudeuse, son auréole désordonnée de boucles blondes, le fait qu'il soit ici dans son bureau le matin alors qu'en temps normal il dort jusqu'à quatre heures de l'après-midi, sa ridicule prétention de se rappeler l'anniversaire de Mary...
Alors que, à peine quelques semaines plus tôt, il a oublié celui de sa mère.
Elle le dévisage sans bouger, frémissant légèrement, se demandant s'il est vraiment son fils.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia