Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La porte des enfers

Couverture du livre La porte des enfers

Auteur : Laurent Gaudé

Date de saisie : 20/08/2008

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France | Leméac, Montréal, Canada

Collection : Domaine français

Prix : 18.50 €

ISBN : 978-2-7427-7704-4

GENCOD : 9782742777044

Sorti le : 20/08/2008

Philippo 6 ans meurt d'une balle perdue, lors d'un règlement de compte entre mafieux.
Mattéo, son père va devoir sa survie à travers la vengeance qu'il va peaufiner jour après jour, rencontre après rencontre.
Un climat italien aux senteurs de cafés, et de mafias.
Un père à qui on ne pourra pas rendre son fils, mais qui rendra justice pour lui.


Laurent Gaudé nous revient au meilleur de sa forme avec un roman magnifique sur la douleur du deuil et la force du souvenir. Une des sorties les plus attendues de cette rentrée et qui, loin de nous décevoir, nous entraîne, tel Dante, dans un voyage aux Enfers, à la recherche du fils de Mattéo, Pippo, décédé lors d'un règlement de compte en pleine ville. Touchant, extrêmement fort, un roman qui va faire parler de lui et comblera les adeptes de "fins à méditer".


En amenant son fils à l'école, Matteo tombe en plein milieu d'un règlement de comptes dans les rues de Naples. Son petit garçon prend une balle perdue au ventre et décède dans ses bras. Matteo et sa femme, Giuliana, sont anéantis, et perdent toute raison d'être. Si Giuliana entre en colère comme on entre en croisade, Matteo quant à lui erre comme une ombre dans la ville des nuits entières. Jusqu'au jour où il rencontre une drôle de confrérie, quatre personnages originaux et pleins de compassion, qui le pousseront à rejoindre le royaume des morts, à passer la porte des enfers, pour retrouver et ramener son fils à la vie.

Pas de doute, Laurent Gaudé n'a rien perdu de sa force narrative. Suivre ses personnages se débattre avec leurs destins tragiques dignes des contes mythiques de nos ancêtres est un régal. La description des enfers, avec pour guide une âme en perte de son être, à la manière de Dante, est d'une originalité rare. On retrouve un peu du Soleil des Scorta, un peu de La Mort du Roi Tsongor, dans cette balade aux bords du Styx, dans le noir et la lumière de ces rudes combats contre la vie et la fatalité. Et l'on termine le roman en ayant déjà hâte de lire le prochain.


Filippo, dit Pippo, meurt par balles à Naples par accident dans les bras de son père. Guilianna, sa mère demande vengeance. Mattéo, son père, essaie de tuer Toto mais il ne le peut. Sa femme part et renie son passé. Mattéo reste et erre jusqu'au moment (fruit d'improbables rencontres) où il trouve la porte des enfers. Il part chercher son fils. Tout est possible.....
Un roman très bien écrit où tout est indispensable, servi par une magnifique construction, que vous ne pouvez pas quitter. Sans doute l'un des meilleurs romans de cette rentrée 2008.


Un autre livre attendu de la rentrée littéraire de cette année.
Une petite merveille de littérature où chaque mot est à sa place, chaque phrase développe et intensifie le récit que Laurent Gaudé fait de la vie de cet homme, Filippo Scalfaro, dont la vie a été hantée et bouleversée par la mort de son fils, tué d'une balle perdue lors d'un règlement de comptes entre mafiosi napolitains. Sa femme lui demande alors de lui ramener son fils ou, à défaut, la tête de celui qui l'a tué.
Filippo, au gré de ses rencontres éclectiques, et toutes enrichissantes, va trouver le courage de remplir la mission dont il a été investi par sa femme.
Une puissance, mais un récit tout en douceur, intimiste mais qui frôle le surnaturel dans cette quête interminable. Un roman d'amour, d'un père à son fils, d'un homme à sa femme, d'une mère à son fils. Une quête qui les mène aux confins d'une folie destructrice.


  • Les présentations des éditeurs : 21/06/2008

Romancier et dramaturge né en 1972, Laurent Gaudé a publié chez Actes Sud plusieurs pièces de théâtre : Combats de possédés (1999), Onysos le furieux (2000), Pluie de cendres (2001), Cendres sur les mains (2002), Le Tigre bleu de l'Euphrate (2002), Salina (2003), Médée Kali (2003), Les Sacrifiées (2004), L'Annulaire (in Les Cinq Doigts de la main, 2006) et quatre romans : Cris (2001 et Babel n° 613), La Mort du roi Tsongor (2002, prix Concourt des lycéens 2002, prix des Libraires 2003, Babel n° 667), Le Soleil des Scorta (2004, prix Concourt 2004, prix Jean-Giono 2004, Babel n° 734) et Eldorado (2006).



  • La revue de presse Robert Solé - Le Monde du 10 octobre 2008

Fusillade en pleine rue, à Naples, entre deux groupes mafieux. Les passants s'affolent, courent dans tous les sens. Le petit Pippo, 6 ans, que les bras de son père, Matteo, n'ont pas suffi à protéger, est mortellement atteint. C'est la fin d'une famille, un peu la fin du monde, et le début de la tragédie fantastique que nous offre Laurent Gaudé...
Ici, le cadre de l'intrigue n'est pas une antiquité imaginaire, mais cette Italie méridionale qu'il avait su mettre en scène dans Le Soleil des Scorta (prix Goncourt, Actes Sud, 2004). C'est donc Pippo lui-même, revenu sur terre, qui se chargera d'éliminer l'homme qui l'a tué une vingtaine d'années plus tôt. Le roman navigue sans cesse entre ces deux périodes. Laurent Gaudé, qui connaît son métier, réussit à nous tenir en haleine tout au long de cette fable.


  • La revue de presse Françoise Dargent - Le Figaro du 1er octobre 2008

Laurent Gaudé, le Prix Goncourt 2004 a écrit une fable sur le thème de la vengeance et du pardon...
La Porte des enfers est un récit fantastique, genre dans lequel Laurent Gaudé s'engouffre avec un culot assumé. Pourtant, ses personnages sont totalement incarnés. Il peut se permettre de leur offrir de longs et poignants monologues comme dans une pièce de théâtre. Et ce sont bien eux qui font la force de ce livre très singulier. «Ce qui est écrit ici est vivant là-bas», souligne, à la fin de La Porte des enfers, l'auteur qui ajoute avoir écrit pour ses morts. Ses lecteurs lui sont reconnaissants.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia