Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

_ Là où les tigres sont chez eux

Couverture du livre Là où les tigres sont chez eux

Auteur : Jean-Marie Blas de Roblès

Date de saisie : 21/08/2008

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Zulma, Honfleur, France

Collection : Littérature française

Prix : 24.50 €

ISBN : 978-2-84304-457-1

GENCOD : 9782843044571

Sorti le : 21/08/2008

De Alcântara, dans le Nordeste, Eléazard von Wogau, Correspondant de presse, héros inquiet de cette incroyable forêt d'histoires, reçoit la biographie inédite d'Athanase Kircher, célèbre jésuite de l'époque baroque. Fasciné, il lance une enquête qui va avoir bien des incidences sur sa vie privée. Jean-Marie Blas de Roblès tire une fresque fabuleuse. Monstrueux Roman somme, récit ambitieux où se mêlent la démesure et l'érudition, Là où les tigres sont chez eux résultat de dix années de labeur d'un globe-trotter érudit et polyglotte, augure-t-il de la naissance d'un écrivain ? La réponse est OUI !
Nous l'avons choisi comme notre coup de coeur dans le catalogue "Libraires Ensemble" à Charge pour Bernard Pivot de faire son boulot avec les Goncourt !


Eléazard von Wogau, érudit fraîchement divorcé, traîne son mal de vivre au milieu des fastes décatis de la ville d'Alcântara, Brésil. L'un de ses anciens condisciples lui fait parvenir un manuscrit concernant Athanase Kircher, savant jésuite bien oublié du XVIIème, dont il entreprend l'exégèse. Pendant ce temps, son ex-épouse Elaine remonte le fleuve Paraguay et s'enfonce dans la jungle amazonienne pour une expédition archéologique qui tourne au cauchemar - Pendant ce temps, leur fille Moéma glisse sur la pente savonneuse de l'addiction et de la haine de soi - Pendant ce temps, Moreira, gouverneur de la Province d'Alcântara, échafaude une machiavélique opération immobilière avec la bénédiction du Pentagone - Pendant ce temps, le jeune Nelson, mendiant et pickpocket infirme, rumine des projets de vengeance à l'encontre dudit gouverneur.

Enfin ! On en tient enfin un ! Nous voulons dire : un roman français dont la folle ambition, la complexité assumée et transcendée, la stupéfiante maîtrise rejoignent celles des grands livres de la littérature mondiale - et l'on n'avait pas vu ça depuis longtemps, peut-être depuis le mémorable Montée en première ligne de Jean Guerreschi. On ne sait où donner de la plume pour rendre justice à cet opus extravagant : les adjectifs qui viennent à l'esprit pour le circonvenir - érudit, baroque, inspiré, échevelé ? - vous filent entre les doigts comme les pièces d'une monnaie qui n'aurait plus cours. Par quel bout prendre ce maître-livre ? Par quel versant escalader une telle montagne ? Le versant Kircher, ce savant adulé en son temps mais bien oublié aujourd'hui - ses intuitions enthousiastes ont fait long feu - mais dont la tentative désespérée d'harmoniser, de lire le monde force encore l'admiration - Le versant Eléazard, exégète borgésien du précédent, qui se perd et se retrouve à la fois dans une entreprise biographique vouée à l'échec - Le versant Elaine, et sa dérive amazonienne digne du Aguirre de Werner Herzog - Ou le versant Brésil, tout simplement ? Un pays travaillé par des traditions mystérieuses et tenaces, des complots cyniques, des révoltes sans espoir. On ne dira pas comment l'oeuvre de Kircher, mort à Rome en 1680, se trouve sollicitée au beau milieu de la jungle amazonienne à la fin du XXème siècle. Ni pourquoi Eléazard, d'un clic de souris, efface sans regret l'exégèse qui aurait dû être le sommet de sa carrière - Ni de quelle manière stupéfiante se termine l'expédition d'Elaine - On ne dira rien de plus, car on se plait à imaginer les lecteurs de cet article en route vers leur librairie préférée - la nôtre, de préférence, mais pour la bonne cause nous serons magnanimes -, on entend déjà leurs pas précipités sur le trottoir devant la boutique, et l'on s'apprête déjà à les régaler d'un festin rare, Là où les tigres sont chez eux, de Jean-Marie Blas de Roblès.
Il paraît que les jurés du Goncourt ont pris de bonnes résolutions... Qu'ils ne ratent pas cette occasion de le prouver !


Athanase Kircher, le jésuite parcourt l'Europe de la guerre de trente ans.
C'est un génial et sympathique touche à tout, scientifique, écrivain, inventeur, doué d'une mémoire et d'une intelligence hors du commun.
Rêveur, capable des inventions les plus loufoques, il n'hésite pas à se colleter à la réalité.
C'est aussi un mystique favori des princes et des papes.
Eléazar Von Wogau, journaliste tourmenté, exilé au fin fond du Matto Grosso brésilien, travaille de nos jours sur un manuscrit relatant la vie d'Athanase.
Les deux destinées alternent, se répondent ; - un chapitre sur Athanase, un sur Eléazard et ceux qui gravitent autour de lui : Elaine, son ex-femme, partie dans la jungle avec une mission scientifique qui tournera mal au pays des trafiquants d'armes et de tribus qui n'ont encore jamais vu de blancs.
- Moéma, sa fille qui, à travers la drogue, le vaudou et le sexe cherche un retour à l'état d'innocence originelle et qui sera brisée.
Loredana, son étrange et attachante amie, d'autres personnages aussi.
Moreira, le dictateur local qui s'enrichit sur le dos des paysans.
Nelson, le cul de jatte des favelas qui rêve d'un fauteuil électrique Honda dont le prix ne cesse d'augmenter.
Toutes ces vies sans liens apparents constituent une trame solide et puissante qui sert de point d'appui à une réflexion profonde sur la condition humaine : que devient un homme enlevé à son pays natal et jeté volontairement ou non sur une terre étrangère ? Qu'on fait les occidentaux en asservissant le monde aux lois de la raison et du profit le transformant en une boule de non sens, tournant sur elle-même, sans but ?
Que sont devenus ces peuples "primitifs" qui ont su garder le contact avec les forces qui nous entourent ? Un récit ample dans lequel on peut se laisser immerger et alors quel régal.
Dix ans de travail pour cette "somme". J. M. Blas de Roblès n'a pas perdu son temps.


Eléazard von Wogau est un misérable correspondant de presse qui végète au fin fond du Nordeste brésilien dans un village étouffé par la moiteur de la forêt tropicale. Il se passionne pour la biographie d'un jésuite de l'époque baroque Athanase Kircher (authentique) surnommé le maître des cent arts.
Jean Marie Blas de Roblès n'avait rien publié depuis 1989, il nous plonge dans un extraordinaire roman tissé d'aventures croisées. L'auteur maîtrise un sens du merveilleux et une grande érudition. Le roman oscille entre périodes historiques et contemporaines, dans les paysages grandioses, humides et étouffants du Brésil, véritable terra incognita... Epoustouflant et vertigineux pendant plus de 700 pages et fruit de dix ans de travail ! Mon coup de coeur de la rentrée !


Dans un Brésil écartelé entre misère et opulence, Elézard, correspondant de presse étranger, découvre médusé la biographie inédite de l'étonnant père jésuite, Athanase Kircher, dont l'existence vouée toute entière au savoir, suscita au 17ème l'admiration de ses contemporains.
La lecture du manuscrit dévoile l'incroyable destinée d'un savant d'exception qui a la naïveté de croire qu'il peut résoudre la plupart des énigmes de son temps. S'il se passionne pour tous les domaines de la connaissance, c'est parce qu'il y voit l'explication même du seul dieu capable d'éclairer les hommes, celui de l'Eglise romaine, dont il est un humble serviteur.
Au nom de ces prétendues découvertes des hommes tels que Kircher sont partis instruire le monde et l'évangéliser. Pourtant si toute la science de Kircher ou presque était fausse, seules ses croyances étaient vraies. Le scepticisme d'Eléazard se fait alors plus indulgent. Quelle leçon peut-on alors tirer des expériences de Kircher ? Et, au-delà, le contact des hommes, qu'ils viennent du passé ou qu'ils soient nos contemporains, a-t-il quelque chose d'essentiel à nous apprendre ?
C'est là tout le sens de ce roman passionnant qui interroge avec une incroyable érudition ce qui fait notre civilisation, ce qui s'est joué jadis dans la confrontation des peuples et des cultures et qui est à l'oeuvre aujourd'hui. Alternant le récit de la folle existence d'un esprit hors du commun du passé et celui d'une poignée d'hommes et de femmes qui n'ont en commun que de vivre dans le Brésil d'aujourd'hui, Jean-Marie Blas de Roblès a construit une oeuvre majeure qui force l'admiration. Car c'est autant une odyssée dans le temps qu'il poursuit qu'une odyssée dans l'espace multiforme du Brésil contemporain. Dans l'intervalle, incommensurable, il est encore un enjeu auquel il ne craint pas de se mesurer, celui de la connaissance et de son devenir.
Si Jean-Marie Blas de Roblès fait preuve d'érudition, il la met toute entière au service de son oeuvre, une oeuvre dont l'intelligence n'a d'égale que la simplicité très remarquable et très salutaire de son écriture. Car ce texte est celui d'un homme humble, sinon malicieux, qui n'a de cesse d'interroger les hommes pour leur demander : "Qui sommes-nous ?".
"Là où les tigres sont chez eux" est l'oeuvre d'un humaniste de notre temps comme il en existe fort peu.

Notre grand coup de coeur de la Rentrée.
S'il ne fallait en lire qu'un, lisez le roman de Jean-Marie Blas de Roblès, publié aux Editions Zulma. Nous le tenons pour l'un des meilleurs ouvrages publié ces dernières années.


  • Les présentations des éditeurs : 14/07/2012

Là où les tigres sont chez eux est le fruit de dix ans de travail, roman somme qui interroge le genre avec une formidable érudition mise au service d'un sens merveilleux de la narration.

Voyageur érudit, archéologue de terrain habitué du rivage des Syrtes et des déserts libyques, Jean-Marie Blas de Roblès nous offre, autour de la révélation du génie baroque d'Athanase Kircher, une kyrielle extravagante de portraits contemporains en lice pour la conquête du sens dans un monde forcené et pathétique.

Né en 1954 à Sidi-Bel-Abbès, puis ballotté en Camargue, à Rouen et dans les Vosges après le rapatriement des Français d'Algérie, Jean-Marie Blas de Roblès passe son adolescence dans le Var. Études de philosophie à la Sorbonne, d'histoire au Collège de France, régates au long cours en Méditerranée. En poste au Brésil comme enseignant et directeur de la Maison de la Culture Française à l'Université de Fortaleza, il reçoit le prix de la nouvelle de l'Académie Française pour son recueil La Mémoire de riz (1982). Transfert en Chine Populaire : premiers cours sur Sartre et Roland Barthes jamais donnés à l'Université de Tien-Tsin (Tianjin), à la fin de la Révolution Culturelle ; La Mémoire de riz est traduite en chinois et en tchèque. Parution de L'Impudeur des choses, son premier roman (1987). Après un séjour au Tibet, il rejoint sa nouvelle affectation à l'Université de Palerme en empruntant le Transsibérien. Un deuxième roman, Le Rituel des dunes, paraît en 1989. C'est à Taïwan (Alliance Française de Taipei) qu'il commence son troisième roman, Là où les tigres sont chez eux, et abandonne l'enseignement pour se dédier à l'écriture. Voyages au Pérou, au Yémen et en Indonésie. À partir de 1990 publication d'essais ou de textes poétiques en revues - notamment dans Le Mâche-Laurier (2006)-, et de Méduse en son miroir (2008) chez Mare Nostrum. Membre de la Mission Archéologique Française en Libye depuis 1986, il a participé chaque été aux fouilles sous-marines d'Apollonia de Cyrénaïque, de Leptis Magna et de Sabratha en Tripolitaine ; il dirige actuellement la collection Archéologies qu'il a créée chez Edisud et où il a publié plusieurs ouvrages de vulgarisation. Dans le même cadre d'activités, il est aussi responsable de rédaction de la revue Aouras, consacrée à la recherche archéologique sur l'Aurès antique.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia