Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Crack

Couverture du livre Crack

Auteur : Tristan Jordis

Date de saisie : 21/08/2008

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Cadre rouge

Prix : 19.90 €

ISBN : 978-2-02-097255-0

GENCOD : 9782020972550

Sorti le : 21/08/2008

Un roman-documentaire bouleversant sur un univers trop peu connu et pourtant si souvent jugé, celui des toxicomanes. La galette ou caillou est au coeur du sujet, comme elle l'est dans la vie de ces "marginaux". Une plongée terrifiante Porte de la Chapelle où se côtoient kifs, prostitutions, agressions et grandes envolées philosophiques. Bien peu à redire si ce n'est que l'on tient là un des romans "coup de poing" de cette rentrée.


  • Les présentations des éditeurs : 23/08/2008

«Le soir, je fumais un joint à La Villette avec Bouba, mon seul vrai pote dans le milieu. Comme je lui confessais une vive appréhension à l'idée de me retrouver au coeur de la frénésie nocturne du crack, il se moqua de moi.
- J'y crois pas, tu vas descendre avec Saga porte de La Chapelle, à minuit. Ha, petit Blanc, demain ils vont t'attendre, planqués à chaque coin de rue, tu vas te faire dépouiller. Je t'aimais bien, vraiment, je te trouvais sympa, c'est dommage que tu finisses comme ça.
Il est plié de rire. Je ris jaune - la peur. Confrontation avec un monde dangereux, riche en fantasmagories. Il faut y aller, pas le choix. À chercher la guerre, elle vient à votre rencontre. J'attendais cette proposition d'un guide depuis un mois. J'ai donné ma parole à Saga, plus de retour en arrière possible, l'histoire peut commencer.»

L'auteur a passé un an à sillonner l'univers des toxicomanes, porte de La Chapelle à Paris. Dans ce livre, il retrace l'histoire de vies déshéritées, mais aussi celle de liens très forts qui se nouent.

Tristan Jordis a trente ans, Crack est son premier livre.



  • La revue de presse Sabine Audrerie - La Croix du 17 septembre 2008

Texte hybride mêlant récit et enquête, sociologie et littérature, le premier livre de Tristan Jordis est l'une des belles surprises de cette rentrée. Journaliste reporter d'image de formation, l'auteur, ayant été mis en contact avec une association d'aide aux toxicomanes de la Goutte d'or à Paris, a décidé de réaliser un documentaire dans le milieu des accros au crack, cette drogue récente aux ravages bien plus puissants que ceux de l'héroïne. Son exploration va s'étendre au champ immense d'une zone géographiquement restreinte, entre Marx-Dormoy et la porte de la Chapelle. Un monde dans le monde, avec ses codes et son langage, habité d'alcool, de cigarettes et de substituts narcotiques, de «calculs, intérêts, traîtrises», et d'où émergent pourtant, dans un regard ou une parole, de réels moments de grâce.


  • La revue de presse Mohammed Aïssaoui - Le Figaro du 4 septembre

Le jeune auteur réalise à la Goutte d'Or ce que Jean Hatzfeld a fait au Rwanda, avec Une saison de machette et La Stratégie de l'antilope : reconstitution des dialogues au plus près de la vérité on y découvre une langue décidément vivante, choses vues et entendues à minuit au fin fond d'un squat, descriptions sans concession. Un «roman documentaire» comme il en existe trop peu...
Crack est bien plus qu'un reportage, car l'auteur ne reste pas neutre. Il n'hésite pas à dire son empathie, à présenter sa vision des choses, ses réflexions, notamment sur la culpabilité d'être là, à observer cette misère sans rien pouvoir faire.


  • La revue de presse Dominique Fernandez - Le Nouvel Observateur du 4 septembre 2008

C'est pour sa valeur documentaire que ce livre doit être recommandé. Plus de la moitié tient en dialogues. Jordis donne la parole aux garçons et aux filles qu'il côtoie, et chacun, dans son langage coloré, souvent savoureux, expose son histoire...
Mais aussi, mais surtout, ils racontent la précarité, la solitude, la misère, l'impossibilité d'échapper à la tyrannie de la drogue. Pas de sentiments, dans ce cloaque. Pas même de sexe, en dehors de la prostitution. Le copain fait tapiner sa copine. Descentes de flics, expulsions, séjours en prison, voilà les seules aventures possibles. Tous les efforts des «associations» n'éveillent qu'une ironie suspicieuse...
Jordis réussit à nous faire comprendre quelle illusion tragique pousse ces épaves à chercher dans le crack «la répétition inexorable d'un principe de plaisir décharné».


  • Les courts extraits de livres : 23/08/2008

Extrait du prologue :

Mai 2006. Tout frais sorti d'une formation de Journaliste Reporter d'Images très instructive, je suis paré pour l'action, caméra à l'épaule. Malheureusement, peu d'activité en cette période dans les maisons de production. Impatient de confronter l'enseignement à la réalité du terrain, d'éprouver mes compétences, je décide de me lancer dans un sujet test. Tout d'abord, trouver un univers étrange, aux sensations risquées, m'immerger dans l'aventure au coin de la rue. Le souvenir d'une association du 18e arrondissement qui accueillait des toxicomanes l'après-midi et leur proposait des ateliers créatifs me revient spontanément en tête. Espoir Goutte d'Or (EGO). La drogue, la perte de soi, le vertige et la chute. Cette histoire résonne comme un écho lointain et mystérieux. Je décroche mon téléphone et tombe sur une vieille dame enthousiaste qui, au milieu d'un brouhaha général, me vante les qualités du travail effectué. «Venez donc.» Il ne m'en faut pas plus.
Je pousse la porte d'une petite association de la Goutte d'Or par un après-midi ensoleillé. Dans la pièce, un bourdonnement de voix assourdissant : la tension inhérente à cet univers se relâche. Une cinquantaine d'usagers sont attablés devant un café, un thé, un bol de corn-flakes, certains circulent devant le bar où les servent des travailleurs sociaux. Ils sont six accueillants pour encadrer, informer, se renseigner et orienter les usagers. La cordialité des rapports instaure une sorte d'équilibre dans les quarante mètres carrés de l'as­sociation. Il semble qu'aucun pouce d'espace ne soit laissé vacant. Poignées de mains, discussions, échanges, observations. Il en émane une intense vitalité, presque instable dans certains contacts. Pourtant, les dynamiques de la rue sont momentanément suspendues, les carapaces s'ouvrent, soulageant la dimension fiévreuse de ces existences. Certains dorment affalés sur les tables. L'idée est de profiter de ces heures de confort. Dans la mesure du possible, tout a été aménagé pour. Préserver le jour du côté hérissé de la nuit. Une fille mignonne capte mon regard et s'approche, sou­riante. «C'est pour faire un film.» Elle me félicite de mon initiative et m'indique la marche à suivre : soumettre un projet lors de l'assemblée d'EGO, réunion ouverte du mercredi soir qui se conclut par un vote à main levée des propositions débattues. La semaine suivante, l'assemblée rejeta mon projet, le jugeant trop flou. On m'invita à passer du temps sur place pour le préciser.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia