Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'atelier d'écriture

Couverture du livre L'atelier d'écriture

Auteur : Chefdeville

Date de saisie : 10/04/2009

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Dilettante, Paris, France

Prix : 17.00 €

ISBN : 978-2-84263-165-9

GENCOD : 9782842631659

Sorti le : 07/01/2009

Ecrivain à la dérive, n'ayant qu'un seul polar ayant eu peu de succès. S'offre alors à lui l'opportunité de devenir animateur d'ateliers d'écriture en zones dite sensibles.
Il est vrai que c'est un anti Bégaudeau et que cela fait du bien !


Un livre qui vous mettra de bonne humeur, pour peu que le politiquement incorrect ne vous effraye pas.
Le héros (ou l'auteur, on ne sait pas la part de fiction et de réalité que contient le récit, et ça participe de son charme) a écrit voilà quinze ans un unique roman policier et végète depuis entre sa bouteille de rhum et les pigeons de son balcon. Un coup de téléphone lui propose d'animer un atelier d'écriture dans un collège de ZEP (Zone d'Education prioritaire). Ce n'est pas que ça le tente vraiment mais, bon, c'est payé.
Il rapplique avec sa culture de blouson noir sur une planète dont il ne soupçonnait même pas l'existence : des presque adultes de 4e partagent la classe en communautés qui pratiquent l'agression verbale (pour commencer) en continu. Beurs, blacks et gitans ne sont contenus que par les bimbos de banlieue qui pratiquent en virtuose le vocabulaire des charretiers. L'occasion pour le lecteur d'un rajeunissement linguistique indispensable...
Ce regard de Candide sur les établissements «difficiles» qui n'épargne ni les élèves, ni les profs, ni l'administration, ni lui-même est hilarant de bout en bout, jusqu'à ce que notre héros, qui s'est inventé un passé de caïd international pour essayer de maîtriser sa classe, ne retrouve sa vieille bagnole fracassée et ainsi taguée sur les portières : Feuque la mafia russe !


  • Les présentations des éditeurs : 04/12/2008

«Alors voilà, ça a commencé comme ça.» Lui non plus, Chefdeville, auteur en souffrance, polardier à la biblio light, n'avait rien dit, rien demandé, lézardant sur sa moquette. Le téléphone a sonné et l'ange du destin, mandé par le Conseil Général, lui ouvre à deux battants les portes de l'aventure, la vraie : animer un atelier d'écriture. Ouaillenotte, rumine notre homme qui se retrouve en un rien de temps garant sa fidèle 205 sur le parking d'un des mille et un lycées, bien épineux, de la grande couronne. Bienvenue chez Jean-Moulin, dans la war zone ! Prof matoneuse et élèves en roue libre : altérité plus altercation, diversité si tu l'oses, ta mère en short et ta soeur en carte ! Chefdeville joue le jeu et fait avec. Compte tenu des heures à payer et du planning à respecter, il se retrouve en poste un cran plus loin chez Pablo-Neruda à enseigner le scénario à des jeunes d'aujourd'hui, nanti comme colistier d'un naze en catogan censé apprendre à faire le point et le cadre à des sans-repères-fixes, adeptes du hors-champ social. La loi des corps voulant qu'il y en ait pour trois quand on est déjà deux, revoici Chefdeville à Pablo-Neruda avec des apprenties boulangères dont il se sentira très proche. Retour au décor numéro 1 pour la scène finale : théâtre de marionnettes et baston en salle. C'est l'écrivain qui boit et la 205 qui trinque : confettis de pare-brise, pneus étripés. Fin de partie. Mais pas d'inquiétude : quelque part dans la nue, penchés au balcon, Jean Moulin et Pablo Neruda t'ont à l'oeil et te crient : «Solidarité, Chefdeville !» Et la gerbe portera en souvenir : «Aux animateurs d'ateliers d'écriture bastonnés pour la France». Le Conseil Général reconnaissant.

Chefdeville est né au siècle dernier en Auvergne. Issu d'une famille de six enfants, il vit en banlieue parisienne. L'Atelier d'écriture est son deuxième roman.



  • La revue de presse Christian Authier - Le Figaro du 8 janvier 2008

Caché derrière un pseudonyme, Chefdeville relate les déboires d'un romancier animant des ateliers d'écriture dans des «banlieues difficiles»...
Si L'Atelier d'écriture avance sabre au clair contre une «époque où des adolescents décérébrés organisaient des viols collectifs, présentés sous l'innocent vocable de tournantes. Où des jeunes filles en fleurs flambaient comme des allumettes suédoises dans les locaux à poubelles des anciennes cités ouvrières, occupées à présent par des tribus lointaines», il n'oublie pas que les sociétés, comme les poissons, pourrissent par la tête : «Le roquet speedé de l'Élysée chiait sur 68, et la chienlit d'hier le léchait à la trace.»...
Pour avoir une idée du charme de ce roman aussi truculent qu'insolent, il faut imaginer Chagrin d'école de Pennac revu et corrigé par Michel Audiard et Reiser. Ou encore une version anar du Entre les murs de François Bégaudeau où la démagogie puante aurait été remplacée par le désir jubilatoire de fâcher les tièdes et imbéciles. Élève Chefdeville, nos félicitations !


  • Les courts extraits de livres : 04/12/2008

Allongé sur le canapé, j'essayais de me concentrer sur la pertinence de ma présence dans ce monde aseptisé et hostile, quand j'entendis les pigeons sur le balcon. Je posai mon verre de rhum sur la table basse et me précipitai. J'exécrais ces volatiles, des assistés et des feignants. À part ravager les façades des bâtiments, picorer vos frites au McDo et chier sur la tête des gens, à quoi pouvaient-ils bien servir ces parasites ? Alors, réguliè­rement dans la journée, je prenais le balai et essayais de m'en allumer un. Mais ils étaient malins ces emplumés. Ils se tenaient toujours à distance respectable pour que je ne les atteigne pas, me narguant avant de s'envoler en laissant des kilos de merde sur la corniche. Toujours à déféquer au même endroit ces nuisibles, chaque jour une nouvelle couche, laissant des strates de fientes qui se transformaient avec le temps en gargouilles immondes.
Un nouveau verre de rhum à la main, je repris mon observation initiale, suivant des yeux les rotations des mouches, mon occupation du jour, quand l'une d'elles me piqua. Je détestais ces bestioles, toujours à vous tourner autour, à vous épier avec leurs yeux derrière la tête, à vous piquer les vaches, quand le taon tournait à l'orage. Mais là, pas besoin de balai, je possédais l'arme ultime, imparable, une force de frappe inégalée, la tapette à mouches ! Un rien barbare, mais je m'en tapais. Avez-vous déjà été emmerdé par un bombardier un jour d'été ? Un qui ne vous lâche pas, qui prend votre cul pour l'aéroport Charles-de-Gaulle ? Vous ne pouvez pas rester pacifique, vous ne pouvez pas, c'est inhumain. Vous chopez la tapette à mouches et vous l'explosez le bestiau, vous le massacrez. J'ai toujours considéré la tapette à mouches comme l'une des plus belles trouvailles du monde civilisé, un objet décoratif - la mienne avait le sourire de la Joconde -, ainsi qu'une arme défensive efficace. Elle pouvait même servir pour les moustiques.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia