Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La double vie d'Anna Song

Couverture du livre La double vie d'Anna Song

Auteur : Minh Tran Huy

Date de saisie : 27/02/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-7427-8567-4

GENCOD : 9782742785674

Sorti le : 19/08/2009

Inspiré d'un fait divers qui avait défrayé la chronique dans les pays anglo-saxon, La double vie d'Anna Song, est une splendide histoire d'amour, racontée avec beaucoup de finesse et de subtilité. Un livre fort et puissant et qui en même temps procure une sensation d'apaisement.

Extrait : "Le souvenir : ce qui reste à ceux qui ont le temps, qui ont le choix. Anna et moi avions chacun nos morts, et cela ne nous empêchait nullement de vivre dans le souvenir - le fantasme - de ce qui avait été.


Anna Song, la plus grande pianiste vivante dont personne n'a jamais entendu parler.

Dès les premières pages du livre on apprend la mort de Anna Song des suites d'un cancer, grâce à un article publié dans un magazine spécialisé. Elle laisse derrière elle une importante oeuvre musicale enregistrée.

Parallèlement son mari Paul Desroches nous conte leur histoire d'amour. C'est un roman écrit à la première personne et Paul Desroches est le narrateur.

Rapidement, le doute s'insinue quant à l'authenticité de l'oeuvre d'Anna Song lorsqu'un fan tente de télécharger un disque sur son Ipod.

C'est un roman à double voix, avec d'un coté le récit de Paul Desroches et de l'autre les articles publiés dans la presse spécialisée qui sont de plus en plus agressifs.

Grâce au suspens savamment mené par l'auteur, il faut attendre les dernières pages du roman pour comprendre jusqu'où on peut aller par amour.

C'est un très beau livre tiré d'une histoire vraie.


Ce livre est le récit d'un amour absolu.

Alternant articles de journaux et récit du narrateur, Paul Desroches, le livre nous expose lentement la vie d'Anna Song, jeune pianiste virtuose mais condamnée par le destin.

Très vite pourtant, le doute survient. Pianiste prodige ou, aidée par son mari, faussaire prodige ? En effet, entrecoupant le récit de Paul Desroches, les articles passent du dithyrambe à la dénonciation offusquée et choquée. Quant au récit lui-même, ce n'est rien de moins que l'histoire d'un amour commençant dans l'enfance, lorsqu'un garçonnet venant de perdre ses parents entend un morceau de piano exécuté par une petite fille.

Tout le talent de l'auteur tient dans cette alternance de ton, de style, passant de l'écriture journalistique à celle d'un homme qui se raconte au travers de son amour perdu, de tout ce qu ?il a entrepris pour le retrouver, le protéger, le conserver.

Vous ne saurez qu'à la toute fin du roman qui était Anna Song et, une fois la dernière page refermée, retournez aux citations placées en exergue, au début du livre, et savourez leur à-propos !


Le narrateur de «La double vie d'Anna Song» est Paul Desroches mari d'Anna Song amoureux depuis leur tendre jeunesse. La narration est entrecoupée de coupures de presse rendant compte de l'aventure de Paul et Anna. Paul orphelin a rencontré Anna chez sa grand-mère. Paul devient très proche d'Anna par cette relation tendre qui le porte, le soutient, la passion d'Anna pour la musique, ses dons exceptionnels, les légendes vietnamiennes qu'elle lui conte illuminent le quotidien de Paul. La carrière d'Anna est brisée par une maladie qui l'empêche de mener à bien ses projets. Mais l'amour et la passion de Paul sont plus forts. Il crée un studio d'enregistrement, et diffuse les CD d'Anna. Grâce à Internet notamment, le succès d'Anna devient gigantesque et les admirateurs conquis extrêmement nombreux. Jusqu'au jour, où l'un d'eux découvre la supercherie. Anna n'a pas enregistré une note, les morceaux ont été créés de toute pièce à partir de différentes interprétations. Le scandale éclate et contraint Paul à exposer ses confidences et le mythe qu'il a créé et qui l'a épaulé dans sa vie de tous les jours. Minh Tran Huy confirme ici la réussite de son premier roman avec cette histoire (inspirée d'une histoire vraie) sur la passion, la folie d'aimer, les mythes, la musique et toujours et encore en arrière-fond le Vietnam.


«Anna Song, la plus grande pianiste vivante, mais dont personne n'a jamais entendu parler.»

Paul Desroches, son mari et producteur, nous dresse au fil des pages le portrait de cette musicienne virtuose dont la mémoire est entachée lorsque l'authenticité de ses enregistrements est remise en doute par les médias.
Les mots s'écoulent comme autant de notes délicates et subtiles qui racontent la passion, l'amour, les racines mais aussi l'opprobre, la trahison...
Minh Tran Huy nous offre à travers le destin de ses deux protagonistes un roman d'une beauté et d'une force rares, et ce jusque dans les dernières lignes lorsque l'ouvrage prend une ampleur insoupçonnée et magistrale. Une merveille de cette rentrée littéraire.


  • Le courrier des auteurs : 18/10/2009

1) Qui êtes-vous ?
Une lectrice et un écrivain - et quelqu'un qui essaie d'écrire ce qu'elle aime lire.

2) Quel est le thème central de votre livre ?
L'imposture, déclinée sous différentes variantes - la mystification publique, la trahison intime, le sentiment d'imposture.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de votre livre, laquelle choisiriez-vous ?
"Mieux vaut un mensonge qui apporte la paix qu'une vérité qui vous détruit."

4) Si votre livre était une musique, quelle serait-elle ?
"Pavane pour une infante défunte" de Ravel.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Quelque chose qui relève à la fois du sentiment esthétique (ce qu'on ressent devant toute forme de beauté) et de l'émotion pure, celle qui vous saisit à l'écoute d'une musique, ou d'un chant. C'est ce que j'essaie de transmettre.


  • Les présentations des éditeurs : 23/09/2009

LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS

Anna Song, "la plus grande pianiste vivante dont personne n'a jamais entendu parler", laisse derrière elle une oeuvre discographique sans précédent. Malgré la maladie, et dans un engagement du corps et de l'âme proche de la ferveur, elle a voué ses dernières années à arpenter, avec une indéfectible justesse, un territoire musical des plus vastes. Gardien du temple et architecte de la légende : Paul Desroches, son mari et producteur. Mais tandis que celui-ci raconte la femme aimée, de l'émerveillement enfantin aux patientes années d'une vie partagée dans une sorte de culte de la beauté, le scandale éclate. Anna Song n'aurait pas enregistré une seule note de sa discographie, pillée ailleurs par l'amoureux démiurge. Imposture, falsification, trahison : au concert de louanges nécrologiques succède le tapage de l'opprobre, relayé par des médias d'autant plus féroces que bernés.
C'est un fascinant jeu de miroirs qu'orchestre ici Minh Tran Huy dans un deuxième roman qui confirme l'avènement d'un univers d'une impressionnante cohérence, Où l'on retrouve l'omniprésente absence du pays des origines, le Vietnam, dont la réalité floutée par le temps et l'éloignement s'enracine dans un silence peuplé de contes. Et aussi cette petite musique envoûtante, cette opacité impavide plus généreuse qu'elle ne s'affiche, qui évoque irrésistiblement les eaux calmes d'un lac, sous lesquelles se jouent - et demeurent - les plus violentes tragédies.
Tombeau du premier, du grand, de l'unique amour, entre ode et plaidoyer, La Double Vie d'Anna Song révèle et défend la folie d'aimer, mais aussi le droit à inventer des vies à la hauteur de cette folie.

Née en 1979, Minh Tran Huy a publié son premier roman, La Princesse et le Pêcheur, chez Actes Sud en 2007(et Babel n"968). Elle est également l'auteur d'un recueil de contes et légendes du Vietnam, Le Lac né en une nuit (Babel n° 888, 2008).



  • La revue de presse Nils C. Ahl - Le Monde du 16 octobre 2009

La Double Vie d'Anna Song, roman d'une usurpatrice involontaire, est aussi une réflexion sur la création. Paul justifie jusqu'à l'absurde l'imitation des autres. C'est le sens de son plaidoyer quand il dit que "la littérature, après tout, ne cesse de recombiner les mêmes mots et la musique les mêmes notes". Les enregistrements d'Anna, Paul les vole à d'autres, certes. Mais il en fait le portrait amoureux de sa femme. Il crée. A la manière d'un Arcimboldo des sons, Paul rend justice à Anna. En fait, sa fiction en cent CD compense le réel. Rien à voir avec un mensonge, "nous sommes tous des êtres de fiction, et nos chimères nous définissent". Nous existons autant par nos rêves que dans notre vie quotidienne. Ce que la vie nous a refusé, la fiction peut nous le rendre...
Loin de son modèle, à la recherche d'une autre vérité pour son personnage, Anna Song, Minh Tran Huy a une belle main, un beau geste quand elle creuse le fait divers. Ce second roman est une réussite.


  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 10 septembre 2009

Mais Minh Tran Huy ne se contente pas de mettre en roman le destin tragique et dérisoire de la pianiste britannique. La Double Vie d'Anna Song est en effet un roman hanté par la figure du double. Le récit lui-même se divise en deux fils, l'un, en forme de dossier de presse, relate les faits qu'on vient d'exposer, l'autre est le journal de Paul Desroches, mari d'Anna Song et l'auteur de la mystification. La narration se scinde en deux, une branche «extérieure» où le vrai et le faux s'affrontent comme le bien et le mal, et une branche «intérieure» où se met en scène la complexité de jeux de miroirs...
Dans ce deuxième roman, la prose simple et limpide de Minh Tran Huy s'attaque crânement aux plus insondables des mystères, ceux de lé, du deuil et de l'art. La réussite est au rendez-vous.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 26 août 2009

Minh Tran Huy pourrait se contenter de cette part d'ombre brutalement révélée et de la mystification. Elle se détache de la logique pour se glisser dans la folie mentale d'un homme qui veut dresser un tombeau somptueux à la femme qu'il aime. En choisissant une artiste déracinée et un homme privé de passé, la romancière évoque aussi la recherche perpétuelle des origines, le besoin de s'inventer un monde idéal. Par une construction tendue, l'auteur évite le piège du sentimentalisme pour mieux décrire la férocité d'une réalité qui nourrit les uns et brise les autres. Le mensonge devient alors le seul moyen d'échapper au silence, de prolonger le souvenir, ou de le parfaire... jusqu'à l'imposture.


  • La revue de presse Baptiste Liger - L'Express du 20 août 2009

Et si la pianiste Anna Song n'était pas l'interprète de ses disques ? Amour, musique et vertige avec Minh Tran Huy...
La force de ce deuxième roman aux accents murakamiens (dédié à la mémoire de François Dufay qui fut rédacteur en chef de L'Express) tient à sa brillante narration, alternant les coupures de presse et la parole de Paul. Bref, aucune imposture du côté de Minh Tran Huy, qui est bel et bien l'auteur de ce livre vertigineux...


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia