Le choix des libraires - en savoir plus sur le livre Retour à la nuit

Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Retour à la nuit

Couverture du livre Retour à la nuit

Auteur : Éric Maneval

Date de saisie : 22/01/2011

Genre : Policiers

Editeur : Ecorce, La Croisille-sur-Briance, France

Collection : Noir, n° 1

Prix : 12.00 €

ISBN : 978-2-9535417-0-0

GENCOD : 9782953541700

Sorti le : 26/11/2009

J'aimerai vous parler de ce court roman, court oui, mais intense ! Il raconte l'histoire d'Antoine, veilleur de nuit dans un foyer pour adolescents du côté de Limoges. Un soir il tombe sur une émission télévisée retraçant une enquête qui n'a pas aboutie concernant un tueur en série qui a pour caractéristique de "découper", ses victimes sont principalement de jeunes enfants. Et là, c'est le choc pour Antoine ! Il reconnaît dans le portrait robot du suspect celui qui des années auparavant l'aurait sauvé de la noyade, soigné et déposé à l'hôpital. Il ne comprend alors pas pourquoi cet homme, ce tueur, ce découpeur, ne l'a pas tué comme les autres enfants qu'il a rencontrés. Commence alors une "enquête" au plus profond de ses souvenirs pour ne laisser échapper aucun indice... C'est un polar noir à l'écriture incisive, coupante comme le découpeur et qui ne laisse pas indifférent... J'en suis encore retournée ! Alors allez-y, si vous n'avez pas peur de faire travailler votre cerveau, votre imagination et surtout si vous n'avez pas peur des nuits blanches !


Antoine est veilleur de nuit dans un foyer de jeunes enfants, près de Limoges. "Je suis censé rester éveillé toute la nuit. J'ai sous ma responsabilité une trentaine d'enfants. Les plus jeunes ont deux ou trois ans, le plus vieux en a dix-neuf." Son travail consiste à faire face à n'importe quelle situation, du chahut fait pas les plus durs des pensionnaires aux cauchemars des plus jeunes (comme ce jeune garçon persuadé qu'un chevalier le surveille dans un coin de sa chambre).
Pour ne pas s'endormir, Antoine regarde la télé, le plus souvent. Et ce soir-là, une information va retenir son attention : celle du procès d'un jeune homme accusé du meurtre d'un jeune enfant, mais qui a toujours clamé son innocence. Et lorsque le portrait-robot d'un suspect (une piste jamais explorée par les policiers) est montré, Antoine semble le reconnaître. N'est-ce pas cet homme qu'il a vu, dans son enfance, le jour où il a failli se noyer dans la rivière ? Son sauveur serait-il en réalité un assassin ? Antoine a cependant du mal à se souvenir de cet épisode, même si les cicatrices sont bien présentes sur tout son corps pour le lui rappeler.
Son témoignage pouvant aider à l'enquête, Antoine prend contact avec un ami journaliste. "Je lui raconte : l'émission sur l'affaire Firnbacher, le suspect en fourgon, mon rapport avec lui. Je lui montre même un début de cicatrice sous ma clavicule gauche. J'insiste. Ce n'est qu'un portrait-robot mais je l'ai immédiatement reconnu. Je lui explique qu'il faudrait peut-être que je parle à la police..." C'est l'inspecteur Teddy Romero qui viendra entendre son témoignage, accompagné de sa collaboratrice un peu étrange il lui semble. Arriveront-ils à lui faire retrouver ses souvenirs ? Trouveront-ils un lien entre ce portrait-robot et l'homme qui a "sauvé" Antoine lorsqu'il avait huit ans ?
Un démarrage au pas lent et rythmé d'Antoine, de la vie tranquille qu'il a choisi dans ce coin du Limousin. Mais un polar dont l'intensité monte en puissance au fur et à mesure de l'intrigue, au fur et à mesure des découvertes faites par Antoine sur son enfance. Les souvenirs qu'il a conservé de cette journée reflètent-ils la réalité ou son esprit (son imagination ?) a-t-il créé des images pour effacer un moment douloureux de son passé ?
Un polar noir où le lecteur découvre, grâce à une écriture précise et efficace, le passé trouble et troublé d'Antoine, son présent confronté aux enfants en difficultés qu'il aimerait aider à grandir (certains éducateurs ne sont pas dépeints sous leur meilleur jour !).


  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

- Écoute-moi bien, Antoine. Tu as eu de la chance que je sois là. Tu comprends ? Ne parte pas, fais-moi oui ou non de la tête.
Oui
- Je t'ai sauvé la vie Regarde-moi dans les yeux : je t'ai sauvé la vie, Antoine Mais si tu veux te faire du mal, je peux te faire du mal. Je peux le faire à ta place. Tu comprends ?
Non.
- Tu as peur 7
Oui.
- Tu as peur de moi, mais tu n'as pas peur de plonger dans une rivière en crue ? T'es un drôle de numéro toi. Tu vois la bouteille que j'ai dans la main ? C'est de l'alcool à 90°. Je vais en mettre sur tes blessures. Ça va faire très mal. Ça va te brûler et tu vas hurler. C'est moi qui vais te faire mal. N'oublie pas ça, moi je peux te faire du mal. Tu t'en souviendras la prochaine fois que tu voudras mourir

Vingt-cinq ans plus tard, Antoine est veilleur de nuit dans un foyer à caractère social, près de Limoges II revient sur son histoire.
Depuis cette cascade située près de Treignac, jusqu'à l'affaire du Découpeur
Une nuit, dans le foyer, il montrera ses cicatrices à Ouria, fascinée, qui voudra les revoir ensuite.
Et les toucher.
La nuit, tournée vers la forêt, l'adolescente parle toute seule à sa fenêtre

Eric Maneval vit et travaille à Marseille Passionné de littérature noire et policière, bouquiniste et guitariste, il lit et écrit la nuit Retour à la nuit, qu'il qualifie de roman d'angoisse, est son deuxième recueil, après Eaux (éditions de l'Agly, 2000) Il est aussi auteur de nombreux textes courts


  • Les courts extraits de livres : 22/01/2011

En temps normal, la baignade était interdite. Il y avait les lâchers du barrage ; l'eau pouvait monter brusquement et, dans les endroits escarpés, des gens se retrouvaient parfois piégés. Mais avec mes copains Jean-Paul Delmas et Frédéric Lavialle, on faisait bien ce qu'on voulait. On adorait, à faible débit, s'allonger dans le dévers de la retenue et sentir l'eau nous masser les épaules. On pouvait même se mettre à l'horizontal, et la pression nous tannait la peau, nous écrasait les os ; on sortait de là complètement lessivés, hébétés, lavés de tout.

La veille, ce vendredi de la fin août, tous les trois, on avait pris nos vélos pour venir voir la rivière. C'était assourdissant. La nuit précédente, de violents orages avaient sévi sur toute la région. Des trombes d'eaux gorgeant les affluents de la Vézère et engorgeant les lacs de Viam et celui des Bariousses, obligeaient E.D.F. à lâcher le maximum de débit. Je n'avais jamais vu une telle hauteur d'eau. Elle était boueuse et exhalait une odeur de bois pourri, de terre emportée et d'humus. La Vézère était en crue.
En aval du barrage de Treignac, il y avait cette petite retenue et son canal d'irrigation. De la route, on ne voyait qu'une grosse vague, de l'écume, mais si on s'approchait, si on descendait le long du ravin, si on se plaçait au niveau de l'eau, alors là on pouvait ressentir la puissance de la rivière. Le tumulte grondait. La retenue créait une vague en rouleau qui devait faire un ou deux mètres de diamètre. Je voyais des bidons, des troncs et des branches d'arbres, des amoncellements de déchets divers, jonchés de plastique et de lambeaux de tissus multicolores. Tout ça venait se faire prendre dans le rouleau, restait quelques secondes invisible sous l'écume et s'expulsait quelques mètres plus loin dans un dénivelé de rochers où les moins solides de ces éléments se disloquaient, pour se reformer, s'agglomérer dans de puissants contre-courants.
J'étais en slip de bain, au bord de la rivière, une dizaine de mètres en contrebas de la route. Je tremblais, de peur, de froid, et j'étais fasciné.
Avec mes deux amis, on était sur la rive, à coté de notre petite retenue. On avait amené une chambre à air et un gonfleur à pied que j'avais pris dans le garage de mon père. J'avais terriblement envie de me jeter dans le courant. Il suffisait de bien s'accrocher à la bouée, ce n'était que de l'eau ; on serait certainement secoué, mais une dizaine de mètres en aval, la rivière se calmait. Je ne voyais aucun danger. Après le rouleau, il y avait des rochers, et tellement d'eau ; on passerait largement par dessus. Mais mes deux copains avaient la trouille. Pire, ils m'avaient refilé leur trouille.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia