Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le froid modifie la trajectoire des poissons

Couverture du livre Le froid modifie la trajectoire des poissons

Auteur : Pierre Szalowski

Date de saisie : 04/02/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 9782350871479

GENCOD : 9782350871479

Sorti le : 02/09/2010

Le titre est digne des plus belles métaphores que nous ait donné la science chère à Einstein, Hawking et consors, stars de la recherche et des honneurs afférents (Nobel, médaille Fields en maths - ce détail aura son importance). Et pour rester dans ces eaux là (l'aquariophilie a, aussi, son importance !), oui : tout est relatif ! Et la théorie du chaos, les singularités, les trous noirs, toutes ces théories savantes colleraient à l'intrigue concoctée par le M. Szalowski, véritable alchimiste ès rebondissements. Plus clairement, la théorie des noeuds et les algorithmes météos sont un vrai fil rouge de l'histoire. Mais, diantre, ne prenez pas peur : il ne s'agit pas d'un hermétique essai de sciences, mais bien d'un roman ju-bi-la-toi-re !
Adonc, un garçon de 12 ans, est notre narrateur attitré : il sera, étrangement le seul anonyme de l'histoire ! N'empêche, par cette empathie naturelle aux VRAIS raconteurs d'histoire, nous l' «habitons» sans problèmes, enfilant son habit de gamin confronté au 1er grand drame de sa vie : la séparation annoncée de ses parents. Là, on pressent l'antienne classique du mélo familial, un kramer contre kramer Montréalais (ça se passe dans la belle province, je vous ne l'avais pas dit ?) Fichtre non ! Un zeste de pensée magique et voilà que notre jeune malheureux en appelle aux éléments pour sauver sa famille. Bien lui en prend, cette semaine de janvier 1998 restera dans les mémoires québécoises comme la tempête de glace du siècle !
Une cascade d'événements quasi vaudevillesques vont parfaire la pièce montée opérée par le fatum déglingué ! Une strip-teaseuse tombe en amour d'un mathématicien russe obsédé par son satané quatuor de poissons (la fameuse théorie des noeuds appliqué à l'aquariophilie), des pères absents s 'ébrouent enfin (si, si), des femmes se désaigrissent (si, si), un coming out se produit grâce à un canapé de psy (et une bouteille de whisky) etc... ad jubilo.
En dire plus serait dommage, car vous aussi vous ressentirait sans coup férir ce besoin de rompre la glace, d'accroire coute que coute que rien ne se crée mais tout se transforme, et que si glace il y a elle est amené à fondre. CQFD. Ce qui fond délivre ;-)


Le verglas est aux Québécois ce que la grève (des transports) est aux Français. Dans les deux cas, des gens qui se croisaient tous les jours jusque là sans se connaître, en l'occurrence des habitants d'une rue de Montréal, se mettent à parler, à échanger, à s'aider... ce qui modifiera leur trajectoire d'une façon positive.

Un livre léger à la "Amélie Poulain" pour retrouver le sourire.


  • Le courrier des auteurs : 12/07/2010

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis un homme qui n'a jamais eu aucune résistance à l'ennui. C'est pourquoi j'ai régulièrement changé de métier afin que mon cheminement soit une aventure sans cesse renouvelée. J'ai successivement été photographe, journaliste, rédacteur en chef, graphiste, maquettiste, directeur de création, concepteur de logiciels sur disquette, chef de projet dans le jeu vidéo chez Ubisoft, puis Vice-président de cette compagnie. J'ai quitté le multimédia en 2002 pour me consacrer à l'écriture de scénario de fiction et de documentaires. Depuis peu, je réalise des documentaires et compte m'atteler à la fiction un jour. Bien entendu, j'écris aussi des livres. Enfin, je n'en ai écrit qu'un pour l'instant, mais je travaille sur le prochain dès que mon emploi du temps me le permet.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
J'ai écrit une histoire dont la trame centrale était la séparation des parents à laquelle l'enfant se refusait. Mais au final, même si ce thème reste bien présent, il me semble que c'est l'idée d'un bonheur simple, toujours à portée de tous, qui est devenue le thème principal du roman.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«L'amour, c'est comme un taxi. Si on lui court après c'est qu'il est déjà pris. Pour l'attraper, il faut l'attendre au bon endroit».

En l'écrivant, cette phrase me plaisait, et depuis, c'est celle dont les lecteurs me parlent le plus souvent.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
«C'est bon pour le moral» de la Compagnie créole (une version live si possible).

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Les réflexions et remarques qu'un lecteur peut exprimer sont toujours riches d'enseignements. Cependant, avec un lecteur on a souvent tendance à ne parler que du livre ou de ma personne. Au fond, une fois dit qu'il a lu mon livre et l'a aimé ou pas, je crois que j'aimerais parler en priorité d'autre chose et plutôt, de lui, que de moi.


  • Les présentations des éditeurs : 06/07/2010

4 janvier 1998, Montréal. Un garçon de dix ans apprend que ses parents vont se séparer. Désespéré, il demande au ciel de l'aider. Le lendemain débute la plus grande tempête de verglas que le pays ait jamais connue.

Ce déluge de glace n'empêche pas son père de quitter la maison. Mais des événements incroyables ou anodins vont faire peu à peu basculer la vie du voisinage. Julie, danseuse en mal d'amour, accueille chez elle Boris scientifique égocentrique, qui ne vit que pour ses expériences sur les poissons Michel et Simon, les deux «frères» si discrets, qu'on ne voit jamais ensemble ouvrent leur porte à Alexis, leur voisin homophobe.

Le grand gel va progressivement changer la vie de tous les habitants de cette rue... pour le meilleur.

Face à l'adversité, des liens se créent ; face au froid, l'entraide, la solidarité et l'altruisme enflamment les coeurs.

«À l'heure actuelle, il n'y a que Vincent Ravalée pour exprimer, aussi bien que lui, un surnaturel naïf, baroque, inattendu, mais très prenant.»
Michel Lapierre, Le Devoir

«J'ai adoré ce livre parce qu'il est très drôle et très réconfortant. C'est un livre optimiste qui rend heureux, rien de moins. Pour moi, c'est une très belle réussite et un bonheur de lecture».
Manon Trépanier - invitée d'Emmanuel Kherad sur «La librairie francophone», France Inter.

«Écrit superbement avec de beaux portraits d'individus. On voit bien que l'auteur est un fin connaisseur de la nature humaine. Et la beauté de l'exercice c'est de transformer un cataclysme en une chose merveilleuse au plan humain.»
Culturehebdo. com

«Ce roman tonique et très drôle est construit autour d'une idée forte (...) Et la métaphore des poissons dans leur bocal, pour lesquels un changement d'environnement va se traduire par un changement de comportement, est une bien jolie trouvaille. De ce livre, on en fait qu'une bouchée.»
Tristan Malavoy-Racine, Voir Montréal

«Par le biais d'une brochette de personnages fascinants, des êtres humains aussi complexes que représentatifs de l'humanité, ce roman d'apprentissage et d'initiation est aussi un roman d'amour et une étude sociologique en temps de crise environnementale»
Le Journal de Québec

«Un beau conte tout en finesse et en douceur. L'histoire finira par vous emporter sans que vous le remarquiez».
7 jours

«Dans une écriture très directe, pas du tout empruntée, Pierre Szalowski nous fait voyager dans la pauvre petite tête tourmentée de ce garçon. Il y a dans ce livre de jolies trouvailles littéraires.»
Catherine Pépin, «Desautels», Radio-Canada

«C'est un roman charmant d'une grande justesse de ton... Le ton est enlevé, le découpage ingénieux».
Catherine Perrin, «C'est encore mieux le matin», Radio-Canada


  • Les courts extraits de livres : 06/07/2010

QUE ÇA PASSE VITE, NOËL

- Attends encore ! Ton père dort.
Neuf heures dix-neuf au cadran. Je suis allé me rasseoir sur mon lit. Cela faisait deux heures que je ne dormais plus et que j'attendais dans ma chambre. C'est une tradition familiale. Chaque année, papa ordonne que je n'apparaisse qu'après le passage du père Noël. Pourtant, j'ai onze ans et ça fait cinq ans que je n'y crois plus !
Cinq ans, c'est un secret ; pour mes parents, c'est quatre.
J'avais six ans et demi, quand Alex, mon seul ami, m'avait appris tout sourire la triste nouvelle. Je m'étais senti d'un coup basculer dans un monde où tout s'expliquait. Pour oublier ma déception, à l'école, j'avais fait la même chose qu'Alex. J'ai pris plaisir à convaincre les plus petits que le Père Noël n'était qu'une invention des parents. Chez moi, j'essayais par quelques remarques de faire comprendre à papa et maman qu'il serait temps d'arrêter de me dire que si je n'étais pas sage, le Père Noël ne m'apporterait rien. Mais quand j'ai vu le regard paniqué que ma mère a lancé à mon père, j'ai renoncé. Je ne voulais pas leur faire de peine. Des fois, il faut mentir à ses parents pour leur faire plaisir.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia