Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Little big bang

Couverture du livre Little big bang

Auteur : Benny Barbash

Traducteur : Dominique Rotermund

Date de saisie : 10/04/2011

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Zulma, Honfleur, France

Prix : 17.00 €

ISBN : 9782843045288

GENCOD : 9782843045288

Sorti le : 13/01/2011

Coup de coeur : un israélien décide de maigrir et pour cela entame divers régimes dont un le conduira vers une issue pour le moins désagréable pour lui mais désopilante pour nous. Avec un sens de l'humour très acéré et un talent de conteur indéniable, Benny Barbash, à partir d'une simple fable, nous dresse un portrait sans concession de la situation israélo-palestinienne. Un regard pertinent et légitime : une lecture obligatoire pour dédramatiser certaines situations et décontracter certains protagonistes. Finalement une fable universelle...


Un jeune israélien, obèse, ne supporte plus les taquineries de ses amis, de ses parents... Il décide donc d'entreprendre toutes sortes de régimes, jusqu'au jour où... À travers un épisode insolite, anodin, Benny Barbash nous offre une fable à méditer.


On rit beaucoup, mais derrière le comique de situation et les dialogues hilarants, le propos est finalement, extrêmement sérieux.
Le rire et l'olivier comme solutions au conflit israélo-palestinien ? ça serait bien...
UNE OEUVRE SALUTAIRE !


Little Big Bang est le nouveau roman de Benny Barbash, auteur israélien, publié par les éditions Zulma. Comme avec My First Sony, son précédent livre, on retrouve ce qui fait la particularité de cet auteur : la description de la société israélienne contemporaine vue par le prisme familial.
Avec Little Big Bang, il nous livre une fable féroce mais drôle en nous contant l'histoire d'un homme qui va s'apercevoir qu'un olivier lui pousse inexorablement dans l'oreille ! Malgré une femme stoïque et une famille qui en a connu d'autres, cette mésaventure arboricole ne passera pas inaperçue et notre pauvre héros va vite devenir un enjeu national, un symbole de paix qu'Israël et les palestiniens vont tenter de s'accaparer, tout cela sous les yeux très observateurs de son propre fils.
A l'image d'une société israélienne déchirée mais qui tente de garder le cap alors que tout s'écroule autour d'elle, l'oeuvre de Benny Barbash possède ce petit grain de folie, d'humour et de lucidité, qui font tout le charme des livres politiquement incorrects.


  • Les présentations des éditeurs : 12/02/2011

La fabuleuse mésaventure d'un homme qui ne souffrait, à l'origine, que d'un surplus de poids.

Un peu d'obésité chez un honnête homme israélien est loin d'être une disgrâce. Sauf s'il décide de maigrir à tout prix. Malgré les moqueries affectueuses de son épouse et des grands-parents, notre homme multiplie en vain les régimes : tout fruit, tout viande, ou tout carotte. Une diététicienne de renom lui recommande le tout olive. Il finit par avaler un noyau qui se fiche dans l'épigastre. Et voilà qu'un beau jour quelque chose bourgeonne de son oreille gauche, une pousse d'olivier dirait-on, phénomène qui sera à l'origine d'un véritable big-bang local...
À partir d'un événement pour le moins insolite, traité à la manière positive du conteur, Benny Barbash nous offre une fable à mourir de rire, d'une pertinence abrasive. Dans le contexte épineux du drame palestinien et de l'occupation des territoires...

Du petit incident de santé pour le moins inaccoutumé d'un citoyen ordinaire, bientôt amplifié jusqu'à devenir un fait-divers emblématique d'audience nationale et même internationale, l'auteur tire un conte moral d'une redoutable efficacité dont la portée ne saurait nous échapper à l'heure des négociations pour l'indépendance des territoires palestiniens et du retrait conséquent des colonies illégales.
Simple drame ménager au départ, le polype de forme végétale dans l'oreille du père de famille attire l'attention et les commentaires d'une épouse flegmatique, d'une grand-mère poule typique, d'un grand-père astrophysicien qui ramène drôlement chaque fait de ce coin de terre à la démesure cosmique.
Partant du principe qu'une bonne fable est une manière de prendre l'actualité au pied de la lettre, Benny Barbash semble évoquer dans ce roman certaine déclaration de colons intégristes interdisant de prendre part «à toute action qui viserait à déraciner les Juifs de n'importe quelle partie de notre terre sacrée». En moderne voltairien qui cultive la satire sous le couvert d'une fiction invraisemblable racontée posément à la manière de Marcel Aymé ou d'Italo Calvino, l'auteur de My First Sony revient sur les pesanteurs politiques et idéologiques de la société israélienne, à la fois ouverte à la modernité et bloquée dans son déni des droits du peuple palestinien à disposer d'un territoire souverain.
Ces archaïsmes, Benny Barbash les analysent l'air de rien, sur le mode de l'allégorie et de la parabole, dans un scénario remarquablement bien ficelé où le mythe de l'olivier symbiotique trouve un terrain à réflexion particulièrement fertile.

Dramaturge, écrivain, scénariste pour la télévision et le cinéma, Benny Barbash est né à Beer-Sheva en 1951. Il vit à Tel-Aviv. Après My First Sony (Prix Grand public du Salon du livre 2008), Benny Barbash poursuit une oeuvre romanesque en forme de fresque familiale qu'alimente une ample réflexion sur la société israélienne contemporaine. De nouveau avec Little Big Bang, il révèle les tensions et les contradictions qui hantent cette génération d'après la Shoah, déchirée entre ses peurs, ses mythes fondateurs et la nécessité impérieuse de s'inscrire dans le mouvement de l'Histoire.



  • La revue de presse Emilie Grangeray - Le Monde du 24 février 2011

Moins connu en France qu'Amos Oz, Benny Barbash est lui aussi l'un des fondateurs du mouvement La Paix maintenant. Mais en Israël, tout le monde sait que ses pièces de théâtre, films et séries télé sont très politisés. Et même, admet-il comme à regret de sa voix douce et profonde, ses romans. "La politique s'est infiltrée dans toutes les strates de la société israélienne : que l'on prenne un taxi, boive un café ou célèbre Seder, on discute politique. On ne peut y échapper, ni fuir ces questions : elles vous courent après." Il n'en va pas autrement de Little Big Bang, un roman drôlement grinçant, à mi-chemin entre la longue nouvelle et la fable politique...
Profonde analyse de la société israélienne contemporaine, Little Big Bang est également une fantastique fresque familiale, dévoilant les tensions et les douleurs encore vives qui hantent cette génération post-Shoah, tiraillée entre passé et présent. Pour Benny Barbash, la mémoire est un "couteau à double tranchant : nécessaire pour se construire une identité, mais ennemie du progrès et du changement".


  • La revue de presse Alexandra Schwartzbrod - Libération du 10 février 2011

C'est si incongru d'éclater de rire en lisant un roman évoquant la Shoah et le conflit israélo-palestinien que l'auteur de ce petit miracle mérite d'être salué. D'autant que cet homme-là est en passe de devenir une des figures de la littérature israélienne...
Né à Beer-Sheva en 1951, soit trois ans après la création de l'Etat d'Israël, Benny Barbash raconte avec une drôlerie sans nom - et aussi beaucoup de tendresse - les tensions et les contradictions qui hantent cette génération d'après la Shoah, déchirée entre ses angoisses existentielles, ses mythes fondateurs, son désir de modernité, et son malaise vis-à-vis du problème palestinien.


  • Les courts extraits de livres : 02/12/2010

Ya-t-il une cause à tout ?

Mon père est gros. Ou plutôt, il l'était, jusqu'à ce que des choses étranges lui arrivent, tellement étranges que le lecteur se refusera à croire qu'elles aient effectivement pu se produire. Mais je n'en parlerai que plus tard, le moment venu. Pour l'heure, il ne s'est encore rien passé.
Revenons-en donc à mon gros de père. En réalité, tout a commencé par son embonpoint, avant même qu'il ne se soit produit quoi que ce soit. C'est toujours le cas des phénomènes soudains qui ne sont engendrés par aucun événement déclencheur.
Cette affaire de phénomènes qui surgissent à un moment donné, sans être précédés par un événement fondateur, est très difficile à comprendre. La plupart des gens - qui, d'après mon grand-père, sont complètement bouchés - sont habitués à ce qu'un événement précède, ou succède à un autre, de la même façon que le vendredi précède le shabbat ou que l'on se rende aux toilettes après avoir mangé.
Ou encore, autre exemple : lorsqu'on jette un caillou en l'air - lequel se déplace à la vitesse de il kilomètres/seconde, ce qui correspond plus ou moins à la vitesse d'échappement de la Terre -, ce dernier aura parcouru une certaine distance avant d'emprunter le chemin inverse. Sa chute est absolument inéluctable et ne dépend ni de ma volonté ni de celle du caillou. Et si, par hasard, le caillou était doué de raison et pensait ne tomber que sous l'effet de sa propre volonté, il serait entièrement dans l'erreur, comme le sont tant de personnes qui pensent agir de leur propre fait, alors qu'en réalité, elles n'ont rien choisi du tout. Ainsi le caillou tombe-t-il, lui aussi, parce qu'il n'a pas le choix. Mais quitte à tomber, il préfère encore se dire qu'il s'agit d'un acte volontaire. Sans quoi toute cette histoire de chute serait bien déprimante.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia