Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Une lointaine Arcadie

Couverture du livre Une lointaine Arcadie

Auteur : Jean-Marie Chevrier

Date de saisie : 07/12/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Collection : Romans français

Prix : 16.00 €

ISBN : 9782226215260

GENCOD : 9782226215260

Sorti le : 05/01/2011

Matthieu est libraire de livres anciens sur la Butte-aux-Cailles. Sa femme travaille à la Mairie de Paris. Cassius son chien fidèle meurt. Sa mort vint s'ajouter au contrôle fiscal qu'avait déclenché la vente de la librairie. Sa femme tombe amoureuse d'un homme plus jeune qu'elle de vingt ans et le quitte ex abrupto. Le voilà seul et pauvre comme au début de sa vie.
Il se souvient de l'oncle Gerbault avec son ample costume de velours bronze qui lui servait quasiment de maison par la multitude de ses poches, avec ses chaussures montantes d'un cuir rougeâtre qu'il faisait briller de la crème du lait de ses chèvres. C'était dans la Creuse, à peu de distance de Guéret. C'était là le berceau de sa famille. "À Paris, on disait que l'air y était pur."
Il décide d'aller s'y installer, loin de la civilisation, n'aspirant qu'à s'immerger dans la nature, avec les bêtes pour seule compagnie. Jour après jour il entre en solitude. Il a emporté avec lui "L'Iliade" et "L'Odyssée", "Les Géorgiques" et "Malone meurt" de Beckett. Il lui arrive de s'ennuyer à mourir dans ce coin perdu au bas d'une pente, noyé dans la verdure. "La route n'allait pas plus loin. Pas de traces de passé, pas d'histoire, ni batailles, ni passages de personnages illustres, pas de massacres de partisans, pas d'assassinats crapuleux et sanglants."
Il n'a que peu de nouvelles du monde. Il a encore besoin des autres ; une fois par mois, il va à leur rencontre. Il retire à la poste sa pension de retraite en argent liquide. Parfois le désespoir l'accable. La vanité de son projet lui saute aux yeux. "Il était brusquement devenu un homme âgé dont les forces déclinaient, réfugié dans une maison misérable, au coeur d'un pays terne, dans une nature détruite." Il vit en automate. Il est conduit au renoncement, à l'indifférence. "Il y avait un temps pour souffrir d'être privé des autres, un autre pour guérir."
L'époque est aux randonneurs. Un jour du mois d'août, un couple entre dans sa cour. Pitoyables, le visage poussiéreux, les cheveux collés de sueur, ils lui demandent un verre d'eau et la permission de s'asseoir un peu...
Peut-on vivre en ermite à notre époque ?
Un très beau roman sur le temps qui passe, la liberté, le désir, écrit dans une langue sensible, mélancolique, sensuelle.
Télérama a décerné quatre étoiles, sa côte maximale à cette "lointaine Arcadie" qui a été l'un des dix romans publiés en janvier, février ou mars sélectionnés pour le prix France Culture - Télérama.


La retraite, une femme que l'on n'aime plus, un chien que l'on perd... c'est dans ce tourbillon que Mathieu, libraire parisien, s'installe dans la Creuse, au coeur de la solitude avec trois livres fétiches. Une sorte de retour à la terre inspirée de mythologie arcadienne dans l'espoir de retrouvailles originelles avec la Nature qui se révèlera être une fragile installation utopique ne résistant pas au désir.
Un très beau roman sensuel et bucolique écrit comme un conte philosophique qui donne aussi envie de relire Virgile, Ulysse, Beckett !


  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

Matthieu, libraire parisien, quitte tout après que sa femme l'a quitté. Sa vie, sa librairie et ses repères. Il part au fin fond de la Creuse, loin de la civilisation, n'aspirant qu'à s'immerger dans la nature, avec les bêtes pour seule compagnie. Lorsqu'un couple de randonneurs fait halte chez lui, un irrésistible élan de vie bouleverse ses velléités de renoncement. Peut-on se couper de tout et sacrifier ses désirs ?
Jean-Marie Chevrier possède une voix singulière, tout en sensibilité érudite, mélancolie et sensualité. On retrouve dans son nouveau roman les thèmes chers à l'auteur d'Un jour viendra où vous n'aimerez plus qu'elle et de Départementale 15 : le temps qui passe, la liberté, le désir. Autrement dit, l'amicale et simple tragédie de l'existence.

Jean-Marie Chevrier est l'auteur de six romans : Zizim ou l'Épopée tragique d'un prince ottoman (1993), Une saison de pierre (1995), La seconde vie (2000), Le Navire aux chimères (2004), Un jour viendra où vous n'aimerez plus qu'elle (2007) et Départementale 15 (2009), tous publiés aux Éditions Albin Michel.
Amateur de théâtre pour lequel il a écrit, poète, Jean-Marie Chevrier est au Comité de rédaction de la Revue semestrielle Siècle 21 (diffusée par La fosse aux Ours - Harmonia Mundi). Il est l'un des co-fondateurs des Rencontres de Chaminadour qui ont lieu chaque automne depuis 5 ans.
Il habite la Creuse depuis toujours, d'où il s'exile régulièrement pour Paris.



  • La revue de presse Jonathan Reymond - Le Nouvel Observateur du 27 janvier 2011

Dans cette «Lointaine Arcadie», Jean-Marie Chevrier montre qu'il n'est pas si simple d'aller s'enterrer dans la Creuse, et excelle à rendre compte de l'austère beauté de l'arrière-pays limousin...
Dans ses deux précédents récits, «Un jour viendra où vous n'aimerez plus qu'elle» (2007) et «Départementale 15» (2009), Chevrier mettait déjà en scène des hommes fuyant la ville à la recherche d'un équilibre nouveau, au milieu de paysages limousins ou orléanais. Fidèle à lui-même, il signe ici un septième roman à la beauté sobre et mélancolique.


  • La revue de presse Eric Loret - Libération du 6 janvier 2011

C'est l'histoire d'un libraire qui veut être seul, et qui part vivre à la campagne, plutôt que mal accompagné. Il emporte trois livres mais surtout leur souvenir, toute une culture dont il nourrit son nouvel état de nature. Sur un lutrin bricolé, il a posé les Géorgiques de Virgile, en a tourné les pages de ses doigts crottés, consulte le poème antique comme un simple manuel d'horticulture. Il fait pousser des baies pour en faire du sirop...
L'écriture est picturale, l'auteur le sait, le personnage en joue : ainsi, voulant cuire son pain, il s'inspire de tableaux de Van Dyck et de Chardin plutôt que d'une recette éprouvée pour atteindre la dorure parfaite...
Une lointaine Arcadie, on l'aura compris, est un livre résolument antimoderne. On y entend à deux reprises Matthieu vitupérer contre les «révolutionnaires» qui veulent changer la société. Or la seule révolution possible à ses yeux est celle qui, au sens littéral du terme, revient à l'origine, à l'humus, boucle la boucle. Il faut devenir «un enfant accroupi, observant dans l'herbe quelque chose qui bouge». Quant à la vache Io, «le trouble affectif qu'elle faisait naître en lui hissait la bête à l'humain».


  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 5 janvier 2011

A la fois souterraine et altière, l'écriture de Jean-Marie Chevrier est faite de radars enfouis et d'antennes hérissées. Remarqué notamment pour Un jour viendra où vous n'aimerez plus qu'elle (éditions Albin Michel, 2007), où il écoutait le monologue intérieur d'un homme atteint d'un cancer, ce romancier guérétois poursuit son incursion dans les méandres de la solitude humaine. Quand son sens de l'autre le pousse à briser cet isolement éperdu, son livre devient un roman d'amour étincelant, sondant le mystère originel avec des accents d'une poésie inouïe


  • Les courts extraits de livres : 17/12/2010

Il avait un chien. C'était un petit chien, un cocker, parce qu'il est déraisonnable d'avoir un chien à Paris et qu'il compensait cette déraison par un animal de petite taille. Il s'appelait Cassius parce qu'il était né l'année des C. Son nom romain de général vaincu était revalorisé par les victoires d'un boxeur américain qui, finalement, abandonna le nom de Cassius lors de sa conversion à l'islam. Cassius était attaché à son nom de façon indéfectible. Les chiens n'ont que peu de repères pour féconder l'intimité qui les lie aux hommes, leur nom reste essentiel. On pouvait penser qu'il bénéficiait d'un vocabulaire de vingt-cinq mots à partir desquels il devait répondre aux multiples échanges que lui imposait sa condition. S'y ajoutaient quelques sifflements modulés. En fait, ce commerce le tirait de son ordre sans lui donner accès à celui des hommes. Il faisait de louables efforts pour comprendre, mais souvent, son oeil tombant ou son refus d'obtempérer trahissait son incompréhension et son désespoir. Son maître, alors, avait beau se comporter en chien, c'était peine perdue. Ne restait de part et d'autre que le pitoyable besoin de croire qu'il était possible de vivre ensemble. Cassius connaissait le nom de son maître et, si on le prononçait en son absence, il courait à la porte d'entrée, les oreilles dressées, et poussait de petits gémissements pour montrer son impatience à le retrouver.
Leur promenade était aussi traditionnelle que celle d'Emmanuel Kant à Koenigsberg. Ensemble, ils descendaient la rue Bobillot, prenaient à droite la rue de Tolbiac pour remonter par la face sud-ouest de la Butte-aux-Cailles. Tous les repères olfactifs de Cassius étaient mémorisés, les angles d'immeubles, les troncs d'arbres, les grilles des jardinets, son nez lui en donnait l'image. Il avait aussi l'image du chien qui l'avait précédé dont l'urine avait laissé un message stercoral à son intention. Il aimait l'excrément et la pourriture ; un rat crevé lui ouvrait un monde de délices. Il ignorait l'odeur des fleurs.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia