Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Ce qu'aimer veut dire

Couverture du livre Ce qu'aimer veut dire

Auteur : Mathieu Lindon

Date de saisie : 03/02/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : POL, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 9782818012833

GENCOD : 9782818012833

Sorti le : 05/01/2011

La Fête de la Librairie par les libraires indépendants - Un livre, une rose
Le samedi 23 avril 2011
Journée mondiale du livre et du droit d'auteur
Chaque printemps, à partir d'un livre fédérateur édité par notre association VERBES et d'un cahier des charges commun, notre fête Un livre, une rose parvient à réunir de façon non institutionnelle et mosaïque des librairies très différentes : leur parti-pris est de valoriser auprès du public leur métier et de le lier à une littérature de création plaçant haut l'aventure verbale.
Grâce à tous nos partenaires, nous vous offrons, cette année, notre Eloge des cent papiers : un livre sur le livre, un beau lexique érudit et encyclopédique...
Vous y découvrirez cent mots racontant l'odyssée du Livre dont quinze ont été investis par quinze écrivains contemporains majeurs, ainsi que quatre textes d'Alberto Manguel (+un inédit).
Tiré à 15000 exemplaires, cet Eloge des cent papiers sera offert aux lecteurs des 480 librairies mobilisées en France et en Belgique francophone. Cet ouvrage témoigne de notre désir qui perdure envers le livre de papier et notre métier de libraire.
Nous ressentons le devoir de transmettre ce qui nous a construit nous-mêmes et ce qui nous fait être encore là aujourd'hui...


Mathieu Lindon, Ce qu'aimer veut dire
Ce livre, consacré à cette grande figure de la philosophie qu'est Michel Foucault et dont nous sommes tous un peu orphelins, est un des plus beaux livres de ce trimestre : la surprise de la rentrée littéraire de janvier.
Dans cet appartement du quinzième arrondissement, Michel Foucault ouvrait grand sa porte à cette jeunesse qu'incarnaient Hervé Guibert, Mathieu Lindon et quelques autres. Son hospitalité intellectuelle, son souci inventif de transmission et sa liberté affective à leur égard étaient exemplaires.
Cet ouvrage de Mathieu Lindon, sans nostalgie aucune, nous fait voyager d'un père à un autre : de Jérôme Lindon à Michel Foucault, deux pôles et piliers de la vie intellectuelle française.
Nous vivons et méditons encore leur héritage indépassable.
C'est un livre aussi sur toutes les formes de l'amour, sans mesquinerie, sans préjugés.
A le lire, nous prenons conscience d'autant plus cruellement de notre époque plus crépusculaire et obtuse...


  • Les présentations des éditeurs : 08/03/2011

En vérité, la proximité la plus grande que j'ai eue fut avec Michel Foucault et mon père n'y était pour rien. Je l'ai connu six ans durant, jusqu'à sa mort, intensément, et j'ai vécu une petite année dans son appartement. Je vois aujourd'hui cette période comme celle qui a changé ma vie, l'embranchement par lequel j'ai quitté un destin qui m'amenait dans le précipice. Je suis reconnaissant dans le vague à Michel, je ne sais pas exactement de quoi, d'une vie meilleure. La reconnaissance est un sentiment trop doux à porter : il faut s'en débarrasser et un livre est le seul moyen honorable, le seul compromettant. Quelle que soit la valeur particulière de plusieurs protagonistes de mon histoire, c'est la même chose pour chacun dans toute civilisation : l'amour qu'un père fait peser sur son fils, le fils doit attendre que quelqu'un ait le pouvoir de le lui montrer autrement pour qu'il puisse enfin saisir en quoi il consistait. Il faut du temps pour comprendre ce qu'aimer veut dire.

Mathieu Lindon est né en 1955. Il est journaliste littéraire à Libération.



  • La revue de presse Thomas Stélandre - le Magazine Littéraire, février 2011

Avec Ce qu'aimer veut dire, Mathieu Lindon rend grâce à un double legs. Le premier hommage, évident, revient à Michel Foucault ; le second en découle, comme par ricochet, et fait apparaître la figure du père, Jérôme, illustre directeur des éditions de Minuit. Entre les deux, l'auteur trace sa trajectoire personnelle, presque accidentelle, en tout cas indissociable de celle des autres. «Je suis le héros d'un roman d'apprentissage perpétuel, de rééducation permanente», écrit-il. Le voilà miraculeusement embarqué dans l'air du temps.


  • La revue de presse Sabine Audrerie - La Croix du 12 janvier 2011

Doit-on parler d'impudeur quand rien ne semble devoir être caché, hors les secrets des autres ? Si l'auteur décrit sans fard son quotidien de la fin de ces années soixante-dix, où les drogues circulaient et où les histoires amoureuses et sexuelles se succédaient sans complexe, la pudeur et la délicatesse sont dans chacune de ces pages où il ne dévoile rien qui ne lui appartienne. Son livre est aussi un hommage au lien fort qu'il entretint avec l'écrivain Hervé Guibert, mort du sida en 1991, et à leur belle amitié avec Michel Foucault dont Guibert fit le personnage central du roman autobiographique qui le rendit célèbre, À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie. Mais les pages les plus émouvantes sont peut-être celles consacrées à son père, notamment la lettre posthume que celui-ci écrivit à son fils. Les rapports entre les deux hommes furent parfois gênés, même si empreints d'une forte affection, et le fils sentit la nécessité de s'éloigner pour être, mais sans trahir ni renier, comme le fit son ami Hervé. Comment exister auprès d'hommes de cette importance ? Comment savoir si l'on est recherché pour son nom, pour ses fréquentations, ou pour soi-même ?


  • La revue de presse Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 6 janvier 2011

De cette époque tourbillonnante et du clan foucaldien de la rue de Vaugirard, Mathieu Lindon est le survivant un peu abasourdi. (Son texte parfois concassé porte encore la trace d'une sidération d'après-cataclysme.) Il a en effet échappé au sida, qui a frappé dans la fleur de l'âge tant de ses amis d'alors. Il est sorti indemne d'une longue addiction aux drogues dures - LSD, héroïne, cocaïne, opium. Et il a réussi, on se demande comment, à se soustraire au devoir de réserve, à la loi du silence, au «Never complain, never explain» qui régissaient depuis longtemps sa famille bourgeoise et cultivée...
Mais Mathieu Lindon n'oublie rien (il décrit ses trips à l'acide, et l'émotion démesurée qu'il en éprouvait, comme s'ils dataient d'hier) ni surtout personne dans ce livre choral qui évoque à la fois «Vincent, François, Paul et les autres» de Sautet et «Ceux qui m'aiment prendront le train», de Chéreau. De Jérôme Lindon, qui n'était pas un artiste, il est le seul à écrire qu'il a fait de son métier d'éditeur «une oeuvre d'art». Et, détournant le titre du livre d'Hervé Guibert, il donne la plus belle preuve de gratitude à Michel Foucault en disant de lui : «L'ami qui m'a sauvé la vie.»


  • La revue de presse Jean Birnbaum - Le Monde du 6 janvier 2011

Le fils qui veut retrouver son père doit y aller par quatre chemins. Il lui faut chercher les complications, brouiller les pistes, emprunter des sentiers de traverse. Voilà à peu près le seul moyen de surmonter la malédiction sartrienne, d'endurer ces lignes que nous sommes si nombreux à avoir recopiées avant de les envoyer à nos géniteurs avérés ou présumés : "Il n'y a pas de bon père, c'est la règle ; qu'on n'en tienne pas grief aux hommes mais au lien de paternité qui est pourri" (Les Mots, 1964). Cette règle est familière à Mathieu Lindon. Avec Ce qu'aimer veut dire, l'écrivain la prend à bras-le-corps, selon un scénario simple : après une "adolescence désastreuse", le fils de Jérôme Lindon (1925-2001), directeur des prestigieuses Editions de Minuit, accepte enfin la tendresse de ce père grâce à la relation passionnée qu'il noue avec un autre homme, le philosophe Michel Foucault (1926-1984). Sortilèges de l'amour, ruses du détour...
Et le plus remarquable, dans ce livre, c'est que la réconciliation avec la scène familiale s'opère à travers un élan de puérilité qui s'affiche comme tel.


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 5 janvier 2011

Roman d'apprentissage, tableau d'époque, le récit de Mathieu Lindon porte ainsi une méditation sur l'amour et les multiples formes d'attachement qu'ainsi on nomme - que signifie intimement, hors des archétypes socialement édictés, le fait d'aimer, d'être ami, d'être père, d'être fils... Sans impudeur, ni excès de réserve, l'écrivain a le ton juste pour parler de lui, des autres. Cette famille choisie qu'à partir du milieu des années 1980 l'épidémie de sida est venue décimer. Michel, Hervé sont morts, et combien encore. En ce sens, Ce qu'aimer veut dire est aussi, à sa façon, un mausolée des amis, des amants. D'où vient qu'en dépit de cet inconsolable chagrin la lecture de ce livre fait tant de bien ? C'est l'une de ses beautés que ce secret.


  • Les courts extraits de livres : 08/03/2011

En cherchant un livre, je tombe sur un autre - à quel lecteur, quel auteur n'est-ce jamais arrivé ?
Pour vérifier un accord, je veux mettre la main sur une grammaire et je trouve un recueil de textes en anglais de Willa Cather acheté il y a des siècles dans une librairie new-yorkaise et que je n'ai jamais ouvert. J'adore les romans et nouvelles de cette Américaine qui me mettent les larmes aux yeux par la douceur et la générosité avec lesquelles ils racontent la sobre brutalité de l'affrontement avec la vie. Mais ce recueil destiné aux plus de quarante ans n'est pas de la fiction. Il y a un texte sur Joseph et ses frères de Thomas Mann, un autre sur Katherine Mansfield, ça a tout pour m'intéresser et cependant je n'y ai jamais posé les yeux depuis mon achat.
Le titre du premier texte est «A Chance Meeting», «Une rencontre de fortune» pourrais-je traduire après l'avoir lu. Car la première phrase m'accroche sans avoir pourtant rien d'extraordinaire («Cela s'est passé à Aix-les-Bains, un des endroits les plus agréables au monde») et je ne perds plus un mot. Willa Cather, âgée de cinquante-trois ans en ce mois d'août 1930, était descendue au Grand Hôtel, accompagnée d'un être proche dont la langue anglaise lui permet de ne pas préciser le genre mais que, comme souvent quand demeure cette imprécision, je soupçonne d'être du même sexe, ce que me confirme une biographie. L'amie était Edith Lewis, intime de l'écrivain. Séjourne également à l'hôtel une vieille femme française, âgée d'au moins quatre-vingts ans, qui prend tous ses repas seule et monte dans sa chambre après dîner, à moins qu'elle ne ressorte pour qu'un chauffeur l'emmène écouter un opéra.
Un soir qu'il n'y a pas opéra, elle est en train de fumer dans le salon de l'hôtel et adresse la parole à Willa Cather, lui recommandant de parler simplement, elle-même, par manque de pratique, ne maîtrisant plus aussi bien l'anglais qu'auparavant. Elle vit à Amibes mais raffole de la musique qu'on peut entendre à Aix, évoquant Wagner et César Franck. Quelques jours plus tard, l'écrivain et son amie retombent sur cette octogénaire. Alors qu'il est question de la révolution soviétique, Edith Lewis exprime son sentiment que c'est une chance pour les grands écrivains russes, Gogol, Tolstoï, Tourgueniev, de n'avoir pas vécu assez vieux pour la connaître. «Ah oui, dit la vieille dame, surtout Tourgueniev, tout cela aurait été terrible pour lui. Je l'ai bien connu à une époque.»


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia