Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

A propos de la librairie : L'ESCALE LITTÉRAIRE


Ses coordonnées

Adresse:
120, boulevard du Montparnasse
75014 PARIS
France

Téléphone : 01 43 20 63 70

Site Internet : http://www.lescalelitteraire.fr



Les coups de cœur de ses libraires

  • Olivier Schittenhelm : Trauma - Patrick McGrath - Actes Sud, Arles, France - 27/04/2011

Vous êtes-vous déjà demandé comment va votre psychiatre ? Dans Trauma, Patrick McGrath met en scène Charlie Weir, un psy new-yorkais réputé. Au cours de sa carrière, Charlie a commis une erreur thérapeutique et va être rongé tout le restant de ses jours par la culpabilité. Balloté entre son ex-femme, avec qui il renoue une idylle assez particulière, une étonnante et sulfureuse jeune femme ? Nora ? et sa mère, dépressive et froide (à part avec son autre fils, Walt), Charlie va finir par se perdre lui-même.

Ce roman est le récit d'une descente aux enfers pour cet homme, qui va subir, impuissant, la lente et inexorable altération de ses propres processus mentaux. Chapitre après chapitre, Patrick McGrath met en place les pièces de ce puzzle diabolique. Charlie, bien que conscient de sa propre déchéance, a bien du mal à identifier son traumatisme personnel, qui se réactivera donc sans qu'il ne puisse rien y faire, lui qui pensait que seuls ses patients en étaient victimes.

Dès le début, le lecteur est plongé dans l'intimité des protagonistes. Une ambiance délicieusement pesante se dégage de ce récit qui vous happera pour ne plus vous laisser décrocher de ce livre avant la fin. Sorte de thriller psychologique, la force de ce roman repose sur la crédibilité de Charlie Weir, qui sait parfaitement analyser ses propres symptômes.

Les thèmes de la culpabilité, de la maladie mentale et des conflits familiaux sont traités de manière rigoureuse. La première phrase du roman est terrible : "Ma mère tomba en dépression pour la première fois quand j'avais sept ans, et j'eus le sentiment que c'était ma faute." Et la poisse ne va plus lâcher ce pauvre Charlie Weir, qui pourtant fait tout ce qu'il peut... Le récit de sa vie est dérangeant, car l'on sent bien que se révèle au fur et à mesure son propre trauma ("Telle est la nature du trauma. L'événement se produit toujours maintenant, dans l'instant présent, pour la première fois" p.142).

Pour savoir ce que Charlie "traîne" lourdement, depuis si longtemps, et s'il pourra s'en libérer, lisez vite "Trauma".


Renée Bonneau a déjà publié des romans policiers historiques et a collaboré à plusieurs ouvrages d'art. Elle nous livre, avec «Requiem pour un jeune soldat», un roman historique poignant.

L'histoire se déroule en Toscane en 1944. La violente bataille du Monte Cassino vient d'avoir lieu. Les SS, alors que l'armée allemande se replie vers le nord, continuent à se battre contre les partigiani. Ils commettent de nombreux meurtres et pillages dans les villages de Toscane et de Ligurie.

L'abbaye du Mont Cassin a été réduite à l'état de ruines au cours d'un bombardement américain. A quelques kilomètres, une partie d'un couvent cistercien a été aménagée en hôpital de campagne allemand. Là, un infirmier et les moines tentent de calmer les douleurs et les angoisses des soldats agonisants. Un jeune autrichien, grièvement blessé et le moine qui le veille vont sympathiser. Le moine ayant appris l'allemand va pouvoir échanger avec le soldat. Ensemble, ils vont essayer, au-delà de la souffrance, des bruits des combats alentours, des cauchemars, des horreurs qui leur parviennent chaque jour, de faire revivre leurs souvenirs d' «avant». La musique, la beauté des paysages de Toscane, les trésors de l'abbaye détruite, entre autres sujets d'évasion.

Même si son histoire est bien sûr très différente, un peu à l'instar d'Alain Blottière dans «Le tombeau de Tommy» (Folio), Renée Bonneau évoque avec élégance la fraternité, la compassion et la dignité d'êtres confrontés aux pires épreuves. Elle a choisi un autre lieu, d'autres personnages, mais souligne également l'absurdité et la violence des combats, des destructions et de ces soldats du même âge qui s'entretuent sans bien comprendre pourquoi ils se battent, ignorant parfois les pires exactions de leurs compatriotes.

Ce court roman a également le mérite de mettre en exergue une bataille assez méconnue pourtant extrêmement meurtrière, pour toutes les armées présentes, mais particulièrement pour les polonais. Il pose également la question de la foi religieuse de ces hommes pour qui plus rien n'avait encore vraiment de sens, tant la mort rôdait autour d'eux, omniprésente.


Quand son frère a sauté sur une bombe, il n'a pas quitté la mosquée avant la fin de la prière. Quand le président de la République est venu lui présenter ses condoléances, il lui a dit : "Barre-toi ou je tire.". Niyazbek ne veut d'arrangement avec personne. Niyazbek n'écoute que sa conscience.

La russe Julia Latynina s'est faite connaître avec «La chasse au renne de Sibérie» chez «Actes Noirs». Journaliste née à Moscou, elle est extrêmement critique vis à vis des pouvoirs politiques en place en Russie. Et cela se ressent à la lecture du premier volet de sa «Trilogie du Caucase» : «Caucase Circus».

Ce qui frappe dès le début de ce roman (sans mauvais jeu de mots), c'est la violence inouïe dans laquelle le lecteur est plongé. Le décor est planté, glauque. Au bout de quelques pages, il reste quelques survivants mais déjà, les guerres qui opposent dignitaires ou ressortissants russes et chefs de bandes Tchétchènes font de nombreuses victimes. Scènes de guerre, tortures, tous les ingrédients qui vont composer ce thriller complexe apparaissent.

Cependant, même si le vocabulaire est souvent direct, voire cru, la trame des aventures de Vladislav Pankov nous prend dès le début. Sorte de thriller "géopolitico-financier", «Caucase Circus» évoque une petite république coincée entre la Tchétchénie et la mer Caspienne. Là-bas, les enjeux sont importants. Neuf ans après des aventures qui lui coûteront un doigt ( !) Vladislav se retrouvera pris entre plusieurs feux : un pouvoir local léonin, des gangsters qui travaillent avec les services secrets russes, des terroristes intégristes Tchétchènes et même le Kremlin, qui se rétro-commissionne sur les milliards censés être alloués au Caucase !

Affublé d'un étrange acolyte répondant au nom de Niyazbek, Pankov arrivera-t-il à survivre dans le Caucase ?

Accrochez-vous aux premières pages car la «Trilogie du Caucase» s'annonce vraiment bien ! Vous serez plongé dans des univers tous plus étranges et tous plus noirs les uns que les autres. Vous rencontrerez des personnages pour le moins singuliers.

Tout est parfaitement dosé dans ce roman noir qui renouvelle habilement le genre. Après Stieg Larsson et Camilla Läckberg, Actes Sud prouve une nouvelle fois son aptitude à dénicher de grands talents. Avis aux amateurs !


Glenn Taylor, jeune professeur de lettres vivant près de Chicago nous livre un fabuleux premier roman, à ne manquer sous aucun prétexte !
Dès les premières pages, vous serez happés par l'histoire de "Early Taggart Gueule-Tranchée", alias "GT", alias "Chicopee", alias "Chicky"... alias...
Le héros de cette histoire vivra longtemps, très longtemps. Il aurait pourtant dû mourir à la naissance, mais traversera finalement tout le XXème siècle, laissant derrière lui, presque partout où il sera passé, des traces de son passage. Il deviendra très vite une légende vivante et vivra finalement de nombreuses vies.
Le récit débute en Virginie Occidentale en 1903. La démente et bigote mère de Early, qui deviendra très jeune et pour tout le monde "Gueule-tranchée" en raison d'une maladie rare et singulière, tente de le noyer. Elle croit entendre le diable s'exprimer à travers la bouche de son bébé... le jette dans une rivière et aggrave à vie sa maladie, faisant de lui un monstre de foire. Recueilli par une veuve bouilleuse de cru (elle fournit toute la région en gnôle maison), le jeune "GT" va rapidement s'adapter à des environnements particulièrement difficiles. Il saura tirer parti de toutes les situations, même les plus extrêmes. Au sein d'une congrégation de fous furieux vénérant un imaginaire Dieu serpent, il se fera une clientèle de dames attirées par ses dons de... "cunnilinguiste" ( !). As de la gâchette, sans doute en grande partie grâce à sa mère adoptive, il deviendra le héros d'une mutinerie sanglante contre les sociétés d'exploitation minière. En exil, caché dans la montagne, seul pendant 24 ans, il reviendra pour devenir bluesman (il fréquentera entre autres un certain Chuck Berry), puis journaliste proche de JFK en campagne présidentielle !
Cette incroyable épopée est servie par une écriture qui rappelle forcément Faulkner, McCullers, Twain ou encore Harrison, mais Glenn Taylor est un extraordinaire conteur qui possède indéniablement un style qui lui est propre. Les nombreux personnages qui peuplent ce roman ont tous un intérêt et servent cette histoire picaresque à l'écriture enlevée. Gueule-tranchée est un vrai héros, aussi repoussant qu'attachant et ses aventures illustrent l'Histoire de l'Amérique "profonde". C'est sans doute aussi un grand mystificateur...
Si vous commencer la lecture de "La ballade de Gueule-tranchée", il est possible que vous ne reposiez ce roman qu'après l'avoir terminé !
Une perle rare.
A l'Escale Littéraire, nous attendons avec impatience le prochain roman de Glenn Taylor.


  • Olivier Schittenhelm : La collectionnite - Emmanuel Pierrat - le Passage, Paris, France - 17/03/2011

Emmanuel Pierrat est connu comme avocat au barreau de Paris. Il est spécialisé dans le droit de la culture et a déjà publié des livres des fictions et des essais. Mais saviez-vous que cet homme est atteint également du syndrome assez répandu et, comme il l'écrit en avant-propos de collectionnite, «aux conséquences plus ou moins épouvantables pour les proches, les finances, la décoration...» : il collectionne les pipes à opium, l'art tribal, l'art érotique, les autographes, les livres anciens, et d'autres objets dont il nous parle dans ce petit ouvrage.

Ce livre n'est pas un nouvel opus sur l'histoire des collectionneurs, il existe déjà de nombreux. Ici, Emmanuel Pierrat nous livre du vécu. Ses histoires de collectionnites. Ses expériences bien sûr, mais aussi celles de proches, famille et amis, ou d'autres personnes atteintes des mêmes symptômes que lui.

Si vous faites partie de ces personnes qui ne peuvent s'empêcher de collecter des timbres, des photos, des statues ou autres masques africains, vous vous reconnaitrez dans ce portrait fort drôle, mais très bien illustré et documenté, que l'auteur dépeint des collectionneurs compulsifs. Si vous n'en faites pas partie, vous apprendrez énormément de choses sur eux.

Découpé en courts chapitres, ce délicieux livre nous décrit le profil des collectionneurs et leurs modes de vies : est-ce que la collectionnite est génétique ? Dans la famille Pierrat, le père et les fils sont en tout cas atteints et ses enfants sont en voie de l'être ! Il pose également le problème de la succession, de la cohabitation avec un(e) conjoint(e) qui, souvent, a du mal à accepter de voir sa vie envahie, dans tous les sens du terme, par les objets accumulés par l'être aimé. La surface d'exposition est une réelle préoccupation du collectionneur également, ainsi que sa sécurité et celle des membres de sa famille !

Sur un ton léger mais érudit et passionnant, Emmanuel Pierrat nous ouvre les portes de ce petit monde, où les rivaux se respectent ou s'affrontent, où les chineurs de tous poils se retrouvent dans les mêmes salles des ventes, chez les mêmes marchands, s'entraident parfois, souvent même, pour acquérir des pièces qu'il faudra ensuite savoir transporter, protéger et mettre en valeur dans son musée personnel.

Tous les aspects du collectionneur sont passés en revue. Il s'agit ici d'un profil très complet, jusqu'à la conclusion sans concession : la collectionnite est une pathologie !

Vous en envierez certains, vous en trouverez d'autres attachants, certains pathétiques (ceux qui sont prêts à voler ou à tuer pour assouvir leur passion). En tout cas, en lisant «La collectionnite», vous ne resterez certainement pas de marbre !


  • Diane Schittenhelm : Rose - Tatiana de Rosnay - Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France - 09/03/2011

Dans ce nouveau roman "Rose", tant attendu, Tatiana de Rosnay nous livre, à travers le personnage de Rose Bazelet, une belle réflexion sur l'impossibilité de transmettre, allant à l'encontre de tout processus naturel et menant de fait, Rose, vers un combat contre elle-même, renforcé par une promesse faite à son époux défunt, Armand.
Sous le second empire, juste après le coup d'état de Napoléon III, le préfet Haussmann décide de mettre en oeuvre différents travaux d'embellissement dans Paris : diverses petites rues parisiennes seront détruites au profit de grands boulevards. A travers l'évocation de ses souvenirs, Rose a vécu avec son époux Armand dans la maison familiale de ce dernier. Cette maison, située rue Childebert, non loin de l'église de Saint Germain Des-Prés, a rassemblé différentes générations de la famille Bazelet et sera vouée à disparaître suite à un avis d'expropriation de la ville.
A partir de ce moment crucial du roman, les non-dits enfouis dans la mémoire de Rose vont refaire surface et s'intégrer dans l'évocation du souvenir.
Voici en quelques mots le contexte douloureux dans lequel Rose, devra livrer un combat humain, opiniâtre, entre nostalgie qui permet à Rose de cristalliser les moments très heureux de son existence en famille, famille biologique et famille sociale, l'une et l'autre formant un équilibre nécessaire et réalité présente, déchirante, déconnectée de toute continuité avec le passé.
Ainsi, il ne faut pas lire "Rose" comme un roman historique, il faut isoler les éléments de l'Histoire, les identifier comme des bouleversements non naturels et les transposer dans un parcours de vie qui pourrait être le nôtre.
La forme épistolaire de ce roman met en lumière la force de l'instant présent, permettant de résister face à un futur inexistant. On pourrait même tenter une analogie avec le personnage de Zeno se livrant à la réflexion suivante dans le roman d'Italo Svevo "La conscience de Zeno" afin de préciser le rôle essentiel de l'écriture : "Je suis au moins sûr d'une chose : écrire est le meilleur moyen de rendre de l'importance à un passé qui ne fait plus souffrir et de se débarrasser d'un présent qui fait horreur".
Pour conclure, "Rose" est davantage un roman social : les souvenirs de Rose, conjugués à la réalité présente, permettent de mettre l'accent sur la disparition de métiers s'exerçant dans les petits quartiers parisiens (herboriste, blanchisseur...) ainsi qu'un changement des comportements induit par un nouveau façonnage de Paris, plus grand, plus luxueux, passant de relations chaleureuses (amitiés fortes entre Rose et Alexandrine, la fleuriste, M. Zamaretti, le libraire qui participe activement à l'éducation littéraire de Rose en l'initiant aux romans de Flaubert ou Zola et les poèmes de Baudelaire, Gilbert le chiffonnier...) au seul paraître des grands boulevards.
Tatiana de Rosnay fait preuve d'une écriture très fluide et maîtrisée.


  • Olivier Schittenhelm : Une autre époque - Alain Claude Sulzer - Jacqueline Chambon, Paris, France - 08/03/2011

Après «Un garçon parfait» (Medicis Étranger 2008) et «Leçons particulières», le suisse germanophone Alain Claude Sulzer clôt avec «Une autre époque» sa trilogie sur les secrets et les amours interdites.

Le narrateur se souvient du jour où, à 17 ans, il s'attarde sur l'unique photo de son père, Emil, qui se suicida quelques semaines après sa naissance, en 1954. Sur cette photo, il remarque que son père porte une belle montre, que le cliché a été pris par un photographe parisien professionnel, un certain André.

Il décide alors de partir pour Paris, sans prévenir sa mère ni son beau-père, enquêter sur un passé dont il ignore presque tout. Paris a un effet bénéfique sur ce jeune homme. Sans bien comprendre pourquoi, il se sent bien dans la capitale. Il est motivé par la certitude qu'il va en apprendre plus sur Emil, son père.

Élégante et allant à l'essentiel, l'écriture d'Alain Claude Sulzer est entraînante.

Cette «autre époque» et les secrets d'Emil sont parfaitement rendus. Les relations d'Emil avec de jeunes hommes, ses troubles, son «mariage accidentel», tout défile à un rythme maîtrisé jusqu'au dénouement. Derrière cette histoire de famille et les tribulations d'Emil, l'écrivain retrace une histoire sociale, sans fioritures et c'est ce qui rend le récit crédible du début à la fin de ce roman. Dans les années 50 en Europe, les homosexuels étaient traités comme des malades pervers, alors même que les médecins des hôpitaux psychiatriques rechignaient à les considérer comme des patients !

Mélancolique, mais ni militant ni pathos, ce livre vous déroutera très agréablement.


  • Diane Schittenhelm : Pise 1951 - Dominique Fernandez - Grasset, Paris, France - 23/02/2011

Le roman Pise 1951 est une ode à l'Amour.
Dans un contexte d'après-guerre, Dominique Fernandez livre au lecteur l'histoire d'un parcours de deux jeunes adultes, Octave, issu d'une famille bourgeoise, républicaine de gauche, dont l'éducation consiste à l'application et au respect de codes sociaux stricts et son ami Robert, fils de mécanicien, caractérisé par l'élan du naturel. Ces deux jeunes hommes vont évolué dans un contexte politique, social, économique et culturel bouleversé, leur parcours universitaire les mènera de France en Italie, ennemie de la patrie du Général de Gaulle (les italiens endossant l'image du traître après le soutien à Mussolini).
Dans ce superbe roman, malgré les épreuves personnelles et collectives dont Octave et Robert devront en affronter les turpitudes, l'Amour est omniprésent, il va guider ces deux jeunes hommes vers leur destin, leur donner une cohérence pour supporter les différentes transformations sociétales et, va permettre, à Octave principalement, de se libérer d'une morale immobilisante.
Le thème de l'amour va être décliné. Le lecteur se laissera bercer par une splendide évocation de la Toscane, des vestiges de Florence où s'exerce encore, à cette époque, l'influence des Medicis, à Pise, ville pittoresque malgré son déclin. C'est l'amour de la beauté, de la sculpture, de la peinture, de l'architecture, de la littérature, du théâtre.
L'effervescence de la jeunesse permettra l'existence de l'amour.
Texte dense, tout en rythme, fourni de références très précises en italien et en latin, dans le texte, permettant au lecteur d'abandonner ses propres repères. L'amour ne va se soumettre à aucune morale, il va s'exercer comme un ciment, d'abord d'une région, La Toscane, représentative de la nation dont la morale chrétienne et la politique sont dictées par le Vatican, ciment d'un amour littéraire sublimé ensuite, comme Virgile sublime Béatrice dans la divine comédie de Dante.
Ainsi, l'amour apparaît comme un équilibre, permettant l'éveil des consciences d'Octave et de Robert, guidant leurs différents choix en leur facilitant l'intégration de nouvelles mentalités qui se dessinent.
Enfin, à travers deux destins conjoints, c'est aussi un très beau roman d'amour fraternel.


Les "Oiseaux noirs de Massada", c'est l'histoire de Klara, une jeune chanteuse de cabaret et de Mouna, sa grand-mère.

Le récit est parfaitement équilibré, entre la vie de Mouna, qui nous plonge au coeur des années 30 et des années de guerre, et celle de Klara. Ces deux vies de femmes sont liées par un destin commun : celui de vivre un amour impossible.

En parallèle, Massada, de l'hébreu "Metsada" qui veut dire "forteresse". Ce rocher surplombant la mer Morte est omniprésent dans le roman. En 73 après J.-C., un millier de Juifs s'y suicidèrent pour éviter une capture ou une mort certaine lorsque les Romains réussirent à y pénétrer.

Ron, un producteur de comédies musicales à succès en Israël, veut monter là-bas l'histoire de Massada. Son spectacle s'appellera "Les oiseaux noirs de Massada". Klara est pressentie pour y chanter. Mais entre son envie de chanter et son histoire avec Ron, un dilemme va la torturer. Heureusement, Mouna est là pour partager avec elle ses douleurs, ses doutes, elle qui connait bien le sujet, elle qui porte un terrible secret.

Les retours sur la vie de Mouna donnent au lecteur un point de vue privilégié. Avant Klara, il devient en quelque sorte le dépositaire de ses secrets si longtemps et si bien gardés. Le rythme de ce texte va crescendo, et l'on se régale de page en page, lorsque le voile tombe au fur et à mesure. Les personnages qui gravitent autour des deux femmes sont complets, touchants et tendres en même temps.

Il est très difficile de résumer toute l'histoire des "Oiseaux noirs de Massada", tant il serait vraiment dommage de vous révéler ici les secrets qui font tout le suspens de ce magnifique roman.

Certaines scènes sont tout simplement sublimes, les mots d'Olivia Elkaïm, les rendent simples, justes et encore une fois, touchantes; bouleversantes même, souvent.

L'écrivain évoque intelligemment et sans fioritures plusieurs périodes importantes de l'Histoire, des années folles à nos jours, de Paris à Massada, proche de Gaza où le conflit Israélo-palestinien fait rage.

"Les oiseaux noirs de Massada" promet d'être l'un des meilleurs livres de 2011. Après le remarqué "Les graffitis de Chambord", Olivia Elkaïm nous offre en tout cas une merveille de lecture.

Olivia ELKAIM sera invitée à l'Escale Littéraire pour une rencontre-dédicace le jeudi 10 février 2011 à 19h30


  • Olivier Schittenhelm : L'invention du désir - Carole Zalberg - les Ed. du chemin de fer, Nolay, France - 10/02/2011

"L'invention du désir" est un court texte, simple et beau. Simple, car l'histoire est somme toute classique. Une femme nous raconte son histoire d'amour avec un homme marié, comme elle. Une histoire d'adultère donc. Mais au-delà de cette base, ce que la narratrice partage avec nous, c'est l'histoire d'amour en tant que telle. Histoire impossible, histoire interdite, mais pas façon mélodrame. Ici nous sommes dans les délices et les tourments de l'esprit. Délices des retrouvailles et de ces moments - trop courts - partagés par les amants. Tourments du manque de l'autre, de l'absence, de l'impossibilité de partager autre chose que des instants éphémères, qui n'en sont que plus précieux.

Les corps et les sens sont également exacerbés. Avec de très jolies paraboles, images et autres allégories, Carole Zalberg décrit cette relation qui est bien sûr charnelle, très charnelle. Cela reste toujours beau et sensuel mais jamais trivial. Cette femme amoureuse semble transcender les mots communément employés en matière de relations amoureuses, jusqu'à en inventer pour raconter leurs corps-à-corps.

L'ensemble de ce roman est très poétique et oscille entre fantasme et réalité. Les amants sont l'un à l'autre mais ne s'appartiennent pas.

Extraits :

"Laisse moi faire, avais-tu ordonné, laisse moi t'emporter jusqu'à nous". (...) "Et quand tu déclenches le premier incident, le premier fracas entre nos emportements, c'est ta raison autant que la mienne qui d'un coup capitulent".

Les illustrations de Frédéric Poincelet sont très réussies, elles jalonnent ce bel objet (Les Editions du Chemin de Fer apportent un soin particulier à la fabrication de leurs ouvrages, on est loin du prêt à consommer numérique).
"L'invention du désir" est un livre à offrir ou à se faire offrir d'urgence.


  • Olivier Schittenhelm : Hôtel Argentina - Pierre Stasse - Flammarion, Paris, France - 09/02/2011

Après le très remarqué "Les restes de Jean-Jacques", voici le second roman de Pierre Stasse. Souvent emphatique, voire enflammée, l'écriture de Pierre Stasse reste toujours très élégante et ses personnages sont parfaitement crédibles du début à la fin du récit.

Simon Koëtels, un jeune homme de 25 ans, décide de quitter son 14ème arrondissement de Paris pour Buenos Aires, sans vraiment savoir pourquoi il choisit cette destination... "Études terminées, métier délaissé, le temps était venu de disparaître". Ces raisons semblent être suffisantes.

Le "métier délaissé", c'est sont travail dans la brasserie de sa mère. On comprend également assez vite que Simon est issu d'une famille morcelée, hantée par des secrets. Buenos Aires lui convient, semble-t-il, il s'y perd, puis semble y trouver des centres d'intérêts ou du moins le dépaysement qu'il cherchait. Il se cherche en tout cas et se laisse bercer par cette ville qu'il décrit comme chaude ("Buenos Aires au mois de janvier cuisait les esprits") et plutôt disparate.

Hébergé par un ami de famille à son arrivée, il va faire la connaissance - par hasard ?-, d'Esteban Menger, "Monsieur Menger". Cet homme est le chef d'une très riche et très puissante famille de Buenos Aires, qui possède un groupe prospère de communication. Avec sa soeur Natacha, il dirige l'Hôtel Implicite. Cet endroit est peuplé d'étranges clients - on ne peut réserver une chambre que si l'on connait un des Menger -, ses chambres sont décorées avec des tableaux de maîtres. Non moins étranges sont les gens qui y travaillent. Deux d'entre eux ont semble-t-il été "adoptés" par Esteban...

De fil en aiguille, Simon en apprendra plus sur cette étrange famille. Il découvrira les activités du frère Juan Pablo, qui prépare dans un hangar des faubourgs un spectacle de danse pharaonique !

Ce voyage, qui se voulait initiatique, semble remplir son office. La lecture de cette histoire est très agréable. Pierre Stasse nous entraîne habilement dans une aventure qui aurait pu être tout à fait banale, voire ennuyeuse, grâce à des personnages hors du commun et une écriture rafraîchissante.


Voici un véritable bonheur de lecture. Un livre à ne pas manquer en cette rentrée 2010. Après "Zone", prix décembre 2008 et prix Inter 2009, Mathias Énard change totalement de registre avec "Parle leur de batailles, de rois et d'éléphants". L'auteur s'est passionné pour un passage particulièrement intéressant de la vie de Michel Ange. 13 mai 1506, le sculpteur débarque à Constantinople, invité par le sultan qui lui confie la création d'un pont sur la Corne d'Or, projet qui vient d'être retiré à son aîné et rival Leonardo da Vinci. A Rome, il a abandonné le tombeau commandé par le pape Jules II, qui de toute façon refuse de le payer. L'Italien de la Renaissance va rencontrer l'Orient, les beautés et les dangers de Constantinople. Après son David et bien avant la chapelle Sixtine, la Turquie et son peuple vont marquer l'artiste à jamais.

Dans le récit de Mathias Énard, tout est beauté. Chaque mot est choisi avec parcimonie. Ses phrases, d'une grande poésie, nous font sentir les odeurs, font apparaître les lumières, décrivent la beauté des corps féminins et masculins, souvent androgynes, qui troublent Michel Ange. L'auteur nous entraîne avec lui dans cet étrange voyage à travers Constantinople et ses palais, mais aussi ses faubourgs qui recèlent mille dangers, mille tentations. C'est le Michel Ange intime qu'il dépeint ici, artiste jusqu'au bout des ongles. Tellement artiste qu'il va aimer des corps plus pour leur beauté que pour les plaisirs de la chair. Il s'agit du Michel Ange connu, rendu célèbre par son David, mais encore pauvre et à quelques années de son apogée.

Tout est parfait dans ce roman : l'histoire est passionnante, presque envoûtante. L'écriture est magnifique, oscillant entre récit et poésie.


En référence à un vers de Paul ÉLUARD «nous vivons d'espoir», Claudie HUNZINGER nous livre, à travers un premier roman, la vie de sa mère Emma dont l'identité profonde se dévoile au fil des lettres retrouvées que sa fille effeuille. Dans les années 1920-1930, Emma tente le concours de l'École Normale de Fontenay et y fait la connaissance de Thérèse, qui elle échouera plusieurs années de suite malgré la récidive.

Les deux jeunes femmes édifient leur vie sur des idéaux, celui de l'amour exaltant, absolu pour Emma, toujours conquérant, ne cherchant l'assouvissement que pour mieux désirer sans limite aucune afin de bâtir sa vie comme un personnage de roman avec le risque de se construire (ou de se déconstruire) au gré du hasard, celui de l'engagement pour Thérèse, fidèle dans sa relation à Emma, lui témoignant des sentiments sincères et une soif de proximité, d'échanges et de tendresse.

L'équilibre qui tentait d'exister entre ces deux conceptions de vie va être bousculé par une réalité politique et sociale : l'arrivée de Hitler au pouvoir en Allemagne et les années d'occupation en France. De plus, les diverses mutations professionnelles d'Emma et de Thérèse favorisent l'éloignement de ces deux jeunes femmes. Emma, dans sa quête d'absolu tentera de braver les codes sociaux en choisissant le mariage avec Marcel, père de deux enfants, industriel, fruste, où l'originalité n'a pas sa place et incarnera ainsi le personnage de Lady Chatterley.

Sous l'occupation allemande, en Alsace, Marcel fera preuve d'obéissance aux normes instaurées pour seul moyen de satisfaire ses ambitions personnelles au détriment de l'intérêt collectif. Ses prises de position et ses valeurs laisseront Emma se heurter à une réalité qu'elle n'avait pas envisagée, celle qui ne permet plus d'espérer, d'évoluer et s'empare de tout désir de liberté. L'Histoire va également accentuer le manque chez Thérèse et elle le comblera en déployant un engagement politique exceptionnel, en prenant les rênes du front national, réseau de la résistance communiste en Bretagne. Cet engagement lui vaudra la torture puis la mort.

Ainsi, les désirs et les idéaux de ces deux jeunes femmes au début de leur vie trouvaient leur expression dans l'exaltation, entretenant un manque pour mieux s'enflammer et faire valoir les émotions. Le cours de l'Histoire s'est joué de ce manque pour créer une rupture entre Emma et Thérèse, laissant chacune individuellement face à son destin. Emma a vécu à rebours en se déconstruisant et Thérèse a voulu trop vite cicatriser ses blessures causées par l'absence d'Emma en menant une vie boulimique ; elle aura précipité son destin.


  • Olivier Schittenhelm : Six mois, six jours - Karine Tuil - Grasset, Paris, France - 03/11/2010

«Il confia que Braun s'était donné six mois pour détruire Juliana Kant sans violence physique, sans crime - en la séduisant - il lui aura fallu finalement six mois et six jours ?»

Vous avez peut être entendu parler de l'histoire étonnante de Juliana Kant. Riche héritière d'une famille d'industriels, Juliana va être séduite par un certain Herb Braun. Mariée, plutôt conservatrice et enfermée dans son milieu bourgeois, elle va pourtant céder rapidement aux avances de Braun et se donner à lui pendant des mois. Mais un jour, Braun la menace de révéler au grand jour leur aventure et la fait chanter. La femme porte plainte, Braun sera jugé.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là, ce serait trop simple. Herb Braun, considéré comme un vulgaire gigolo, avait un complice qui filmait les ébats du couple illégitime. Ce complice expliquera que sa démarche était une vengeance, son père ayant été déporté au camp de Stocken, camp de travail intégré dans une usine des Kant. On remontera jusqu'au grand-père de Juliana, premier mari de... Magda Goebbels et militant nazi.

Escroquerie ou vengeance ? Ce qui est sûr, c'est que Braun réussit à soutirer beaucoup d'argent à Juliana Kant, mais le doute plane et Karine Tuil conduit habillement cette intrigue jusqu'à la fin du roman... ou le doute subsiste encore. C'est à vous de vous faire une opinion.

Le narrateur est un certain Karl Fritz, majordome, homme de mains, homme à tout faire depuis très longtemps de la famille Kant. Il s'est fait licencier par la famille au moment du scandale, pour n'avoir pas pu/su protéger Juliana... mais le pouvait-il vraiment ?

C'est Karl qui, en se confiant à une femme écrivain, comme pour fixer sur le papier sa sombre biographie liée pour toujours à la famille Kant, donne le rythme de ce récit qui vous prendra dès les premières pages et vous tiendra en haleine jusqu'aux dernières.

Karine Tuil prend un risque en évoquant cette histoire vraie, histoire trouble, intiment mêlée aux pires événements qu'ait connu l'Allemagne au XXe siècle et à des personnages pour le moins funestes... Cependant, le résultat est excellent, surprenant, palpitant.


  • Olivier Schittenhelm : Les portes - John Connolly - Archipel, Paris, France - 01/10/2010

Après Le livre des choses perdues, Grand prix littéraire du web et prix Imaginales Étonnants Voyageurs en 2009, John Connolly nous enchante à nouveau avec "Les Portes". C'est l'histoire de Samuel Johnson, 11 ans, intelligent et vif, qui ne se sépare jamais de son teckel Boswell.

John Connolly commence par un exposé croustillant du Big Bang, la création de l'univers. Selon lui, le Mal Suprême existe depuis toujours et il attend, caché en Enfer, de pouvoir enfin détruire notre monde et asservir les humains. Son point d'entrée est une porte : il s'agit du Grand Collisionneur de Hadrons du CERN. Mais il ne peut pas ouvrir cette porte en tournant simplement une poignée...

Samuel, lui, prépare Halloween avec impatience, il est même en avance de quatre jours lorsque, déguisé en fantôme, il tente de prendre de l'avance et d'obtenir des friandises auprès des voisins.

Ses nouveaux voisins du 666 ( !) Crowley Avenue, des gens qui s'ennuient terriblement, sont en train de se livrer à des rites sataniques. Le Mal Suprême en profite pour lancer son armée de démons sur Terre. A partir de ce moment-là, John Connolly s'amuse et le lecteur également : il nous entraîne dans une histoire loufoque mais très bien construite et très bien écrite. La vulgarisation des éléments de physique quantique (le Grand Collisionneur de Hadrons est un accélérateur de particules) rend le texte instructif, tout en restant abordable pour des jeunes adolescents.

Les démons, créatures et monstres qui peuplent le récit pourront peut être faire frissoner les plus jeunes, mais régaleront en tout cas tous ceux qui liront "Les Portes" ! L'humour est en effet omniprésent. Les notes de bas de pages sont nombreuses, toujours malines, drôles, parfois ironiques et grinçantes, pleines de bon sens. L'auteur s'implique complètement dans son texte. Il n'hésite pas, à chaque renvoi, à donner son avis, faire passer des messages, sur un ton direct et sympathique.

Même si ce roman s'adresse aux jeunes (9-15 ans), les adultes qui ont envie de passer un bon moment trouveront beaucoup de plaisir à lire "Les Portes". Les démons sont bourrés de clichés, ils ont un aspect franchement dégoûtant, ils sentent mauvais (ils traînent une odeur d'oeufs pourris), et sont affublés de noms et d'attributions ridicules : Töng est le Démon des Chaussures Inconfortables, Figoluk celui des Biscuits Rassis ! Quant au démon Nouillh, qui deviendra ami avec Samuel, c'est un démon craintif, attiré par les Porsche les Aston Martin ! ! ! ! Ces démons ne pourront pas grand chose face aux humains qui se défendront certes avec les moyens du bord (aérosol, ustensiles de cuisine, etc) mais efficacement !

Vous l'aurez compris, "Les Portes" est un heureux mélange, fin et drôle, traitant de façon volontairement manichéenne du Bien et du Mal. La fin laisse la possibilité à John Connolly d'écrire la suite. Comme on en redemande, ce serait une bonne nouvelle !

Venez découvrir "Les Portes" et rencontrer John Connolly le mercredi 29 septembre 2010 à 19H à l'Escale Littéraire, 120 boulevard du Montparnasse Paris 14 (métro Vavin ligne 4 ou RER B Port Royal).


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia