Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

A propos de la librairie : LES BEAUX TITRES


Ses coordonnées

Adresse:
61, rue Voltaire
LEVALLOIS-PERRET
France

Téléphone : 01 47 57 87 23

Site Internet : http://www.lesbeauxtitres.com



Les coups de cœur de ses libraires

  • Elise Laurant : Belgravia - Julian Fellowes - Lattès, Paris, France - 01/08/2016

Avis aux fans de la série Downton Abbey et des romans de Jane Austen : ce roman devrait vous plaire et vous faire passer un bon moment pendant vos vacances d'été. Histoires d'amour, intrigues entre classes sociales... Tous les éléments sont réunis !
Le roman de Julian Fellowes commence en 1815, la veille de la bataille de Waterloo, durant le bal donné par la duchesse de Richmond à Bruxelles. La plupart des officiers présents ce soir-là périront au combat le lendemain. Et l'un d'entre eux laissera derrière lui un lourd secret... qui, vingt-cinq ans plus tard, va chambouler la vie de deux familles du quartier de Belgravia.


Alger, 1956. Fernand Iveton est un Français d'Algérie qui a pris fait et cause pour l'indépendance. A ce titre, il prépare un sabotage de l'usine où il travaille : il s'agit de faire du bruit, sans pour autant blesser quelqu'un. Il est dénoncé avant d'avoir pu mener à bien son acte. Et donc arrêté, torturé, puis jugé et condamné à mort pour cette intention. Il est exécuté deux ans plus tard. C'est qu'il faut un exemple, une démonstration de force.

C'est une histoire vraie, émergée des trous noirs de la République française. Fernand Iveton n'était ni un intellectuel ni un militant ; c'était un homme modeste, qui s'est levé au nom des valeurs simplement humaines d'égalité, de liberté, de fraternité, pour et avec ses frères algériens.

La puissance et la grâce de ce premier roman résident dans l'entremêlement de la grande avec la petite histoire : on y respire par son chant d'amour pour un pays, aux échos parfaitement maîtrisés de Camus, et celui pour Hélène, l'épouse aussi simple et belle que lui.

Porté par une écriture remarquable, certainement le plus beau roman de cette année !


  • Pauline Girardin : Libertango - Fredérique Deghelt - Actes Sud, Arles, France - 08/06/2016

Paris, années 1950. Luis Nilta-Bergo, jeune homme hémiplégique issu d'une famille d'immigrés espagnols, est au désespoir. À vingt ans, il vient d'être viré, et de subir pour la énième fois la colère d'un père pour qui le handicap de son fils est un affront perpétuel. Alors qu'il erre sur les berges de la Seine, il est frappé jusqu'aux larmes par la musique qu'un homme tire d'un bandonéon.

Cet homme, c'est Astor Piazzolla, un des plus grands tangueros argentins du XXe siècle. Celui-ci lui demande : «Qu'est-ce que tu veux être ?» Luis lui dit son handicap et son amour de la musique bien qu'il n'ait jamais touché un instrument. Piazzolla lui répond que celui qui joue la plus belle musique sans tenir un instrument entre les mains est chef d'orchestre, et, là-dessus, l'invite à son enregistrement le lendemain. Luis s'y rend et c'est une révélation : «Jouer et tocar [en espagnol, toucher, mais aussi jouer d'un instrument] ; être dans l'essentiel de l'âme sans douleur, avec la légèreté qu'il convient.» Cette rencontre inverse le cours des choses pour Luis : d'un gamin mis au rebut par sa famille à cause de son handicap, la musique forge un des plus grands chefs d'orchestre du monde.

Entremêlant lettres, journaux intimes et entretiens avec Léa Schlimberg, une journaliste mélomane venue filmer un documentaire sur Luis, Frédérique Deghelt nous donne à entendre la voix d'un homme qui, au soir de sa vie, tente de démêler les fils de son destin. Un homme qui accède à son humanité par la musique, et donc qui a pu vivre véritablement, en touchant à l'essence des choses. Elle nous dit, avec grâce et profondeur, que c'est par l'art - et plus particulièrement par la musique - que nous pouvons enfin être pleinement humains et, ainsi, donner sens à nos existences.


Genève, 1849. Atanasio, jeune homme fraîchement arrivé de sa campagne toscane, apprend le décès de son protecteur Don Carlo, et la mission qui lui incombe pour toucher l'héritage de celui qui se révèle être son père. Il s'agit, selon un strict protocole, de le venger des quatre personnes qui ont fait de sa vie un enfer : son épouse Alba, son amant Wolfgang, et les deux bâtards engendrés par les autres infidélités de la première.

Fort intelligemment menée, cette histoire de vengeance nous entraîne à travers l'Italie et l'Allemagne jusqu'aux États-Unis. Elle entrecroise la cupidité, l'amour, la cruauté. On est tout ensemble révolté et touché par le destin de ces personnages, certes ambivalents, mais surtout terriblement... tragiquement... humains.

Cet été, qui veut lire un beau conte d'amour et de haine ?


  • Delphine Baudin : Un instant de grâce - Clémence Boulouque - Flammarion, Paris, France - 18/05/2016

On connaît Audrey Hepburn, la talentueuse étoile d'Hollywood, déterminée et pétillante. Mais on ne connaît pas, ou peu, Audrey, petit fille émotive et fragile, marquée par l'absence de son père, une mère distante, son séjour en pensionnat, puis, plus tard, par la guerre.
Les retrouvailles d'Audrey avec son père dans un hôtel à Dublin en 1964 sont le point de départ de cette biographie romancée. Ils ne se sont pas vus depuis trente ans. De cette rencontre, l'auteure va dérouler le fil de la mémoire intime d'Audrey, oscillant entre instant présent et réminiscence du passé. On découvre la face cachée de cette icône du cinéma, ses doutes, ses désillusions et ses rêves, parfois brisés. Elle en est d'autant plus émouvante, méritante et humaine.
Clémence Boulouque nous offre ici un récit à la prose raffinée, un élégant ballet où chaque mot reflète un souvenir et résonne comme un instant de grâce.


Une jeune éditrice apprend qu'existe à Crozon, ville de son enfance, une bibliothèque un peu particulière qui recueille tous les livres refusés par les maisons d'édition. Elle y découvre un chef d'oeuvre écrit par un certain Henri Pick, pizzaiolo de son vivant, et qui n'avait jamais ouvert un livre selon sa femme. Un mystère se construit alors autour de cet homme et de son roman, qui va devenir un best-seller et bouleverser la vie de la petite ville tranquille de Bretagne.

Une enquête littéraire savoureuse !


  • Pauline Girardin : Lorette - Laurence Nobécourt - Grasset, Paris, France - 12/05/2016

Lorette, surnom de Laurence. Une lorette est aussi, au XIXe siècle, une fille de joie parisienne, ainsi nommée car officiant dans le quartier de Notre-Dame-de-Lorette. Lorette, surnom devenu prénom d'usage comme de plume, et dont il a fallu se défaire.
L'auteur narre ici la reconquête de son prénom originel : Laurence. Mais surtout, par bribes, elle nous livre avec pudeur ce que c'est de naître fille, de devenir femme, de devenir mère. Combien de générations faut-il pour trouver les liens vrais ?... Dans sa langue poétique, mystique, incandescente, elle nous chuchote la douleur et la joie d'être fille, puis femme, puis mère... Être fille, et femme, et mère ?
Bref, elle nous donne à lire ce qu'elle a entrevu de l'amour, du féminin, de la vie.


  • Pauline Girardin : Le poids du coeur - Rosa Montero - Métailié, Paris, France - 03/02/2016

Troisième millénaire. Les avancées génétiques et technologiques ont permis la création de «techno-humains», dits aussi «réplicants». Ce sont des êtres humains créés artificiellement pour des tâches spécifiques - la guerre, le calcul -, dotés d'une conscience et d'une durée de vie limitée à dix ans. Bruna Husky est une de ces réplicantes de combat, devenue détective privé après son service obligatoire. Mais androïde ou humain, on s'interroge toujours : qu'est-ce que vivre ? pourquoi devoir mourir un jour ? que faire du temps qui nous est imparti ? Bruna Husky a donc fort à faire pour résoudre de surcroît une série de meurtres liés à une sombre histoire de poubelles nucléaires. Heureusement que ses amis Yiannis l'archiviste et Lizard l'inspecteur sont toujours à ses côtés !

Deuxième roman* prolongeant l'hommage rendu à Phillip K. Dick**, Le poids du coeur explore à la lumière de notre XXIe siècle balbutiant des thèmes chers au genre de la science-fiction : la conquête de l'espace et le devenir humain face aux technologies. Il renouvelle aussi ceux qui sont l'essence de la littérature : la solitude, et ce qui nous tient ensemble au sein d'une société. Grâce à la plume alerte et fine de Rosa Montero, la nouvelle aventure de cette attachante «rep de combat» vous distraira agréablement tout en apportant ses réponses aux éternels questionnements humains.

* Tout aussi passionnant, le premier opus s'intitule Des larmes sous la pluie et vient de paraître dans la collection Suites chez Métailié.
** Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, adapté à l'écran sous le titre Blade Runner.


En des temps sombres et troublés, que diriez-vous de vous pencher sur des sujets d'importance capitale ? Des sujets essentiels, j'entends. Par exemple, vous êtes-vous déjà interrogé sur la déglutition ? Sur le contenu des rêves d'un poulet ? Savez-vous à quel point sont décisives dans une vie de couple l'ornithologie ou l'allure de la marche ? Avez-vous médité sur le rapprochement entre Tarzan et King Kong ?

Ce sont quelques-unes des réflexions alertes et pertinentes auxquelles se livre Kennett Bernard dans ce recueil. Il y met tant d'allant, de sérieux et de minutie qu'elles en deviennent drôles, piquantes, rafraîchissantes. Servies dans la couverture et la mise en page aussi originales qu'élégantes du Tripode, leur lecture, en plus de vous mettre de bonne humeur, vous rappellera que de minuscules travers et futilités sont aussi des pans entiers de notre humanité.


Tout commence avec le coup de téléphone qu'Elena reçoit du fils de son amie d'enfance, inquiet d'être sans nouvelles de sa mère depuis quinze jours. Elle le rassure de son mieux, mais la colère qui se réveille en elle à cette occasion la pousse à raconter leur histoire.
C'est vers l'âge de six ans qu'Elena et Raphaella se sont liées d'amitié. La première, timide et mal assurée, est éperdue d'admiration devant la vivacité de la seconde, qu'elle surnomme Lina. Mais quels destins sont possibles pour deux gamines brillantes dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années 50, où violence et misère règnent ?
Lina, précoce et rebelle, chahute à n'en plus finir et interrompt son instruction pour gagner sa vie plus vite. Elena au contraire apprend avec joie et application pour l'égaler. Elle seule prolonge ses études bien au-delà de la norme d'alors, grâce à un travail acharné et au soutien de leur institutrice. Au fil des années, cela n'empêche ni la consolidation de leur amitié, ni le renouvellement de la fascination d'Elena pour Lina.
Alors, laquelle des deux amies est «prodigieuse» pour l'autre ? Difficile de trancher au terme de ce premier volume... Ses personnages attachants aux profondeurs et contradictions si humaines, son réalisme saisissant parfois cru côtoyant une poésie du quotidien, son écriture fine et alerte vous embarquent manu militari et vous font réclamer «La suite* !», à peine celui-ci refermé. Un excellent roman donc, aussi dur et splendide que la vie elle-même !

*parue en janvier 2016 chez Gallimard sous le titre Le Nouveau Nom.


Titus n'aimait pas Bérénice est une banale histoire d'adultère, où la maîtresse est répudiée au profit de l ?épouse légitime. Ce qui l'est moins, c'est que l'amante rejetée se console en lisant et relisant Racine. Mais qui est Racine ? Une figure marmoréenne ? Poussiéreuse - du panthéon littéraire. Racine est le seul auteur français du XVIIe siècle dont tous les personnages principaux sont des femmes, et des femmes qui aiment - jusqu'à la déchirure. Racine, un voyant mystique ; un courtisan redoutable et redouté. Racine, quasi obsédé par l'amour dans le coeur humain ; dont le génie littéraire se forge dans un travail acharné de la langue ; qui s'épanouit écartelé entre le faste de Versailles et l'austérité de Port-Royal. Sublime paradoxe d'un chahuteur devenu le parangon de la langue française. Récit d'un deuil amoureux, mais surtout portrait fascinant d'un passionné, ce roman met à nu les deux conditions irréductibles à l'être humain : la langue et l'amour.


  • Delphine Baudin : Someone - Alice McDermott - La Table ronde, Paris, France - 31/10/2015

Brooklyn, quartier irlandais des années 30. Marie vit avec sa mère, parfaite ménagère plutôt sévère, son père, aimant et fidèle habitué d'un «bar clandestin», et son frère, qui se destine à embrasser la vocation de prêtre. Commérages avec sa meilleure amie et parties de baseball des garçons du quartier rythment les journées de cette petite effrontée, qui aime examiner le monde qui l'entoure sur les marches de son perron. Mais la dureté de la vie n'est jamais bien loin et l'insouciance de l'enfance s'envole peu à peu. La maladie et la mort de son père, son premier chagrin d'amour, son travail dans l'entreprise de pompes funèbres d'à côté sont autant d'événements qui lui montrent les tragédies de la vie. Puis vient l'amour, avec Tom, ancien GI et mari attentionné avec lequel elle aura quatre enfants.

Pour son septième roman, Alice McDermott nous livre un récit à la fois tendre et dur, et y dépeint avec brio ce quartier populaire irlando-américain. Le soin particulier apporté à la description des petits gestes du quotidien, pourtant ordinaires, confère au récit une dimension fascinante. Un livre émouvant qui, malgré la mise en lumière des noirceurs de la vie, ouvre avec justesse les portes de la bienveillance.


  • Pauline Girardin : Otages intimes - Jeanne Benameur - Actes Sud, Arles, France - 15/10/2015

Chaque matin et chaque soir, Etienne, un photographe de guerre retenu en otage, est conduit aux toilettes les yeux bandés, à dix-huit pas de sa cage. Mais ce matin-là, il dépasse ces dix-huit pas et se retrouve dans un avion. L'explication qu'on lui donne tient en deux mots : «France» et «libre». Il s'accroche alors à deux autres mots pour ne pas devenir fou d'espoir : «Je rentre.» A sa descente d'avion, il retrouve sa mère et revient avec elle dans le village de son enfance.
Comment dépasser sa culpabilité d'avoir survécu ? Que comprendre de cette expérience-limite qu'est d'avoir eu la mort pour compagne ? Comment, tout simplement, «vivre avec ça» ? Dans son style fulgurant et implacablement précis, Jeanne Benameur nous livre ici la chronique aigüe, bouleversante et magnifique d'une renaissance.


Le roman d'Isabelle Monnin est un livre qui sort de l'ordinaire. A la fois fiction, enquête, album photo, création musicale. Touchant, intrigant, authentique.

Il raconte l'histoire d'une rencontre. Avec une famille banale et attachante. Avec des gens, dans une enveloppe.

Isabelle découvre, en 2012, que l'on peut se procurer sur internet des photos de famille de gens que l'on ne connaît pas. Elle en achète un lot. S'attache à ces inconnus. Et décide de leur inventer une vie. La première moitié de ce livre.

Puis elle n'y tient plus, et entame la seconde partie. Comment s'appelle Laurence en réalité ? Pourquoi la mère ne figure-t-elle jamais sur les photos ? Qu'est devenue Mamie Poulet ? Isabelle va mener l'enquête. Retrouver les vrais gens de l'enveloppe. Découvrir que Laurence s'appelle vraiment Laurence. Et que le personnage principal de l'histoire n'est peut-être pas celui auquel on s'attendait...


  • Pauline Girardin : La nuit de feu - Eric-Emmanuel Schmitt - Albin Michel, Paris, France - 05/09/2015

1989. Alors jeune et brillant professeur de philosophie à Paris, Eric-Emmanuel Schmitt se sent déjà à l'étroit dans son métier. Ses débuts littéraires le conduisent à rencontrer un réalisateur, Gérard V. Ce dernier lui propose de collaborer à son projet de film sur Charles de Foucault. Ils s'envolent donc en repérage dans le désert algérien sur les traces du moine.
Arrivé à Tamanrasset, Eric-Emmanuel est émerveillé : «A l'évidence, je n'avais pas débarqué dans un pays inconnu, j'avais atterri dans une promesse.» Lui et Gérard V. intègrent un groupe de Français pour une randonnée de dix jours. Entre les anecdotes de marche et les conversations vespérales autour du feu, Eric-Emmanuel se lie d'amitié avec leur guide Touareg. Jusqu'à ce qu'il se perde en redescendant du mont Hoggar, passe la nuit seul dans le désert... et que la promesse qu'il avait pressentie soit tenue.
Découverte de foi, récit de voyage, conte initiatique... Avec sa verve et son humour, Eric-Emmanuel Schmitt livre ici un témoignage de sa propre croyance et conclut par un vibrant plaidoyer à l'humilité et à la tolérance.


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia