Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

A propos de la librairie : LE SCRIBE


Ses coordonnées

Adresse:
115, faubourg Lacapelle
82000 MONTAUBAN
France

Téléphone : 05 63 63 01 83

Site Internet : http://www.lescribe.com



Les coups de cœur de ses libraires

  • Jacques Griffault : Le canapé rouge - Michèle Lesbre - Sabine Wespieser éditeur, Paris, France - 30/08/2007

«C'est l'histoire de deux femmes dans le même immeuble : une vieille dame dans son canapé rouge et une autre, plus jeune, qui vient lui faire la lecture. Cette lectrice va partir un jour à la recherche d'un homme qu'elle a aimé et faire ce long voyage dans le transsibérien. Cela donne un roman intimiste, une sorte de huis clos personnel très abouti. C'est formidablement écrit avec de très belles scènes.»

Vu sur le Le Nouvel Observateur du 23 août 2007


  • Jacques Griffault : José - Richard Andrieux - Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France - 28/08/2007

José a neuf ans. Il réinvente tout. Dans son monde, ses histoires et ses amis,- son lit qu'il appelle "voyage", son bureau "le chêne", sa petite bibliothèque "bataille", le plafond de sa chambre "nuage" - lui appartiennent. Pas question de les partager. Dès qu'il peut il reste seul. À l'école, durant la récréation, il va s'asseoir seul sur un banc, toujours le même, qu'il appelle "courage". Il est bien ainsi. Les autres il s'en moque.
"Son aventure est intérieure et son intérieur est aventure". Même avec sa maman il ne parle pas. Rien ne semble pouvoir le rappeler à la réalité, le sortir de son enfermement.
On pense au "Petit Prince", livre que sa mère a offert à José pour ses sept ans. En posant le livre sur "bataille" José avait dit merci, sachant qu'il n'en lirait jamais une ligne.
Que se passe-t-il lorsqu'un jour le cheval ne s'envole plus, le plafond reste blanc, le lit et le bureau ne sont que des meubles, lorsque tout est à sa place dans sa chambre, sauf lui... José reviendra-t-il de cet ailleurs dans lequel il se mure ?
Un conte moderne, cruel et initiatique, mais pas désespéré, qui va vous prendre à la gorge et dont vous vous souviendrez longtemps.
Une très belle surprise de la rentrée littéraire.

N.B. L'auteur est né à Saint-Cloud il y a 47 ans. Chanteur-compositeur il a aussi été comédien. Il vit aujourd'hui à Strasbourg, sa ville d'adoption. "José" est son premier roman.


Robert Littell est un des grands du roman d'espionnage. La guerre froide lui a inspiré de remarquables romans. On pouvait donc craindre qu'avec la chute du mur de Berlin sa source première d'inspiration se soit tarie. Il n'en est rien.
À preuve sa monumentale "La Compagnie : le grand roman de la C.I.A." et son dernier roman "Légendes", paru en 2005, le meilleur roman d'espionnage que j'ai lu depuis longtemps.
Les éditions J'ai lu nous proposent, en format de poche, "La défection de A. J. Lewinter", paru en 1973, alors que l'auteur avait juste vingt ans !
1963. L'ingénieur américain A. J. Lewinter, détenteur d'informations top secret, s'enfuit à Moscou. Pour les américains c'est un traître. Pour les russes c'est, peut-être, un agent infiltré. Lewinter essaie de persuader les russes qu'il ne cherche qu'à obtenir les moyens financiers nécessaires à la mise au point d'un procédé d'élimination des ordures ménagères dont il est l'inventeur.
Une formidable partie de poker menteur s'engage.
Avec ce roman fort bien construit, Robert Littell fait preuve d'une étonnante maîtrise du genre.
Si vous aimez les romans d'espionnage vous allez vous régaler. Si vous n'en avez jamais lus, lisez celui-ci et vous serez convaincu que ce genre peut procurer de vifs plaisirs de lecture.

N.B. Robert Littell est le père de Jonathan, l'auteur des "Bienveillantes".


  • Jacques Griffault : Le fleuve caché - Adrian McKinty - Gallimard, Paris, France - 04/08/2007

Alex Lawson, bien que jeune et brillant inspecteur de police, démissionne de la Royal Ulster Constabulary de Belfast. Alors qu'il s'ébat, dans un yacht où il est entré illégalement, avec une fille rencontrée par hasard, à sept fuseaux horaires de là son amie d'enfance Victoria Patawasti est assassinée à Boulder (Colorado). Le père de Victoria peu convaincu que ce meurtre soit celui d'un cambrioleur confie à Alex le soin d'aller enquêter aux États-Unis. Alex s'envole flanqué de son meilleur ami, flic honoraire médiocre et dragueur invétéré. Alex va infiltrer l'Association pour la Sauvegarde de l'Amérique où travaillait Victoria, connaître une liaison brûlante avec la femme du fondateur de cette Association, une blonde appétissante.
Le lecteur sent bien qu'Alex tombe dans tous les pièges et chausse-trappes qui lui sont tendus. Mais il rebondit et son enquête progresse même s'il reste accro à la drogue dont il chante les louanges, sans laquelle il ne pourrait pas vivre, ce qui le contraint à aller se fournir dans les quartiers les plus glauques auprès de personnages inquiétants. Jusqu'au jour où il réalise que "l'héroïne prend, elle ne donne jamais."
Ce roman riche et subtil où l'on suit l'enquête de rédemption d'Alex est encore une belle réussite de la nouvelle Série noire qui depuis deux ans nous offre des ouvrages d'une qualité exceptionnelle de nature à procurer un vif plaisir de lecture à tous les amateurs de romans noirs ou non.


  • Jacques Griffault : La vie aux aguets - William Boyd - Seuil, Paris, France - 04/08/2007

"Est-ce que Granny est ta vraie maman ?" demande Jochen, à sa mère. Bien sûr. Pourquoi ? Je ne sais pas. Elle est si étrange. "
Nous sommes au coeur de l'interminable vague de chaleur de l'été 1976 qui suffoque l'Angleterre. Ruth Gilmartin, qui est revenue d'Allemagne pour terminer sa thèse à Oxford, rend visite à sa mère qui vit tranquillement dans un petit cottage cerné par une haie sauvage et ondulée de roses grimpantes et de clématites. La pelouse tondue à la main était d'un vert vif indécent, une insulte au soleil implacable.
Ce jour-là sa mère remet à Ruth un épais dossier intitulé L'histoire d'Eva Delectorskaya. Et lui demande de le lire. Il s'agit de sa propre histoire, celle d'une émigrée russe devenue agent des services secrets britanniques durant la seconde guerre mondiale. En 1940 un bureau dénommé le British Security Coordination fut installé au Rockefeller Center avec pour mission de persuader par tous les moyens - y compris la manipulation de nouvelles - les États-Unis à rentrer en guerre aux côtés de la Grande-Bretagne, alors même que le Congrès américain était anti-interventionniste et l'opinion américaine à 80% opposée à la guerre. Eva travailla pour cette organisation sous l'égide du séduisant Lucas Romer.
Pourquoi Eva demande-t-elle à Ruth aujourd'hui seulement de lire son histoire ? Quelles incidences cette découverte auront-elles sur la vie de Ruth ?
Une intense histoire d'espionnage, d'amour, de trahison, par un des très grands romanciers anglais contemporains, auteur, entre autres, de "Un anglais sous les tropiques", "Comme neige au soleil", "Les Nouvelles Confessions", "Brazzaville plage"...


  • Jacques Griffault : A moi pour toujours - Laura Kasischke - Bourgois, Paris, France - 31/07/2007

Chez Laura Kasischke, derrière l'apparente harmonie familiale, l'ordre, la réussite sociale, se cachent des fissures qui n'attendent qu'un événement extérieur pour lézarder, s'épanouir et entraîner l'effondrement des fondations sur lesquels repose l'édifice personnel des femmes en cause. Précisons qu'il s'agit de femmes américaines.
La vie de Sherry coule tranquillement. "Sa vie est la vie d'une femme simple. Une femme d'ici. Une mère, une épouse". La petite quarantaine, mariée avec Jon, un informaticien reconnu, elle vit dans une maison confortable. Son fils unique adoré Chad est un brillant étudiant de Berkeley. Elle enseigne l'anglais dans une petite université du Middle West américain. Elle a réussi à atteindre la quarantaine sans devenir boulotte... Tout pour être heureuse. Une vie immobile.
Cette année là, le jour de la Saint Valentin, elle reçoit une brassée de roses de Jon, mais aussi un message anonyme : Sois à moi pour toujours. Elle trouve cela plutôt amusant, Jon, à qui elle en parle, plutôt émoustillant.
Ainsi elle peut encore susciter du désir ? "Devrait-elle être excitée ? Ou bien offensée, agacée, apeurée peut-être". Les messages continuent d'affluer, de plus en plus insistants. Jon y voit une opportunité de remettre un peu de piquant dans leur couple qui ronronnait. Sherry essaie de trouver qui peut bien être l'expéditeur de ces lettres. Et peu à peu tout vacille. Ses repères s'estompent. Voici venu le temps des interrogations lucides sur la vie qu'elle a menée jusqu'alors.
Laura Kasischke dépeint avec acharnement et une joyeuse cruauté la société américaine contemporaine où la réussite sociale est friable et dissimule bien des fragilités. Elle sait remarquablement instiller le doute et le malaise dans des vies apparemment lisses et débusquer les clichés dans lesquels ses personnages cherchent à se protéger du temps qui passe.


Marion vit seule avec sa mère dans le Paris de l'après-guerre. Son père ? Un allemand disparu en 1944. Un secret dont la mère, Fanny, ne veut pas parler, mais dont elle lâche des bribes. Quand elle en parle Fanny dit «ton père», jamais de nom. "Elle a raison, un nom, c'est inutile quand on existe pas. Alors pour toi, ton père, c'est l'Allemand. Tout simplement".
C'est Marion qui est la narratrice, elle raconte cette histoire à la seconde personne. "Tu ne te demandes pas, à cette époque, pourquoi vous êtes seules. Pourquoi Fanny n'a pas d'amis. Aucun. Aucune. Elle dit seulement qu'elle se trouve bien avec toi, que les gens l'ennuient". Au début, au commencement de leur vie rue Saint-Antoine, rien ne semble inquiétant à Marion, rien ne l'effraie dans le comportement de sa mère. Elle est une petite fille heureuse.
Lorsqu'elle a sept ans les choses changent. Fanny est bizarre, elle parle trop, trop fort. Elle se lève la nuit, lave du linge, laisse l'eau déborder comme à plaisir. Elle chante, enchaîne une chanson après l'autre, sans s'arrêter. "Tu as peur. Peur de cette voix. Peur du mystère. Peur de l'ailleurs qui est là. En Fanny. Autour d'elle".
Avec le temps Marion apprendra que sa mère est maniaco-dépressive. Les crises se font plus fréquentes. La situation se renverse : la mère, par son comportement, devient fille. Mais il y a encore de beaux moments de complicité, par exemple lorsque mère et fille vont au cinéma ensemble ; là Marion retrouve le goût du bonheur d'antan.
Lorsque sa mère est hospitalisée Marion vit dans le monde de la normalité, froide, ennuyeuse, chez ses grands-parents maternels, rue de Suffren, qui se font appeler «oncle» et «tante», ne parlent jamais de Fanny mais éprouvent une véritable affection pour Marion.
Avec l'aggravation de la maladie de sa mère, Marion va devoir choisir. Entre le monde de la normalité et celui de la folie, Marion opte douloureusement pour celui de la normalité, pour survivre, se sauver.
Plus tard, elle s'en voudra de n'avoir pas mieux écouté et aidé sa mère. Que pouvait-elle faire lorsque le temps de la vraie folie est arrivé ? Sans doute rien. Mais malgré tout le sentiment de culpabilité la hante.
Tout ceci est raconté avec une écriture sans effets, d'une grande délicatesse. Impossible de lire ce livre magnifique sans être emporté par l'émotion.
Par l'auteur du poignant "Le Père de la petite" (Arléa.)


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia