Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

68, nos annees chocs

Auteur : Patrick Mahe

Date de saisie : 08/04/2008

Genre : Histoire

Editeur : Plon, Paris, France

Prix : 35.00 / 229.58 F

ISBN : 978-2-259-20808-6

GENCOD : 9782259208086

Sorti le : 10/04/2008

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

Ils s’appellent Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson, Gilles Caron, John Oison ou Donald McCullin. Des maitres de la photo de terrain, dans un monde en etat de choc. Ici, un inedit en couleurs (Doisneau) en Mai 68 ; la, le tableau cruel des GI’s blesses au Vietnam ou deja gisants, entasses sur un blinde. Le document cingle l’Amerique au coeur. Ces photographes sont les piliers, les acteurs et les grands temoins de cet ouvrage. 1968 ne se limite pas aux paves de Mai, entre fievre et utopie. Ils sont partout. D’abord dans l’euphorie des Jeux olympiques ou Jean-Claude Killy rafle trois medailles d’or, et dans l’agonie du Printemps de Prague qui sonne le glas d’une autre revolution, vraiment liberatrice, a l’Est. Ils sont la ou tombe Martin Luther King, le pasteur des droits civiques et quand Bobby Kennedy, l’heritier du clan, est abattu en pleine marche triomphale vers la Maison Blanche. Bien sur, il y a des sourires : dores sous l’objectif de Jean-Marie Perier, photographe de la dolce vita, plus retenus quand Jackie, veuve de JFK, epouse l’armateur grec, Aristote Onassis… Pour ponctuer de justes mots ces images fortes, puissamment mises en page, de grands noms : Jean-Claude Carriere, Irene Frain, Philippe Labro, Michel Drucker, Jean-Claude Killy entourent Patrick Mahe, maitre d’ouvrage.

L’AUTEUR : Patrick Mahe est originaire de Bretagne. Ancien redacteur en chef de Paris Match, il a su conserver l’esprit du choc des photos. Redacteur a Tele Magazine et reporter a But (1970-1972). Reporter au service d’informations generales a France Soir. Grand reporter et chef adjoint de service des sports au Figaro (1977-1981), Chef des services de redaction (1981-84), Redacteur en chef adjoint (1984-90), Redacteur en chef de Paris Match (1990-96), Directeur de la redaction de Tele 7 Jours (1996-2006), Membre du comite editorial et strategique de Hachette Fillipacci medias (depuis 1997), Fondateur et directeur du mensuel de tourisme Bon Voyage (depuis 2000), Directeur de la redaction du mensuel Premiere (depuis 2002), Directeur litteraire des editions Fillipacci (1986-90). Createur et directeur des editions Lincoln (groupe Fillipacci) (1991-94), Vice president, (1997-99), President (depuis 2000) des 7 d’or (instance organisatrice de la manifestation annuelle). Secretaire general (1999-2000). President (depuis 2001) de l’Association internationale des magazines de television (itma), Copresident des voyages d’or (depuis 2001) Il a deja publie une trentaine d’ouvrages dont Le roman des amours d’Elvis (Editions du Rocher. 2007) qui a connu un beau succes et recemment Saint Patrick chez Hoebeke. Il a choisi, dans son equipe, le directeur artistique et le redacteur en chef photo des grandes annees Paris Match, dont lui meme a ete redacteur en chef aupres de Roger Therond.

  • Les courts extraits de livres : 17/09/2008

68, un monde en etat de choc
PAR PATRICK MAHE

Que reste-t-il de 68 ? Beaucoup de choses, opine doctement l’ancien Premier ministre, Edouard Balladur. Ce que Daniel Cohn-Bendit – Dany le Rouge en ces temps de printemps chaud – releve avec sa lucidite malicieuse d’aujourd’hui : Nous avons gagne culturellement ; pas politiquement… Heureusement, d’ailleurs. Avec 1968, nous inaugurons la collection Nos annees choc. Une serie de livres-albums mettant en scene les grandes emotions qui ont faconne la memoire collective. Des souvenirs brulants. Non seulement en France, mais dans le monde. Au-dela des lancers de paves et des tirs tendus de grenades lacrymogenes a Paris, Nos annees choc revisitent un monde en etat de fievre. D’abord, le Vietnam. Pour la premiere fois, les Americains recoivent de plein fouet l’implacable temoignage des photoreporters. Armes de leur boitier jete sur l’epaule, ils se lancent en premiere ligne au cote des Gl’s hebetes dans la mitraille, s’immergent parmi la population broyee, derivant sur les chemins de l’exode. L’annee 68, c’est aussi l’Amerique et ses grands traumas. D’un cote, l’image de ses boys meurtris au Vietnam, de l’autre, le poids des corteges de douleur derriere les depouilles de Martin Luther King et de Bob Kennedy. A cent jours d’ecart, l’emblematique prophete des droits civiques et l’heritier du clan tombent sous les balles. Mise a mort d’un double reve egalitaire.
Encore une fois, c’est la photo qui donne la dimension tragique de cette Amerique blessee. Au coeur de l’Afrique, les memes reporters jettent a la face du monde la souffrance du Biafra qui tente d’emerger de son genocide. Ils nous montrent egalement ces jeunes Tcheques et Slovaques montant a mains nues a l’assaut des chars sovietiques. Requiem pour le Printemps de Prague.
A cette vision noire, a cette folie, s’oppose un album des jours de fete. Un souriant contrepoint. Les jeux Olympiques apportent leur moisson de medailles d’or a la France. Le triple de Jean-Claude Killy le hisse au royaume d’Olympie. Et c’est avec ses propres mots, publies alors en exclusivite par Paris Match, que nous avons voulu restituer l’intimite de sa pensee au lendemain meme de son exploit. Merci a l’agence Scoop, la bien-nommee, d’avoir joint ce temoignage ecrit a la saga photographique. Car des mots il en faut, et des bons, pour comprendre la portee des annees choc. Nul mieux que Philippe Labro [L’Etudiant etranger] ne pouvait replonger dans les vertiges de l’Amerique de 68. Et nul mieux que la romanciere Irene Frain (Secret de famille) ne pouvait decrypter les sourires crispes du mariage d’Onassis et de Jackie. Jackie que les Americains veulent figer dans son tailleur rose eclabousse du sang de son mari JFK. Nous avons rassemble le recit des photographes de Mai 68 – et des inedits (en couleurs !) de Robert Doisneau -, celui de Michel Drucker, alors sorte de teen-ager d’une television a la papa, le joli contre-pied de Jean-Marie Perier. Le photographe de Salut les copains avait quitte le Paris de Mai pour la dolce vita de Rome, ou tournait Brigitte Bardot. Avec ces temoignages si differents, tout est dit sur cette periode rose et sombre qui a vu basculer une generation dans la tentation des utopies. Les pages sur la Chine de Mao et la Revolution culturelle en sont l’ultime expression.
L’ecrivain et cineaste Jean-Claude Carriere, lui, etait a Paris, a New York et a Prague en 68. C’est donc naturellement vers lui que nous nous sommes tournes pour dresser l’abecedaire original de cette generation dans l’orage.