Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

A ciel ouvert

Auteur : Nelly Arcan

Date de saisie : 14/09/2007

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Cadre rouge

Prix : 20.00 / 131.19 F

ISBN : 978-2-02-096157-8

GENCOD : 9782020961578

Sorti le : 23/08/2007

  • Les presentations des editeurs : 15/09/2007

Sur le toit d’un immeuble de Montreal, une femme au teint de rousse se fait bronzer.
Immobile sous les rayons, Julie O’Brien ne supporte pas la morsure du soleil : mais elle considere le traitement qu’elle s’inflige comme obligatoire. La beaute, chez Nelly Arcan, est en rapport avec la maltraitance. La beaute est une guerre. Et la guerre surgit lorsque Rose Dubois rejoint Julie sur ce toit brulant. Rose est en couple avec Charles Nadeau, un photographe de mode. Les deux femmes se lient, mais ne peuvent s’empecher de projeter dans leur relation l’ombre de leurs peurs.
Chacune peut reperer les traces de la chirurgie sur les levres ou les seins de l’autre. Un lien au scalpel. Et pendant que Charles manipule des photos sur son ordinateur, Julie et Rose se demandent laquelle est en trop, qui devra mourir. Dans un monde de harcelement publicitaire ou le corps des femmes est sans cesse deshabille et expose, brandi comme une marche a suivre et refondu par la chirurgie esthetique, l’amour semble glisser des doigts.
C’est une histoire d’aujourd’hui, cruelle. C’est aussi une prouesse litteraire sans pareille. Un pur condense de desenchantement et de colere.

Nelly Arcan est quebecoise. Ses deux premiers romans, Putain (2001) et Folle (2004), se sont distingues des deux cotes de l’Atlantique.

  • La revue de presse Christine Rousseau – Le Monde du 14 septembre 2007

D’une renaissance amoureuse – celle de Julie aupres de Charles – a une etrange vengeance – celle de Rose qu’elle va commuer en reconquete a coups de scalpel… -, Nelly Arcan entraine son lecteur au coeur d’un huis clos tendu et glacant. La structure repetitive des scenes et la construction circulaire du recit renforcant la tension de ce face-a-face. De ce duel impitoyable entre ces femmes dont la lucidite n’a d’egale que leur alienation a la “burqa de chair” qui les couvre… “En Occident, explique encore Nelly Arcan, ce n’est plus le corps naturel que l’on voit, mais le travail qui est fait pour etre conforme a certains criteres de jeunesse, de beaute, de minceur. Tout est oriente vers la captation du desir masculin. Finalement, voilee ou non, la femme est reduite a un sexe.” Et Nelly Arcan de denoncer la responsabilite des femmes dans cette surenchere esthetique “Bien souvent, elles vont au-dela de ce que veulent les hommes, notamment en matiere de chirurgie esthetique. Il est grand temps qu’elles se regardent et reflechissent sur elles-memes.” Comme les invite ce livre derangeant, a plus d’un titre, qui analyse sans concession les diktats et nevroses de notre societe et revele une romanciere sur la voie de la maturite.