Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

A la poursuite de la vie : vivre de plus en plus vieux en restant de plus en plus jeune

Couverture du livre A la poursuite de la vie : vivre de plus en plus vieux en restant de plus en plus jeune

Auteur : Sanjay Gupta

Traducteur : Jean-Louis Prome

Date de saisie : 20/03/2008

Genre : Guides et conseils pratiques

Editeur : Gutenberg, Paris, France

Prix : 20.95 / 137.42 F

ISBN : 978-2-35236-024-7

GENCOD : 9782352360247

Sorti le : 26/03/2008

  • Les presentations des editeurs : 05/04/2008

A la poursuite de la vie n’est pas un livre de plus sur l’anti-mu vieillissement, c’est LE guide pour allonger notre vie active tout en demeurant en bonne sante.

Dans ce document exceptionnel, qui est reste des semaines sur la liste des best-sellers du New York Times, le docteur Sanjay Gupta, celebre neurochirurgien americain, propose de prendre connaissance des decouvertes scientifiques les plus recentes : l’extreme allongement de la vie est desormais a portee de main.

Ce que le docteur Gupta a decouvert dans son enquete semblera parfois provocateur, allant meme a l’encontre des idees communement admises. Par exemple, saviez-vous que le secret pour accroitre l’esperance de vie n’est pas tant de manger mieux que de manger moins ? Que les supplements nutritionnels sont sans doute une bonne facon de jeter l’argent par les fenetres ? Qu’un type unique et simple d’exercice physique est suffisant pour prolonger la vie ?

Tout au long de cet ouvrage, le docteur Gupta revolutionne notre maniere d’apprehender le vieillissement et revele ce que la science sait aujourd’hui pour nous aidera vivre de plus en plus vieux… mais en restant de plus en plus jeune.

Un document fascinant sur les recherches en cours et leurs promesses. Il vous apprendra non seulement a vivre plus longtemps mais mieux.

Library Journal

Le docteur Sanjay Gupta est neurochirurgien a l’hopital de Emory University. Il est le chroniqueur medecine du magazine Time et dirige le service sante de la chaine d’information CNN.

  • Les courts extraits de livres : 05/04/2008

Aux origines de la course a la longevite

L’idee de pouvoir significativement rallonger la duree de la vie humaine me passionne. L’Homme, qu’il soit scientifique, alchimiste, medecin ou chercheur, a toujours tente de ralentir, voire stopper, le processus de degenerescence lie a l’age. Dans certains cas, en concoctant des potions dont on ne saurait trouver les composants – des testicules de chien, un coeur de cerf, le souffle d’une vierge, etc. – dans la pharmacie du coin de la rue. La liste des elixirs a la composition plus ou moins exotique incapables de tenir leur promesse de l’eternelle jeunesse est longue…
Dans sa quete de la fontaine de jouvence, le navigateur Juan Ponce de Leon decouvrit, en 1513, par un pur hasard, la Floride. De vieilles legendes hebraiques et hindouistes evoquent des points d’eau a meme de conferer la vie eternelle a ceux qui s’y plongeaient et en buvaient l’eau. Voici plus de deux mille ans, les empereurs chinois montaient des expeditions maritimes pour trouver des iles sur lesquelles etaient supposes vivre des immortels.
Dans la Grece antique, on croyait a l’existence, dans une partie reculee du monde, dans le grand Nord, d’un peuple, les Hyperboreens, exempts de toute maladie et dont la longevite pouvait atteindre le millier d’annees. Plus recemment, du temps de l’Union sovietique, des scientifiques se sont rendus dans des vallees isolees du Caucase a la suite de divers recits evoquant des populations beneficiant d’une longevite exceptionnelle. Les Sovietiques ont cite des cas d’individus qui auraient atteint l’age respectable de 145 ans. Le massif montagneux du Karakoram, dans le Cachemire pakistanais, et la partie septentrionale des Andes jouissent d’une reputation similaire. Dans ces trois cas, l’explication du phenomene residerait dans les lacunes de l’etat civil, incapable de donner avec precision l’age des individus en question; ces derniers se voyant de la sorte credites par erreur d’un tres grand age. En depit de tous les efforts consentis par l’humanite, il n’a pas encore ete possible de faire mieux que Jeanne Calment. Cette Francaise, decedee en 1997 a l’age de 122 ans et 164 jours, detient toujours le record officiel de la plus grande longevite humaine.
Avant de demarrer notre course a la longevite, il est tres important de preciser un certain nombre de points. Tout d’abord, l’age accroit les risques de developper des cancers, des problemes cardiaques, du diabete, la maladie d’Alzheimer, celle de Parkinson, etc. Ainsi, depuis 1951, date a laquelle les agences federales ont modernise la liste des causes possibles de deces, aucun Americain n’est officiellement mort de vieillesse. Ceci pour la simple et bonne raison que ce motif a ete retire de la nomenclature. Il n’en reste pas moins vrai que le vieillissement restreint certaines fonctions physiologiques – tant a l’echelle de la cellule que de systemes aussi complexes que les organes – et accroit de la sorte la vulnerabilite a certaines maladies, tels les cancers, les problemes cardiaques et les attaques; maladies qui constituent les trois principales causes de deces chez les Americains ages.
A bien des egards, il se revele nettement plus facile de decrire le vieillissement que de le definir. Ses symptomes sont a la fois subtils et evidents. Nous entendons et voyons moins bien, nos cheveux deviennent grisonnants, notre peau se ride, nos reflexes s’amoindrissent, notre esprit perd en vivacite, nos muscles fondent, nos os se fragilisent, notre capacite pulmonaire diminue. Ce sont les signes les plus evidents, bien qu’ils ne soient pas perceptibles au quotidien. Le vieillissement progresse avec lenteur mais de maniere continue.
Bien evidemment, nous ne vieillissons pas tous au meme rythme. Chacun dispose d’une horloge biologique qui lui est specifique. Et c’est ainsi que, de deux octogenaires, l’un pourra se reveler plein d’allant et l’autre grabataire. Chez un meme individu les modifications peuvent se produire a des rythmes differents. Ainsi, certains auront conserve un esprit alerte tout en souffrant d’une maladie cardiaque. D’autres auront conserve d’excellents poumons mais auront beaucoup perdu de leur acuite visuelle. Si nous sommes assez chanceux pour atteindre le grand age, il est evident que ce sera avec, physiologiquement, des points forts et des faiblesses specifiques a chacun.