Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Aenigma

Couverture du livre Aenigma

Auteur : Philippe Flandrin

Date de saisie : 16/07/2006

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Rocher, Monaco, France

Collection : Grands romans

Prix : 19.00 / 124.63 F

ISBN : 978-2-268-05869-6

GENCOD : 9782268058696

  • Les presentations des editeurs : 16/07/2006

Un certain Georges Charalambouk, egyptologue brillant, aurait disparu depuis quatre jours dans les trefonds de la Grande Pyramide de Gizeh. Voila tout ce que je sais, au moment ou je debarque au Caire pour le retrouver. Pour commencer, je decouvre un milieu ou tout le monde se hait. La guerre est totale entre Abdessalam Yacoob, star mondiale de l’egyptologie, et son ennemi jure, Gontran de Zebulon. Qui sait si Charalambouk n’est pas la victime collaterale de ce combat digne des dieux : Horus le vengeur et Seth l’usurpateur ?

Pour m’y retrouver, je dispose d’un papyrus fort venerable. Selon le scribe Himioumiou, Kheops cultivait une double personnalite, tantot Horus et tantot Seth ; sa pyramide serait la porte de l’enfer. L’ennui est que je ne comprends rien aux hieroglyphes. Heureusement, il y a IEnigma, une vieille dame qui dit parfois la verite, et aussi Berenice, une jeune beaute qui ne ment pas tout le temps. Alors, bon voyage en enfer. Ah ! j’allais oublier : je m’appelle Lucifer Typhon. Typhon, ca ne vous dit rien ?

Philippe Flandrin est un habitue des pyramides et de leurs mondes souterrains. Grand reporter, ecrivain, il est notamment l’auteur de Saqqarah, une vie : Entretiens avec Jean-Philippe Lauer (Rivages), Le Roman vrai des pyramides (editions du Rocher) et La Dame de Basse-Egypte (editions du Rocher). Apres Le Musee des pillards (editions du Felin) et Ballades barbares (Balland), il signe avec iEnigma son troisieme roman.

  • Les courts extraits de livres : 16/07/2006

L’orage redouble, en effet, de virulence, et je me demande si le directeur de l’hotel Nahas-Pacha n’est pas un peu fou, quand il decide enfin de fermer la porte de la terrasse. Il etait temps. Les domestiques accourus doivent s’arc-bouter pour repousser les battants. Nous retrouvons un peu de calme, mais M. Khoury, dont les chats ont pris la fuite, continue de s’extasier devant les elements dechaines. Cet homme d’apparence paisible et raisonnable est, il faut le croire, une sorte de fanatique des tempetes et du chaos. Le voila servi : je ne sais si c’est Osiris ou Seth qui deversent ces cataractes, en tout cas jamais je n’ai vu passer un tel orage, meme fin aout sur le lac Leman ! Il n’est pas question de sortir ; le vieil Abou Azzer dit que les rues du Caire sont devenues des torrents, et ca me donne envie de fumer. Je regagne ma chambre ou j’ai oublie mes cigarettes et j’en profite pour me resumer.

Je suis citoyen suisse, ce qui fait de moi un personnage plus ou moins neutre, et je m’appelle Lucifer Typhon, ce qui est un programme. Lucifer, mon prenom, est une facetie de ma mere, Olga, une originale russe rechappee de la revolution d’Octobre ; Typhon, mon nom, un patronyme assez rare d’origine protobulgare, herite de mon beau-pere que je detestais. Je suis une sorte de chasseur de primes.