Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Amyot d’inville 4 freres pour la france – quatre freres pour la france

Auteur : De Gmeline

” Comment évoquer sans la plus troublante des émotions la destinée épique des frères Amyot d’Inville ” écrit dans sa préface la Général de Boissieu, Grand Chancelier de l’Ordre de la Libération.
C’est à Beauvais et en Bretagne que se passe leur jeunesse, dans une atmosphère de famille nombreuse et unie. Leurs destins se séparent à jamais en septembre 1939. Jacques, Saint-Cyrien. combat avec l’armée d’Afrique. Il est capitaine au 3e Etranger d’Infanterie, l’un des plus décorés de l’Armée Française, lorsqu’il est tué en Tunisie, le 29 avril 1943. Hubert, le second, rejoint Londres le 12 juin 1940.
Il s’illustre comme pacha des Fusillers marins de la 1e DFL qu’il commande à Bir Hakeim et en Italie ou il trouve la mort devant Montefiascone en 1944. Il est Compagnon de la libération, et un aviso de la Marine Nationale a porté son nom. Le troisième, Gérald, est prêtre, vicaire à Sentis. Mais, il est aussi lieutenant des F.F.I. C’est en décembre 1943 qu’il est arrêté après avoir récupéré un parachutage d’armes.
Il se sacrifie afin de sauver son réseau et d’éviter que 50 otages ne soient fusillés ! Il meurt d’épuisement au camp de Wieda en janvier 1945, ayant exercé son ministère jusqu’à la fin. Quant à Guy, le quatrième, jeune aspirant, il se bat courageusement avec son régiment, le 7e Cuirassiers, ce qui lui vaut une citation à l’ordre du Corps d’armée. Il est blessé dans son char et est fait prisonnier.
Une armée d’Afrique, un gaulliste, un homme de dieu et de l’armée des ombres, et un officier de Cavalerie. Quatre destins hors du commun !