Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Andre Francois

Preface : Robert Delpire

Date de saisie : 06/10/2007

Genre : Arts

Editeur : Delpire, Paris, France

Collection : Poche illustrateur

Prix : 12.00 / 78.71 F

ISBN : 2-85107-228-5

GENCOD : 9782851072283

Sorti le : 08/12/2006

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

Il y a des comediens qu’on reconnait a leur voix, a leur demarche, a la facon qu’ils ont de tirer vers eux un personnage plutot que d’aller vers lui.
On les identifie sous la perruque. Sous l’uniforme ils ne trompent personne.
Et puis il y a ceux qui semblent changer de visage et de stature, d’age aussi et de rang social, en vrais cameleons de la scene ou de l’ecran.
En peinture, c’est pareil. Il y a des artistes qui font leur style et leur reputation sur quelques batons, sur la couleur d’une palette ou sur un theme qu’ils repetent et varient sans se lasser.
Et puis il y en a d’autres qui jouent de tous les supports et de toutes les matieres, qui passent de deux a trois dimensions avec bonheur, qui ne traitent jamais deux idees dans le meme pot.
Andre Francois est l’un de ces Fregoli des arts plastiques. Huile ou gouache, pastel ou fusain, tole ou bois, tout lui est bon, tout lui est pretexte a invention, et les materiaux ne sont souvent qu’un tremplin pour une imagination qui ne s’encombre d’aucune regle et ne fait reference a aucun systeme. A la voir rassemblee, au Palais de Tokyo, ou au musee d’Art moderne (meme si elle etait montree la, apres l’epreuve du feu), on comprend bien la nature de l’homme, la constance des intentions, l’unicite et la coherence de l’oeuvre.

Ce regard doux-amer sur les choses de la vie, cette ironie tendre avec laquelle il traite les acteurs de son quotidien, cette aptitude a jouer des formes et des matieres au-dela de toute mode et de toute convention, font qu’il est impossible de situer Andre Francois : un artiste rare, un homme exceptionnel.

  • Les courts extraits de livres : 17/09/2008

Extrait de l’introduction de Robert Delpire :

Il y a, dans l’art d’Andre Francois, une exceptionnelle pluralite d’elements. De l’huile a l’aquarelle, du fusain au pastel, de l’encre a la craie et au crayon, du velin au kraft, du calque au canson, tous les classiques sont la, utilises chacun pour sa vertu (sans idee preconcue, l’instinct preconisant l’emploi). Mais ils voisinent et parfois cohabitent avec des intrus. Un morceau de chiffon, un bois flotte, un eclat de miroir, un bout de papier peint, un vieux cadran d’horloge, un papillon mort – toutes ces petites choses de la vie – viennent nier l’ordre etabli, bousculer les conventions, donner sa place au hasard et faire la grimace aux usages.

Ce n’est d’ailleurs pas tant la diversite des materiaux qui etonne chez Andre Francois, pas plus qu’une confondante aptitude a passer de deux a trois dimensions, du dessin au collage, du montage d’objets trouves a la sculpture sur bois ou sur tole. Ce qui est proprement stupefiant, c’est la variete des styles, cette aisance a adapter la forme au fond ou plutot meme le fait que l’intention genere une forme qui ne peut etre differente, comme si le sujet choisissait son objet, comme si le sujet imposait a l’artiste un cadre, un support, un mode d’action, une matiere qu’il adopte sans reticence des l’instant ou il commence a travailler et dont il tire toujours avantage.

Et cette versatilite dans la facon de faire seduit, eblouit mais parfois deconcerte. Elle peut meme irriter car il est plus simple de reconnaitre l’oeuvre d’un artiste des lors que sa facture s’inscrit dans une demarche homogene. Chez Andre Francois, c’est l’esprit de l’oeuvre qui lui donne sa coherence, dans sa complexite meme, et qui en fait l’extreme richesse.

Andre Francois est ne en Hongrie dans une petite ville devenue roumaine. A 18 ans, fatigue des caprices de l’histoire et de la geographie, il est parti pour Paris. Depuis lors il est francais, comme vous et moi.

Circuler dans une salle d’exposition ou sont accrochees ses oeuvres, parcourir le vaste atelier de Grisy, cette caverne ou sedimentent annee apres annee toiles et illustrations, affiches et couvertures de magazines, dessins libres ou appliques, c’est voir se confronter deux mondes. Celui d’une nature contemplee et decrite avec jubilation – ces champs du Vexin qui ondulent jusqu’a l’horizon, ces arbres qui changent de parure comme une femme avec les saisons, ces vagues qui deferlent sur les galets du Cotentin, ces visages familiers et familiaux (et le sien, souvent) si justes et si scrupuleusement fouilles, ces bouquets qui jaillissent des tables, c’est l’ordre, la finesse, l’attention au detail le plus signifiant, c’est l’harmonie.