Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Anne-marie albiach exact reel

Auteur : Jean Daive

Extrait du prologue de Jean Daive intitulé : Le poème, pourquoi en sait-il plus que les mortels ?

« Trois coups sont frappés. Ils résonnent dans la cour de l’immeuble. La porte est ouverte par moi un après-midi d’été. La surprise est extrême, parce que, sur la passerelle nouvellement décorée par les soins de ma soeur de trois bacs à fleurs vides, je découvre une jeune femme habillée en jardinière. La robe est à la fois simple et somptueuse. Évidente en ce jardin préparé aux fleurs absentes. Somptueuse, car le taffetas rose plissé à la taille rappelle une scène de Degas : la danseuse à la barre. Elle se cache derrière un jeune homme grand qui l’accompagne, Claude Royet-Journoud. Je distingue néanmoins sur la tête un foulard vert noué derrière la tête, lequel enveloppe la chevelure extravagante d’Anne-Marie Albiach. Ils arrivent de Londres où ils vivent. Ils passent une nuit à Paris. Partent demain pour la Bretagne où ils doivent assister au mariage de son frère à elle. Ils ont lu Décimale blanche et ils ont décidé de frapper à ma porte. Ils sont là.
« Je ne sais pas si sa voix à elle est une blessure ou un frisson. C’est une voix fatale. Craintive. Apeurée. Chuchotée. Haute. L’existence si indéterminée, de quoi est-elle atteinte, elle qui ne sait rien, mais construit une mémoire pour se dissoudre dans les souvenirs ? Elle produit une voix qui procède d’une négation. Cette voix est derrière la tête. Première rencontre. »