Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Apnee

Auteur : Rene Nicolas Ehni

Date de saisie : 28/08/2008

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Bourgois, Paris, France

Collection : Litterature francaise

Prix : 12.00 / 78.71 F

ISBN : 978-2-267-01996-4

GENCOD : 9782267019964

Sorti le : 21/08/2008

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

J’occupe la bibliotheque, j’y dors ; j’ecris au fenestron qui donne sur le vivifiant verger. La bibliotheque est dans la disposition du couvent clerical agricole : elle est situee au-dessus du cheptel de moutons. […] C’est donc a ma table monacale montee sur les agneaux et vue par temps clair sur la ligne bleue des Vosges que je vous fais cette phrase censee donner sur du concis : les Racines. C’est un mot qui moi me terrifie. Tant de betises betes glorifient nos racines.

Ecrire est alors l’aventure d’une vie dominee par le voyage, la foi et l’amitie. Le livre rappelle que les vivants ont pour obligation d’accompagner les morts au moment de leur passage dans l’au-dela. A travers une serie d’evocations fulgurantes, marquees par des rencontres amicales cruciales, Rene Ehni revient aux sources de son oeuvre avec sa verve et son humour caracteristiques.

  • Les courts extraits de livres : 17/09/2008

Compendium
Carpe diem
L’Abbaye de Theleme

Pour Dominique Bourgois

Comprenant bien qu’on ne commence jamais une lettre par Je, je vous ecris de mes racines, a Bernwiller, dans mon Sundgau natal, dans la ferme sundgovienne de ma soeur Anastasie et de mon compere Gregoire Schittly, que j’entends de mon bureau fendre du bois dans la grange. J’occupe la bibliotheque, j’y dors ; j’ecris au fenestron qui donne sur le vivifiant verger. La bibliotheque est dans la disposition du couvent clerical agricole : elle est situee au-dessus du cheptel de moutons. L’ancien bibliothecaire du Florival, Monseigneur Kippelen, explique poetiquement cette dependance de la ferme agricole sundgovienne avec le couvent agricole chretien, mixte. Le couvent dont le modele est reproduit dans une ferme contemporaine du mode plouc est compose de dames, de damoiseaux, de meres et de petites frangines amies pour la vie. C’est de ce couvent orthodoxe, en cedre du Liban, qu’est le couvent tant cheri par frere Rabelais. La mes freres taisons nos tentations.

Je me trouve donc pour ecrire dans le genie d’un topos qui a tant emmerde le pape de Rome, qu’a temps et contretemps ses eunuques allaient aux renseignements. Ces missionnaires avaient farci leur tete d’une splendide ibidum a partir de ces couvents mixtes encore populaires par-ci par-la. Nous avons donc de parfaits recits de ces residences splendides : un domaine agricole, en gros romain, ou fonctionnent les saintes recluses, la mere qui prend sur elle les confessions, les vieux freres, les valets un peu tares, le pretre, et les Kiderliesel. Au centre du dispositif, la borne de la joie, l’eglise ou tous les acteurs du couvent se reunissent et s’abreuvent au sang qui remet le peche. Ah que de belles et fraiches nuques ployees !