Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Arrabal ; une oeuvre-vie panique

Auteur : Frédéric Aranzueque-Arrieta

La vie et les créations arrabaliennes sont indissociables, on peut par conséquent parler d’oeuvre-vie pour évoquer la complémentarité qu’il existe entre la production artistique et le parcours existentiel du dramaturge, cinéaste, poète et romancier Fernando Arrabal. Son histoire est à l’origine de son oeuvre, elle est son essence, elle est son reflet le plus intime : « Jamais dans l’histoire des arts on n’aura été témoin d’une si parfaite symbiose, poussée à son paroxysme par la confusion panique, entre le créateur et son oeuvre, à tel point que, comme dans le paradoxe de la poule et de l’oeuf, l’on ne sait plus qui engendre l’autre. » « Panarrabalisme », op. cit., p. 87. Frédéric Aranzueque-Arrieta a donc imaginé un texte qui va au-delà de la réalité factuelle ou historique afin de déterrer la vérité artistique arrabalienne qui s’inscrit dans la pluralité, le paradoxe et la confusion. C’est à travers sa création que Fernando Arrabal est le plus authentique et si l’on veut entrer dans l’homme jusqu’au coeur, c’est en se servant de ses oeuvres comme matériau biographique ou biobibliographique : « Ses romans, ses poèmes, ses pièces de théâtre, ses films, ses joutes paniques à travers les échiquiers du monde nous rappellent que toutes les formes d’expression qu’il explore sont au service de « l’écriture de sa vie »?; il réinvente et redessine en permanence ses contours en jouant à être Dieu, mais sa finalité reste de trouver les mécanismes de la mémoire et les règles du hasard de même que dans un jeu panique. » « Panarrabalisme », op. cit., p. 87. Parce qu’aujourd’hui Fernando Arrabal est un personnage (au sens théâtral du terme) à part entière et parce que sa vie et son oeuvre se confondent en une oeuvre-vie singulière et unique, l’auteur a voulu en effacer les frontières pour les présenter comme un Tout (= pan en grec), comme une entité indissociable panique, arrabalienne, en suivant le slogan ultime qui définit le Panique : « La Vie est la Mémoire, l’Homme est le Hasard. » Livre publié avec le soutien du CNL.