Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Augustine et Jean ; t.1 ; la rencontre ; t.2 ; la force du destin

Auteur : Michel Riou

Augustine et Jean TOME I.
En ce début de XXe siècle, Augustine du haut de ses quinze ans rayonne de fraîcheur et d’énergie. Elle appartient à une famille d’industriels catholiques aux affaires prospères, installée dans une localité en plein essor grâce aux Chemins de Fer Départementaux. Elle mène une vie confortable mais n’a pas pour ambition de suivre la destinée des filles de son milieu.
Agé de 20 ans, Jean Vaucanson pour sa part est protestant. Fils de mineur, jeune diplômé de l’Ecole des Mines, il travaille pour la compagnie des Chemins de Fer Départementaux.
C’est dans des circonstances peu romanesques qu’ils se rencontrent pour la première fois. Bientôt, ils se reverront en cachette et naîtra alors une idylle. Mais, en ce temps-là, elle, catholique ; lui, protestant …les difficultés ne manqueront pas de survenir.
En effet, l’antagonisme religieux domine une part importante de la vie sociale et économique de ce terroir qui s’étend entre Ardèche et Haute-Loire, comme le fait revivre avec justesse ce roman qui mêle fiction et réalité. Ainsi, au gré des étapes mouvementées d’une passion que tout vient contrarier, le lecteur saisira l’âme d’une époque, et tout le poids des rivalités qui opposent alors les deux confessions.

Augustine et Jean TOME II.
Augustine, jeune fille énergique et déterminée, avait dans le premier volume de ce récit fait la rencontre de Jean, ingénieur à la Compagnie des Chemins de Fer. Alors qu’une attirance réelle et des sentiments profonds les rapprochaient, la famille d’Augustine était parvenue à ce qu’ils s’éloignent l’un de l’autre. Jean a conservé ses fonctions. Augustine, de son côté, a accepté d’épouser un homme de son milieu, un moulinier de Tence.
Dans ce deuxième volume, le lecteur va découvrir comment la vie conduira Jean à croiser à nouveau les pas d’Augustine, devenue maman. Si le temps a passé, leurs sentiments l’un pour l’autre ont évolué, mais ils sont loin d’être éteints. Si rien dans les manières de penser de leur famille n’a évolué, en revanche, à Annonay, au Cheylard, dans la vie politique locale et dans les turbulences sociales et syndicales, tout indique que des changements s’amorcent. Ainsi Jean prendra, à la suite de troubles sociaux, des responsabilités assez inhabituelles pour un ingénieur. A l’occasion de voyages, il fera une rencontre. De son côté, Maria, la soeur de lait d’Augustine se marie.
Augustine, quant à elle, connaît des moments difficiles. Dans le troisième volume, prochainement disponible, nous verrons comment le destin des personnages est encore plus profondément bousculé, lorsqu’ayant quitté l’Ardèche ils auront à affronter les bouleversements de la Grande Guerre.
Le lecteur aura le plaisir de suivre au fil de ce volume une nouvelle étape de ce récit chaleureux accompagnant des personnages dont l’itinéraire, soigneusement documenté, illustre une page de l’histoire de notre région, dans toute sa richesse et sa saveur.