Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Balzac : Sache son refuge

Auteur : Paul Metadier

Date de saisie : 14/06/2007

Genre : Litterature Etudes et theories

Editeur : C. Pirot, Saint-Cyr-sur-Loire, France

Collection : Maison d’ecrivain

Prix : 18.90 / 123.98 F

ISBN : 978-2-86808-252-7

GENCOD : 9782868082527

Sorti le : 17/05/2007

  • Les presentations des editeurs : 15/06/2007

Sache, mon refuge. C’est Balzac lui-meme qui le dit, on ne saurait s’en etonner, Sache ayant ete consacre le lieu balzacien par excellence. De treize a quarante-neuf ans, veille de sa mort, Balzac vient souvent a Sache ; il y sejourne surtout pendant la decennie 1830. On sait par sa correspondance que plus de trente romans et nouvelles ont ete, en tout ou partie, imagines, ecrits ou corriges dans sa petite chambre. C’est la que le galerien de la plume et de l’encre travaillait quinze heures par jour ! Un lien affectif unit Balzac a Sache. Pour comprendre sa vie et son oeuvre, il faut l’y regarder vivre.

Paul Metadier a ete le grand mecene et le conservateur benevole pendant des decennies du chateau de Sache, devenu patrimoine du departement d’Indre-et-Loire. Nul autre que lui n’est le mieux a meme, aujourd’hui, d’ouvrir au lecteur la porte de cette demeure ou souffle le genie balzacien.

Edition etablie par Noelle Deletang

  • Les courts extraits de livres : 15/06/2007

La Touraine en avant-propos

Je suis ici sous le plus dur des despotismes, je travaille nuit et jour. Je suis venu me refugier ici comme un moine dans un monastere.
(Lettre a Zulma Carraud, 1831).

Sache, pourquoi Sache ?
Sache dans la vie et l’oeuvre de Balzac, est-ce donc si important ? Balzac n’y est venu qu’une quinzaine de fois, il n’y sejournait que quelques semaines. Et pourtant l’oeuvre accomplie a Sache est importante, plusieurs ouvrages sont dates de Sache, d’autres y ont ete entrepris et finis a Paris ou ailleurs, d’autres n’y ont ete qu’imagines, mais surtout, car c’est la l’essentiel de l’ecriture de Balzac, nombre d’epreuves corrigees y ont occupe la moitie de ses jours de labeur.
Pourquoi Balzac venait-il et s’enfermait-il a Sache, son refuge, au cours de sa grande periode de fecondite litteraire de 1829 a 1837 ? On l’y voit chaque annee et meme plusieurs fois par an. Dans la preface des Illusions perdues, ouvrage essentiel ecrit en partie a Sache, Balzac constate : avec ce livre j’ai acheve mon oeuvre aux trois-quarts. En fait pendant cette decennie, Balzac ecrit parfois simultanement deux romans, en imagine un troisieme et en corrige un quatrieme. Il lui faut imperieusement quitter la vie de Paris avec ses contraintes et ses tentations. Sache dans les annees 1830, c’est quatorze heures a sa table de travail tous les jours, dans le silence de la campagne et l’isolement monastique.
Tout ce que Sache lui apporte est charge d’une profonde affectivite. Il aime le calme de ce vallon, les grands chenes du bois. Il se sent ici un peu comme chez lui, comme s’il recouvrait une sorte de creance familiale. Il n’aime pas particulierement ses hotes, tout se passe dans une ambiance compassee, il n’en est que plus a l’aise pour s’enfermer dans sa chambre. Seul le souper le ramene a ses hotes par une courtoisie de circonstance.