Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Bebes d’ailleurs : Sofia, Nemali, Yuito

Auteur : Francoise de Guibert | Marie-Claire Javoy

Date de saisie : 18/12/2007

Genre : Jeunesse a partir de 6 ans

Editeur : Naive, Paris, France

Prix : 15.00 / 98.39 F

ISBN : 978-2-35021-125-1

GENCOD : 9782350211251

Sorti le : 17/10/2007

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

Voici Sofia, la petite Mexicaine nee au milieu des dauphins ; Nemali, une enfant massai issue d’une tribu d’Afrique ; Yuito, le petit garcon japonais ne sur l’une des iles du pays du Soleil-Levant. Et il y a aussi Anna, Shanda, Pokekro, Thi, Phat et Fanek, enfants des quatre coins du monde…

Leur naissance est un veritable recit d’aventures qui captivera les enfants d’ici.

Car a travers le premier cri de ces petits venus d’ailleurs, on leur raconte leur propre histoire : l’histoire de la vie.

Un livre-documentaire accompagne de dessins et photos pour mieux comprendre, l’aventure de la naissance, de la grossesse jusqu’au premier cri.

D’apres le film de Cilles de Maistre, Le Premier Cri

  • Les courts extraits de livres : 17/09/2008

Je m’appelle Sofia. Je suis une enfant de l’eau. Comme tous les bebes, j’ai passe mes neuf premiers mois baignee dans le liquide amniotique. Mais le jour ou j’ai quitte le ventre de ma mere, je suis arrivee… dans l’eau. Et mon premier ami a d’ailleurs ete un dauphin, ou plutot une dauphine ! Son nom, c’est Mouna.

J’ai beaucoup de chance d’avoir pu naitre avec un dauphin. C’est vraiment exceptionnel ! Dans mon pays, le Mexique, les enfants naissent en general a l’hopital. Le Mexique est un pays d’Amerique du Nord, situe juste au sud des Etats-Unis. Ma famille est de Puerto Vallarta, un ancien petit village de pecheurs devenu une grande station touristique. Les touristes viennent profiter de ses magnifiques plages, du soleil qui y brille toute l’annee, de l’ocean Pacifique. Les amoureux des mammiferes marins ont rendez-vous a Puerto Vallarta pour y voir les baleines a bosse au moment de leur reproduction.

Pilar, ma maman, et moi, on a ete bien entourees pour preparer ma naissance ! D’abord Juan Ramon, mon papa, etait aux petits soins pour elle… et aussi pour moi. Plus ma mere s’arrondissait, plus il me parlait et me calinait a travers la paroi de son ventre. Mais il n’etait pas le seul a s’occuper de nous. Au delphinarium, ou ma maman a prepare son accouchement, il y avait Adriana, l’accoucheuse, Fernando, le dresseur de dauphins, et aussi le docteur Jose-Luis et Franky, le pediatre. Une bonne equipe !

Oh ! J’allais oublier Mouna… Sais-tu que les dauphins ont un pouvoir relaxant ? Ils envoient des ondes qui font du bien, qui apaisent les tensions. Quand ma maman se baignait avec Mouna, elle oubliait toutes ses inquietudes. Mais attention, un dauphin, c’est costaud, il ne faut pas qu’il fasse des mouvements brusques ou dangereux ! Seuls les dauphins tres calmes et qui ont de l’experience viennent nager avec les femmes enceintes. Fernando, l’entraineur, etait toujours dans la piscine et ne quittait pas l’animal des yeux.

Je me suis bien amusee avec Mouna avant de naitre. Comme je baignais dans un liquide, la dauphine, grace a son sonar, pouvait me voir a l’interieur du ventre. Un peu comme sur les images d’echographie peut-etre… En tout cas, chaque fois, elle s’approchait de nous et m’envoyait des ultrasons. Ce sont des sons que l’oreille humaine ne peut pas entendre. Moi, ca me faisait reagir, je gigotais dans tous les sens ! L’accoucheuse a dit a mon papa que ca stimulait mon cerveau et que c’etait tres bon.

Ma maman a accouche dans un bassin special. C’a ete long, mais la presence de Mouna l’a reconfortee. Comme ma mere s’impatientait et ne comprenait pas pourquoi je n’arrivais pas plus vite, Adriana lui a raconte des histoires. Celle de la petite tortue de mer, par exemple. La mere tortue enterre ses oeufs sous le sable, a 15 metres de la mer. Quand la petite tortue sort de son oeuf, quel trajet elle doit faire pour rejoindre l’eau ! Mais si un homme la met directement dans la mer, il la condamne a mourir tres vite. En effet, ce lent deplacement sur la plage est necessaire a la tortue pour fortifier ses nageoires et lui permettre d’echapper ensuite a ses predateurs.