Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Bellas artes

Auteur : Luis Sagasti

Qu’ont en commun Le Petit Prince, les sombres années de jeunesse de Jürgen Habermas, l’artiste Joseph Beuys, le saxophoniste John Gilmore et Bill Pilgrim, le protagoniste d’Abattoir 5 ?
« Le monde est une pelote de laine », ainsi débute ce livre. Mais comment tournet- il ? Qui tire ses fils ? Il y a ceux qui disent que tout est le résultat d’une grande conspiration : « L’homme n’est jamais allé sur la Lune ; Paul McCartney est mort en 1967 et a été remplacé par quelqu’un qui lui ressemblait ; le Christ n’est pas descendu de la croix, il a eu des jumeaux avec Marie-Madeleine ; Shakespeare est Francis Bacon », etc. Explication, écrit Luis Sagasti, qui est le «résultat d’une extraordinaire paresse intellectuelle. » Mieux vaut, selon lui, parler en termes de secrets, mieux même, en terme d’omissions. Car depuis des milliers d’années la pelote de laine tourne et ses fils se croisent en couches infinies. Alors par où commencer s’il n’est pas facile de trouver le bout ? L’écrivain choisit de tirer un des fils, de le couper d’un coup sec et, en huit textes d’inégales longueurs, de construire une merveilleuse constellation à partir de personnages – Joseph Beuys, Kurt Vonnegut, Antoine de Saint-Exupéry et Jürgen Habermas, mais aussi Matsuo Basho, Marina Abramovic, Ludwig Wittgenstein, Jorge Barón Biza, Sun Ra, Youri Gagarine ou encore Glenn Miller – liés par les fragments les plus curieux de leurs biographies.
Il fait ainsi de Bellas artes une incroyable et étonnante histoire sur la place du récit dans l’expérience humaine, qui procure à son lecteur un intense plaisir intellectuel.
Alors ce livre bref, d’une écriture condensée, précise et musicale, séduit et emporte ses lecteurs avec le charme d’une poétique et subtile conversation.