Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Bologne ville a vendre

Auteur : Loriano Macchiavelli

Traducteur : Laurent Lombard

Date de saisie : 03/09/2006

Genre : Policiers

Editeur : Metailie, Paris, France

Collection : Bibliotheque italienne

Prix : 21.00 / 137.75 F

ISBN : 978-2-86424-591-9

GENCOD : 9782864245919

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

Dans les annees 70-80, la ville de Bologne, fleuron de l’administration du parti communiste italien, est secouee par des manifestations orchestrees par l’ultragauche. Au cours de l’une d’elles, Vincenzo Clodetti, coureur de jupons a l’apparence tranquille, est retrouve mort. Accident ? Conspiration politique ? On soupconne l’extreme gauche activiste et on charge le sergent Sarti Antonio de mener l’enquete.

L’auteur nous montre ici tout le vice d’un monde obscur et souterrain : les tabassages d’indics, les mythiques expropriations proletaires et les scandales immobiliers, les manoeuvres tortueuses des hommes de pouvoir. Il nous place au coeur des combinazioni qui regissent la vie politique du pays depuis de nombreuses annees. Aucune concession pour affaiblir le propos de cette comedie policiere menee tambour battant et dominee par le personnage de Sarti Antonio, complice depuis trente ans de tous les combats de l’auteur, partage entre son chef qui lui impose la solution officielle du systeme et l’intellectuel Rosas, qui lui enseigne les raisons politiques sous-jacentes de cette Bologne sensuelle et hypocrite, veneneuse et belle.

Le style si particulier de Loriano Macchiavelli cree une tension dramatique que soutient son ecriture eminemment theatrale.

Loriano MACCHIAVELLI est ne a Vergato (Bologne) en 1934. Metteur en scene et acteur. Use tourne vers l’ecriture policiere en 1974. Cofondateur du Groupe 13 avec Marcello Fois et Carlo Lucarelli, il est considere aujourd’hui, au meme titre que Giorgio Scerbanenco, comme un des maitres du polar italien.

  • Les courts extraits de livres : 16/09/2008

Le sergent Sarti Antonio sait tout ca et a tres bien compris ou veut en venir l’inspecteur chef Raimondi Cesare.
– Qu’est-ce que je dois faire ?
– Trouve une idee, enfin, si tu peux. Il faut qu’on trouve qui a tire, ce qui ne devrait pas etre difficile. La rue Indipendenza etait pleine de monde : il y a bien quelqu’un qui aura vu quelque chose. II faut qu’on trouve, comment dire, qui possede des armes dans le milieu des ultras ; ceux qui, parmi les plus exaltes, ont participe a la manifestation et ou ils se trouvent maintenant. On a besoin d’infos, de renseignements… Tout ce qu’on peut trouver peut nous etre utile. Et toi, comment dire, tu nous es utile…
Sarti Antonio est deja debout en train d’enfiler ses chaussures tandis qu’il retorque : J’ai compris. J’y vais…
– Tu vas ou tu veux, tu fais ce que tu veux, moi, j’attends des resultats. Les infos ne vont pas entrer toutes seules par la fenetre. Et la victime, comment dire, n’est pas morte d’une crise cardiaque. On doit des explications a sa famille, a la cite et surtout, comment dire, a nous-memes.
– Compris, j’y vais et je vous tiens informe des que possible.